ROSE-CROIX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cercles allemands du XVIIIe siècle

Au siècle des Lumières, les sociétés groupées sous le nom de « Rose-Croix » existent surtout en Allemagne, où elles prennent le nom encore plus poétique de « Rose-Croix d'or » (Gold- und Rosenkreutz). Il s'agit de groupements épars, sans liens réciproques, et généralement préoccupés d'alchimie. Il faut beaucoup d'imagination pour voir une « filiation » ininterrompue entre ces groupements et les manifestes d'Andreae. Certes, l'expression Gold- und Rosenkreutzer avait déjà été employée à deux ou trois reprises au début du xvie siècle (par Petrus Mormius notamment) ; et le théosophe Samuel Richter, alias Sincerus Renatus, surtout, l'avait répandue par un écrit de 1709 consacré à la pierre philosophale, dans lequel on trouve déjà un projet de statuts pour une société portant ce nom, si bien qu'à la suite de Richter d'autres auteurs (dont J. H. Schmidt, alias Hermann Fictuld, en 1747) affirment l'existence d'une société des Rose-Croix d'or, détentrice des vrais arcanes hermétiques. Toutefois, c'est seulement ensuite, et pas avant 1755, qu'on découvre une trace historique palpable de cercles de ce nom : en Allemagne du Sud, en Europe centrale, à Francfort ; ils recrutent des gens importants, comme Stanislas II, roi de Pologne. Aucune de ces sociétés ne semble avoir été maçonnique, mais bon nombre de leurs membres sont également francs-maçons.

Tout à coup, en 1777, l'un de ces cercles manifeste une suprématie quantitativement indiscutable, celui des « Rose-Croix d'or d'ancien système » (Gold- und Rosenkreutzer älteren Systems) ; il se compose de neuf hauts grades et utilise des rituels passionnants pour l'historien du symbolisme. Au cours des deux années suivantes, de nombreux francs-maçons, assoiffés de mystère et d'ésotérisme, quittent leurs loges maçonniques de la Stricte Observance templière pour se rallier à ces Rose-Croix d'or d'ancien système. En même temps, deux membres de l'ordre contribuent à son renom : F. J. W. Schröder, médecin alchimiste, et F. C. Œtinger, qui fut le plus grand théosophe allemand du xviiie siècle. Il fau [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification


Autres références

«  ROSE-CROIX  » est également traité dans :

FLUDD ROBERT (1574-1637)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une œuvre considérable »  : […] Né à Milgate House (Kent), Fludd, qui latinisa son nom en de Fluctibus , entra en 1592 à St. John's College, à Oxford. Bachelier en 1596, maître ès arts en 1598, il voyagea ensuite pendant six ans sur le continent, étudiant la médecine paracelsiste et les sciences occultes. Il s'inscrivit ensuite à Christ Church College (Oxford) et fut reçu docteur en médecine (1605). Afin de s'installer à Londres […] Lire la suite

GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 295 mots

Né en Lorraine, ami de Maurice Barrès qu'il fit adhérer au martinisme, curieux de sciences secrètes et d'alchimie mais intoxiqué par les stupéfiants, Stanislas de Guaïta mourut prématurément. Initié à l'ésotérisme chrétien par Éliphas Lévi, et aux grands mystères en général par Fabre d'Olivet, il exaltait la « tradition chrétienne » et prôna une synarchie qui devait marquer l'avènement d'un spirit […] Lire la suite

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite

PELADAN JOSEPH dit JOSÉPHIN (1859-1918)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 442 mots

Partisan de l'ésotérisme et fondateur d'un ordre rosicrucien catholique, Joséphin Peladan, qui se donnait le titre de sâr, hérité, prétendait-il, d'un ancêtre roi babylonien, faisait grand cas de Fabre d'Olivet tout comme son contemporain Stanislas de Guaïta, le fondateur, en 1889, de l'Ordre kabbalistique de la Rose-Croix. Peladan entra immédiatement dans cet ordre, en même temps que Papus, mais […] Lire la suite

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 739 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les dates et les théories »  : […] Les difficultés sont de deux ordres. Dans ce que l'on est maintenant contraint d'appeler le « noyau » symboliste – ceux qui à l'époque même ont reçu ou revendiqué cette dénomination – les manières diffèrent à l'extrême : la peinture de Puvis paraît à cent lieues de celle de Gauguin, qui l'admirait pourtant ; le « tuyau de cheminée » de Carrière semble aux antipodes des joailleries de Gustave Mor […] Lire la suite

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviii e  siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en 1781, du huitième volume du Monde primitif d'Antoine Court de Gébelin (1725-1784) en donne le coup d'envoi : à la reche […] Lire la suite

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théosophie et ésotérisme : histoire d'un mot »  : […] Le mot theosophia , qui signifie étymologiquement « sagesse de Dieu », apparaît chez plusieurs Pères de l'Église, grecs et latins, comme synonyme de «   théologie » ; et cela tout naturellement, puisque sophia signifie à la fois une connaissance, une doctrine et une sagesse. Le sophos est un « sage ». Les theosophoï sont, littéralement, « ceux qui connaissent les choses divines ». Mais si l'on r […] Lire la suite

YATES FRANCES AMELIA (1899-1981)

  • Écrit par 
  • Margaret LLASERA
  •  • 676 mots

Après des études de français à l'université de Londres (B.A. 1924, M.A. 1926), Frances Yates, spécialiste britannique de l'histoire des idées, poursuit d'abord ses recherches en dehors du contexte universitaire. Entrée en 1941 au Warburg Institute, institut d'études de la Renaissance, elle y est nommée professeur en 1956. Elle estimait devoir à l'esprit encyclopédique du Warburg l'élaboration de s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « ROSE-CROIX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rose-croix/