ROSALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Rosacées, Saxifragacées, Crassulacées

Rosacées, Saxifragacées, Crassulacées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aubépine (rameaux fleuris)

Aubépine (rameaux fleuris)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Cognassier en fleurs

Cognassier en fleurs
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Saxifragacées : fleurs

Saxifragacées : fleurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Affinités

Les affinités entre Rosacées, Légumineuses, Crassulacées et Saxifragacées (et leurs familles satellites) sont unanimement reconnues, et les divergences portent seulement sur le rang taxinomique qu'il convient de leur attribuer : L. Emberger et A. Cronquist les considèrent comme des familles ; J. Hutchinson et A. Takhtajan comme des ordres (Rosales, Léguminales, Saxifragales), groupés par ce dernier dans le super-ordre des Rosiflores. Les Légumineuses ayant été traitées séparément, l'exposé suivant portera seulement sur les Rosacées, Crassulacées et Saxifragacées, et les familles voisines qui méritent d'être mentionnées. Les Hamamélidacées et les Platanacées, que l'on avait coutume de comprendre parmi les Rosales, sont exclues de cet ordre, à juste titre sans doute, par les taxinomistes modernes (A. Takhtajan, A. Cronquist).

Rosacées, Saxifragacées, Crassulacées

Rosacées, Saxifragacées, Crassulacées

Dessin

Diagrammes floraux des Rosacées-Saxifragacées-Crassulacées présentant les différents types de fleurs 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

On classe souvent parmi les Rosiflores la petite famille des Podostémonacées (43 genres ; environ 200 espèces), qui, à elle seule, constitue l'ordre des Podostémonales. Les Podostémonacées, qui vivent fixées sur les rochers des cascades et des rapides dans les régions tropicales, sont des plantes étranges. Leur appareil végétatif chlorophyllien est difficilement interprétable suivant les normes classiques de l'architecture des plantes vasculaires ; adhérant au rocher par des crampons (haptères), il ressemble soit à des tiges feuillées de Mousses (tiges grêles et courtes portant de petites « feuilles » non vascularisées), soit à des thalles d'Hépatiques ou d'Algues (lames foliacées épaisses et nervées, ou minces et sans nervures, entières ou dichotomes, ou déchiquetées en lanières). La structure histologique, très simple, comporte du parenchyme et du collenchyme, sans méats, ainsi que de rares trachéides groupés en maigres faisceaux sans liber ; les stomates font défaut. Les fleurs, petites, hermaphrodites ou unisexuées, nues ou entourées par un périanthe simple, actinomorphes ou zygomorphes, comprennent un ovaire bicarpellé et multi-ovulé, surmonté de deux styles libres, et un androcée dispo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROSALES  » est également traité dans :

LÉGUMINEUSES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 2 111 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractères botaniques »  : […] Les Légumineuses sont définies par six caractères essentiels . Le réceptacle (extrémité du pédoncule floral) est élargi en forme de cône, de plateau, de cupule, d'urne. Le gynécée (pistil), libre et supère, est, sauf exceptions, réduit à un seul carpelle dont les bords sont suturés dorsalement. Ce caractère suffit à conférer à la fleur une symétrie bilatérale ( zygomorphie ) ; chez la plupart d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legumineuses/#i_10979

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges MANGENOT, « ROSALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosales/