ROYAUME-UNIL'empire britannique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nouveau Commonwealth

En 1949, sous l'impulsion de Nehru, Premier ministre de l'Inde, devenue indépendante en 1947, malgré le scepticisme déclaré des dirigeants australiens, et grâce à la persévérance de Clement Attlee et Ernest Bevin, un nouveau Commonwealth voit le jour : il s'intitule simplement « des Nations », sans plus de référence au terme « britannique », il n'implique plus l'allégeance à la Couronne et est donc ouvert à des républiques, il admet comme nécessaire la plus grande diversité ethnique et linguistique.

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Vidéo : Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Le 15 août 1947, les Indes britanniques cessent d'exister. L'Indian Independance Bill, votée par le Parlement britannique, entre alors en vigueur. Le dernier vice-roi des Indes, lord Mountbatten, reste gouverneur général pendant l'instauration des nouveaux pouvoirs. La loi prévoit la... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Conférence sur la Palestine, 1946

Photographie : Conférence sur la Palestine, 1946

Le Premier ministre britannique Clement Attlee (1883-1967) et son ministre des Affaires étrangères Ernest Bevin (1881-1951), préoccupés par la décolonisation et l'évolution de l'empire britannique, assistent à la conférence sur la Palestine qui se tient à Londres en septembre 1946. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les racines du changement

Avant d'en arriver à cette révolution, on avait connu les effets du conflit. Celui-ci, terminé à l'avantage du Royaume-Uni qui est encore en 1950 l'indiscutable « troisième Grand », n'en a pas moins durablement affaibli ce vainqueur. Son économie a été durement éprouvée, même si une véritable révolution technique et un bond en avant scientifique constituent une consolation ; la livre sterling ne se maintient que par la bonne volonté des détenteurs d'énormes « balances sterling » et grâce à des prêts ou aides des États-Unis et du Canada. La victoire n'a elle-même été rendue possible que grâce à l'aide américaine dès 1940, avant même l'entrée en guerre des États-Unis, et en conjonction avec la puissance soviétique. L'empire a souffert : des territoires ont été un temps perdus en Birmanie, à la frontière égyptienne ; Singapour a été une proie aisée pour les forces terrestres japonaises au grand dam de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande ; la propagande ennemie a cherché à exalter les nationalismes et à s'appuyer sur eux, notamment en Égypte et en Irak où des coups d'État militaires britanniques se sont imposés pour sauver les « alliances ». En Inde, un temps menacée par les succès nippons en Birmanie, en Malaisie et en Chine, seuls les musulmans ont adopté un comportement relativement solidaire, on a dû emprisonner les dirigeants nationalistes hindous : au sortir du conflit, la situation était proche du chaos et, en 1947, le vice-roi Archibald Perceval Wavell recommandait d'évacuer d'urgence la « maison de fous ». Partout, de puissants mouvements mettaient en péril l'emprise coloniale : la cause de la décolonisation bénéficiait de la sympathie des démocrates et, pendant un temps, de la conjonction des efforts soviétiques et américains dans le cadre des jeunes Nations unies ; le panarabisme, le panislamisme s'épaulaient contre le colonisateur, le sionisme bénéficiait d'un énorme apport de sympathies qui avait obligé la Grande-Bretagne à abandonner son mandat en 1948 et à assister à la naissance, dans le sang de la première guerre judéo-arabe, d'un État d'Israël. Le Royaume-Uni, qui devait d'autre part consentir en Europe à la proclamation de la république d'Eire et à la sécession de l'Irlande du Sud du Commonwealth, se trouvait incapable de protéger des positions marginales et, en 1947, avait cédé aux États-Unis la protection de la Grèce et de la Turquie contre l'expansionnisme soviétique et la subversion interne communiste.

Les travaillistes au pouvoir à Londres, par réalisme et non par souci anticolonialiste, se sont trouvés dans la nécessité d'adopter une nouvelle politique. Elle a consisté à faire la part du feu en accédant à la volonté d'indépendance des peuples les mieux organisés : l'exemple de l'Inde, où Mountbatten, le dernier vice-roi, arrive muni de l'étrange ultimatum aux fractions opposées d'avoir à s'entendre sous l'égide anglaise ou de se voir livrées à elles-mêmes, les Anglais partis à une date fixée, est à cet égard particulièrement significatif ; cela aboutit, le 15 août 1947, à l'indépendance de l'Inde et du Pakistan ; Ceylan obtient le même sort en 1948, et la Birmanie accède à la liberté la même année. Par contre, le Royaume-Uni s'efforce encore de retenir ce qui n'est pas immédiatement menacé ou, dans le cas de l'Égypte et de l'Irak, de négocier des liens de type nouveau.

Mountbatten et Gandhi, 1947

Photographie : Mountbatten et Gandhi, 1947

Gandhi (1869-1948), leader nationaliste indien, rencontre lord Mountbatten, vice-roi des Indes, et son épouse, à New Delhi, en 1947. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Poursuivie par les conservateurs au cours des années 1950, avec l'émancipation de la Côte-de-l'Or, devenue Ghana, en 1957, et la promesse, tenue en 1960, de l'indépendance du Nigeria, avec aussi un accord qu'on croyait alors solide en 1954 avec l'Égypte, cette politique supposait une structure d'accueil pour les nouvelles nations indépendantes qui le désireraient et la mutation progressiv [...]

L'indépendance du Ghana (6 mars 1957)

Photographie : L'indépendance du Ghana (6 mars 1957)

Depuis le trône réservé aux représentants de la couronne britannique, la duchesse de Kent lit une adresse de la reine d'Angleterre aux membres du nouveau Parlement du Ghana, marquant l'indépendance de l'ancienne Gold Coast britannique. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Commonwealth

Commonwealth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La morale puritaine

La morale puritaine
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

William Penn

William Penn
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 46 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord constituent le Royaume-Uni, qui s'étend sur 244 030 km2 et abrite, selon les estimations de 2011, 62,6 millions d'habitants. La Grande-Bretagne est elle-même formée de l'Angleterre, du pays de Galles et de l'Écosse, tandis que l' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Wes […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-5 décembre 1991 Royaume-Uni. Effondrement du groupe Maxwell après la mort de son fondateur

Le 3, Kevin et Ian Maxwell démissionnent de leur fonction respective de président de Maxwell Communications Corporation (M.C.C.) et de Mirror Group Newspaper (M.G.N.), les deux principales composantes de l'empire de presse international fondé par leur père Robert, mystérieusement mort en mer, le 5 novembre, au cours d'une croisière au large des îles Canaries. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ROYAUME-UNI - L'empire britannique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/