ROYAUME-UNIL'empire britannique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le passage à un troisième empire

En 1931, le statut de Westminster dote l'empire britannique d'une sorte de constitution nouvelle. Il définit un Commonwealth « britannique » des nations qui réunit, « dans une commune allégeance à la Couronne », et sans aucun lien de subordination les unes par rapport aux autres, des nations qui, en théorie, sont « sœurs » par la culture : le Royaume-Uni, l'État libre d'Irlande, né en 1922, le Canada, Terre-Neuve, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Union sud-africaine sont ainsi constitués en entités souveraines et en partenaires égaux, pendant que les autres dépendances coloniales conservent leur statut de dominé et qui en devient d'autant plus humiliant. Ainsi se dessinait un « troisième empire » qui, pour la première fois, aurait fédéré dans un ensemble très souple d'anciennes dépendances et la métropole. Comment en est-on arrivé à cette révolution, d'autant plus impressionnante que, dès le départ, il est entendu que le statut de Westminster n'aurait d'existence dans chaque État concerné que sous réserve de la ratification singulière de chacun d'entre eux ? Et comment a fonctionné cet ensemble jusqu'à la nouvelle et dernière grande mutation intervenue dans les institutions impériales en 1949 ?

Empire britannique, 1920

Dessin : Empire britannique, 1920

L'empire britannique au lendemain de la Première Guerre mondiale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les « élus »

Parmi les appelés à un nouveau destin, on ne rencontre pas que des enthousiastes. Les Irlandais « du sud » sont des irrédentistes, qui revendiquent l'unité de l'île d'Érin comme condition première d'une association sincère avec l'Angleterre que ses dirigeants ont combattue par les armes lors de la révolution de Pâques 1916 et, surtout, entre 1918 et 1921. En Afrique du Sud, la puissante ethnie afrikaner fait montre d'un enthousiasme des plus modérés et se reconnaît dans le nationalisme du général Herzog, Premier ministre en 1924, tout en faisant preuve d'un réalisme opportun. Tous les dominions ont acquis, pendant la Grande Guerre, une conscience nationale plus profonde, qu'explique l'ampleur des moyens matériels et humains consacrés à soutenir la Grande-Bretagne (365 000 soldats canadiens, par exemple, ont combattu sous leur propre drapeau) ; les Premiers ministres, admis à participer aux délibérations d'un cabinet de guerre impérial lors de leurs passages à Londres, ont affirmé leurs ambitions propres, en particulier territoriales dans le cas de l'Australie et de l'Afrique du Sud avides d'acquérir des colonies ennemies ; à Versailles, une délégation impériale commune a précédé la reconnaissance par les Alliés du droit des dominions à un siège dans la nouvelle S.D.N. L'idée d'un Commonwealth a circulé dès 1916 dans les milieux gouvernementaux grâce au ralliement de lord Milner ; elle a reçu le soutien, dès mai 1917, du ministre sud-africain, le général Smuts (qui devient Premier ministre en 1919). Lors de la rédaction des traités de paix, les dominions ont exigé de n'être engagés qu'après ratification par leurs parlements respectifs, et non pas de la seule autorité du roi.

Jan Smuts

Photographie : Jan Smuts

Jan Smuts (1870-1950), ici en 1914, qui sera à deux reprises Premier ministre d'Afrique du Sud, de 1920 à 1924 et de 1939 à 1948. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'organisation nouvelle est issue d'une prise de conscience commune de l'intérêt d'y parvenir. Les liens économiques (la Grande-Bretagne des années vingt fait venir plus du quart de ses importations de l'empire et y envoie plus de 40 p. 100 de ses exportations, les dominions dirigent entre 35 et 80 p. 100 de leurs exportations vers la métropole), les intérêts stratégiques, malgré l'affaiblissement relatif du Royaume-Uni, la conscience de multiples liens de civilisation, de l'alimentation à la langue, du type de sport (le cricket, mais aussi le curling) à la confession religieuse protestante majoritaire sauf en Irlande, l'identité des théories et pratiques politiques, tout contribue à renforcer un véritable sentiment communautaire.

Avec un enthousiasme variable, immense dans le cas des Néo-Zélandais, inégal chez les Canadiens, on a entrepris la construction juridique d'un ensemble aussi souple que possible. La conférence impériale de 1926 a adopté les grands principes définis par un « rapport Balfour » ; on précise certaines applications au cours de celle de 1930, par exemple la nomination des gouverneurs généraux sur avis direct de chaque dominion concerné ou l'inclusion dans le futur statut de garanties métropolitaines à la constitution de certains États (cas du Canada). Le vote britannique de 1931 entérine purement et simplement un ensemble de décisions déjà mûres.

Stanley Baldwin

Photographie : Stanley Baldwin

Les Premiers ministres des dominions se réunissent au 10, Downing Street, la résidence du Premier ministre britannique Stanley Baldwin (1867-1947), quatrième à partir de la gauche, en 1926. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les « exclus »

L'empire comprend toujours des territoires au statut pa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Commonwealth

Commonwealth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La morale puritaine

La morale puritaine
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

William Penn

William Penn
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 46 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ROYAUME-UNI  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Géologie des îles Britanniques

  • Écrit par 
  • Frederick Wiar DUNNING
  •  • 4 171 mots
  •  • 1 média

Les îles Britanniques sont constituées de roches dont l'âge s'échelonne du Précambrien ancien (le plus ancien identifié à ce jour en Europe occidentale) jusqu'au Néogène récent et au Quaternaire. Cette succession comporte peu de lacunes : les sédiments de l'époque miocène, bien que largement développés dans les fonds sous-marins adjacents, manquent sur la terre ferme ; dans le Précambrien moyen d' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord constituent le Royaume-Uni, qui s'étend sur 244 030 km2 et abrite, selon les estimations de 2011, 62,6 millions d'habitants. La Grande-Bretagne est elle-même formée de l'Angleterre, du pays de Galles et de l'Écosse, tandis que l' […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

L'espace géographique britannique n'a pas coïncidé, pendant longtemps, avec une réalité politique. Seuls l'Angleterre et le pays de Galles réalisèrent leur unité au cours du Moyen Âge (bien que l'intégration totale soit le fait de Henri VIII Tudor) ; l'Écosse ne fut unie à sa voisine du Sud, au x […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Le système politique

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 11 105 mots
  •  • 4 médias

Beaucoup de bons esprits, en France, estimaient autrefois que le Royaume-Uni « n'avait pas de Constitution ». Ce n'était pas faux en ce sens qu'il n'y a pas de texte fondamental unique décrivant en détail les institutions politiques et la façon dont elles fonctionnent. Il existe néanmoins un cadre constitutionnel général qu'on appelle le « modèle de Wes […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - La société britannique contemporaine

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 7 542 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1945 et les grandes réformes socio-économiques d'après-guerre, la société britannique n'a cessé d'évoluer à vive allure. On peut distinguer dans cette époque contemporaine deux grandes périodes à peu près égales mais contrastées. La première, avec l'épanouissement de l'État-providence (Welfare State), correspond à une évolution vers plus d'égalité et à un gommage des dif […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Le Royaume-Uni est l'un des rares pays de l'OCDE, avec les États-Unis et le Canada, à bénéficier de ressources énergétiques importantes, ressources sur lesquelles il a pu fonder son développement et sa puissance industrielle. Le charbon au xixe siècle, l'énergie nucléaire dans les années 1950, le pétrole et le gaz dès 1975 lui ont longtemps donné l'im […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-5 décembre 1991 Royaume-Uni. Effondrement du groupe Maxwell après la mort de son fondateur

Le 3, Kevin et Ian Maxwell démissionnent de leur fonction respective de président de Maxwell Communications Corporation (M.C.C.) et de Mirror Group Newspaper (M.G.N.), les deux principales composantes de l'empire de presse international fondé par leur père Robert, mystérieusement mort en mer, le 5 novembre, au cours d'une croisière au large des îles Canaries. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ROYAUME-UNI - L'empire britannique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/