ATHARVA-VEDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dernière des quatre grandes divisions du Veda. Elle occupe une place à part : alors que les trois autres ne sont désignées que par référence à leur contenu (le Sāma-Veda, par exemple, est « cette partie du Veda qui concerne le chant liturgique — saman »), l'Atharva-Veda (Atharvaveda) doit son nom à une famille (d'ailleurs mythique) de prêtres spécialisés dans le culte du feu, les descendants du rishi (« prophète ») Atharvan Angirasa. On a donc l'impression qu'à l'origine l'Atharva-Veda constituait un Veda particulier, qui prétendait à l'universalité au même titre que « l'autre Veda » divisé en trois collections autonomes mais solidaires (Rig-Veda, Sāma-Veda, Yajur-Veda). Les textes les plus archaïques parlent d'ailleurs de « triple science » à propos du Veda ; et ce n'est qu'à une date relativement récente (fin du ~ IIe millénaire ?) que le « quatrième Veda » se trouve pleinement intégré au canon des Écritures brahmaniques. On rencontre, en effet, dans l'Atharva-Veda toutes les catégories propres à ce type de littérature : hymnes de louange (comme dans le Rig-Veda), formules liturgiques (yaju), prescriptions rituelles (sūtra), commentaires exégétiques en prose (brahmanas et aranyakas), textes spéculatifs (upanishads). À diverses occasions, on a, d'ailleurs, l'impression que les tenants de l'Atharva-Veda ont imité leurs confrères (ainsi l'un des brâhmanas de l'école s'appelle Gopatha, Le Chemin des vaches, à l'imitation du Satapatha, Les Cent Chemins, du Yajur-Veda blanc).

Cependant, l'originalité principale de l'Atharva-Veda réside dans son contenu : alors que les trois autres collections védiques évitent, autant que faire se peut, de traiter de magie, l'Atharva-Veda en fait sa spécialité. On y trouve en abondance : des charmes de toute sorte (comment gagner l'amour d'une femme ; comment écarter une rivale ; comment se protéger d'un envoûtement ; comment éviter la foudre, la grêle, les météores ; comment arrêter une hémorragie, etc.), des formules d'envoûtement, des incantations div [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  ATHARVA-VEDA  » est également traité dans :

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Dans le chapitre « Les upaniṣad védiques »  : […] La Muṇḍaka (les muṇḍa sont des ascètes à la tête rase) se réclame de l'Atharvaveda ; relativement courte, elle se consacre à l'étude du brahman. Dans toutes ces upanisạd plus tardives, il n'est plus question de rituel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/upanisad/#i_42968

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 407 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les quatre Vedas »  : […] adhvaryu (« acolyte ») ; le Sāmaveda (Sāmaveda), à l'usage de l'udgatṛ (« chantre ») ; enfin, l'Atharvaveda (Atharvaveda), à l'usage du chapelain royal (purohita ou brahman). Ces noms se veulent significatifs : le Ṛgveda est centré autour des strophes (ṛc, d'où son nom), dont la récitation est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_42968

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ATHARVA-VEDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/atharva-veda/