ATHARVA-VEDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dernière des quatre grandes divisions du Veda. Elle occupe une place à part : alors que les trois autres ne sont désignées que par référence à leur contenu (le Sāma-Veda, par exemple, est « cette partie du Veda qui concerne le chant liturgique — saman »), l'Atharva-Veda (Atharvaveda) doit son nom à une famille (d'ailleurs mythique) de prêtres spécialisés dans le culte du feu, les descendants du rishi (« prophète ») Atharvan Angirasa. On a donc l'impression qu'à l'origine l'Atharva-Veda constituait un Veda particulier, qui prétendait à l'universalité au même titre que « l'autre Veda » divisé en trois collections autonomes mais solidaires (Rig-Veda, Sāma-Veda, Yajur-Veda). Les textes les plus archaïques parlent d'ailleurs de « triple science » à propos du Veda ; et ce n'est qu'à une date relativement récente (fin du ~ IIe millénaire ?) que le « quatrième Veda » se trouve pleinement intégré au canon des Écritures brahmaniques. On rencontre, en effet, dans l'Atharva-Veda toutes les catégories propres à ce type de littérature : hymnes de louange (comme dans le Rig-Veda), formules liturgiques (yaju), prescriptions rituelles (sūtra), commentaires exégétiques en prose (brahmanas et aranyakas), textes spéculatifs (upanishads). À diverses occasions, on a, d'ailleurs, l'impression que les tenants de l'Atharva-Veda ont imité leurs confrères (ainsi l'un des brâhmanas de l'école s'appelle Gopatha, Le Chemin des vaches, à l'imitation du Satapatha, Les Cent Chemins, du Yajur-Veda blanc).

Cependant, l'originalité principale de l'Atharva-Veda réside dans son contenu : alors que les trois autres collections védiques évitent, autant que faire se peut, de traiter de magie, l'Atharva-Veda en fait sa spécialité. On y trouve en abondance : des charmes de toute sorte (comment gagner l'amour d'une femme ; comment écarter une rivale ; comment se protéger d'un envoûtement ; comment éviter la foudre, la grêle, les météores ; comment arrêter une hémorragie, etc.), des formules d'envoûtement, des incantations diverses, des bénédictions de talismans, etc. Le Kalpa-Sūtra (traité rituel) de l'école donne également les recettes qui assurent l'efficacité de ces pratiques. Il ne faut cependant pas exagérer l'importance de cette section magique par rapport à l'ensemble de l'Atharva-Veda : il est indéniable que la magie est présente dans ce Veda, mais elle est loin de le constituer tout entier.

Souvent, d'ailleurs, le contenu de ces textes touche à d'autres disciplines : telle recette trouverait aisément sa place dans un traité de médecine ; telle autre concerne la préparation au combat militaire et rejoint telle prescription yajur-védique. Il est significatif que plusieurs hymnes de l'Atharva-Veda soient passés dans le Rig-Veda (ou inversement). De plus, l'idéologie même de la magie se retrouve dans les brâhmanas de toutes les écoles : existence de forces cosmiques, possibilité de les capter par le rite et de les utiliser à des fins humaines, efficacité du sacrifice (les dieux eux-mêmes sont contraints d'en observer les prescriptions) ; on se trouve là au cœur de la théologie brahmanique la plus orthodoxe, telle qu'elle s'exprimera dans la mīmāmsā.

Par voie de conséquence, les parties spéculatives sont très développées dans l'Atharva-Veda. Les upanishads qui s'y rattachent sont nombreuses (près de la moitié de l'ensemble) et la collection (samhita) d'hymnes qui, comme il est de règle, ouvre le recueil contient toute une série de poèmes philosophiques. C'est là que l'on trouve les premiers textes concernant le brahman (d'où vient le nom de Brahma-Veda parfois donné à l'Atharva-Veda) et l'âtman, ainsi qu'une louange du Temps (kala) comme origine et fin de toutes choses — louange qui fait penser à certaines conceptions iraniennes (Zurvan) et grecques (Chronos tenu pour un dieu). On y rencontre aussi un hymne à la Terre, où se trouve, en quelque sorte, annoncé le futur culte de la déesse Prospérité (Śrī ou Lakśmī).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  ATHARVA-VEDA  » est également traité dans :

UPANIṢAD

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 566 mots

Dans le chapitre « Les upaniṣad védiques »  : […] La Bṛhad āraṇyaka et la Chāndogya appartiennent donc à la même strate de textes, sans qu'on puisse avec certitude attribuer la priorité à l'une ou à l'autre. Toutes deux, fort longues, doivent avoir été composées de fragments conçus séparément mais provenant des mêmes cercles védiques. La Bṛhad āraṇyaka , la « Grande Upaniṣad forestière », se rattache aux écoles du Yajurveda blanc  ; elle forme […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les quatre Vedas »  : […] Les compilateurs du canon védique ont tenté de séparer, matériellement, les textes ressortissant à tel ou tel genre littéraire ; ils l'ont fait en divisant le corpus des Écritures en quatre grands corps auxquels ils ont donné les noms de Saṁhitā (« collections »), Brāhmana (« textes concernant le brahman »), Kalpasūtra (« prescriptions rituelles ») et Upaniṣad (« enseignements spéculatifs »). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ATHARVA-VEDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atharva-veda/