ROGER BACON (1212/1220-1292)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mathématiques et l'expérience

« Type accompli de l'augustinisme avicennisant » pour les uns, « aristotélicien néoplatonisant » pour les autres, Bacon échappe définitivement à toute classification dès qu'il s'adonne à la pratique effective des sciences. Mathématiques et langues sont pour lui les indispensables instruments de la réforme de l'organisation du savoir chrétien programmée dans les sept livres de l'Opus maius. Les mathématiques, parce que la nature opère selon les lois de la géométrie – la diffusion de la lumière, pensée comme « multiplication des espèces » selon « les lignes, les angles et les figures », est à la fois le modèle et l'illustration de la physique véritable. Les langues, parce que la sagesse des philosophes est le fruit d'une révélation dans l'histoire, qui suppose, pour le chrétien, la maîtrise d'au moins quatre langues : l'hébreu, le chaldéen, le grec, l'arabe.

À la fois mystique et rationaliste, Bacon voit d'emblée l'unité consubstantielle des sciences et de la théologie. C'est ainsi, par exemple, qu'on ne saurait expliquer le phénomène de l'arc-en-ciel sans combiner les données des mathématiques, de l'expérience et de l'exégèse, puisqu'elles nous en livrent respectivement les causes matérielle, efficiente et finale. La « science expérimentale » n'en reste pas moins le couronnement de toutes les sciences de la nature, car, si les mathématiques sont pour ainsi dire ancrées dans la réalité, seule l'expérience peut nous « faire voir » la loi géométrique enveloppée dans les phénomènes. Encore cet « examen » des phénomènes n'est-il pas un simple inventaire passif. En les provoquant, en les faisant varier, l'expérimentateur oblige la nature à se « montrer ». Confirmant les sciences spéculatives, l'expérience conduit aussi à l'innovation technologique. La machine apparaît alors comme l'instrumentation humaine de la nature. La réforme des études théologiques souhaitée par Bacon livre ici son sens véritable : c'est un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses), chaire histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval

Classification

Autres références

«  ROGER BACON (1212/1220-1292)  » est également traité dans :

THÉORIE DE L'ARC-EN-CIEL

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 194 mots

Né à Ilchester (Angleterre) et mort à Oxford, le moine franciscain philosophe et théologien Roger Bacon (vers 1220-1292) appartient à l'école d'Oxford où il fut le disciple de Robert Grosseteste (vers 1175-1253), après avoir été étudiant à Paris. Dans l'Opus maius envoyé en 1267 au pape Clément VI, il développe sa vision de la quête d […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ses structures »  : […] L'alchimie occidentale peut être divisée en trois branches principales. La première, aristotélicienne, a développé les applications de la théorie antique des quatre éléments à la transmutation des métaux. Préchimique et relativement rationnelle, elle se rattache plutôt à la tendance expérimentale de Rhazès. La seconde, concevant le monde comme un vaste organisme animé, reprenant les théories des […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] Entées sur un complexe de textes hétérogènes, pénétrées d'influences contradictoires, travaillées par des problèmes partiellement étrangers à l'univers d'Aristote, les principales théories médiévales de l'analogie se sont édifiées soit dans un sens « avicennien », soit dans un sens « averroïste ». Le composant avicennien prédomine dans toutes les théories qui font de l'analogie un sous-ensemble de […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Les grandes invasions qui provoquèrent la chute de l'Empire romain plongèrent l'Europe dans une léthargie intellectuelle qui devait durer presque un millénaire. Au début du Moyen Âge, on a bien souvent oublié les « classiques » grecs et on ne trouve aucun intérêt pour la science. Seuls quelques moines cherchent encore à expliquer le mouvement des astres, avec des allusions à Aristote. Saint August […] Lire la suite

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'augustinisme avicennisant »  : […] Comme on le sait, l'œuvre d'Albert le Grand fut recouverte, pendant des siècles, par l'œuvre de son élève le plus célèbre, saint  Thomas d'Aquin. Et précisément une grande part de l'activité de saint Thomas fut consacrée à la critique destructive d'une forme d'augustinisme qui conduisit Étienne Gilson à la découverte et à l'analyse mémorable du phénomène qu'il caractérisa comme « augustinisme avi […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le d […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Retour à la sémiotique »  : […] On pourrait croire qu'en articulant l'une à l'autre la théorie augustinienne du signe naturel et la notion d'« occurrence mentale » – l' intentio prima porteuse de toute une psychologie intentionnelle –, Guillaume d' Ockham formulait une théorie générale de la signification analogue à la conception baconienne de la connotation liant les uns avec les autres les mots, leurs « espèces » et les « esp […] Lire la suite

PIERRE PHILOSOPHALE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 069 mots

Née en Égypte, puis transmise par les Arabes à l'Occident où elle commence à se répandre au début du xii e siècle, l'alchimie peut se définir dans son sens le plus commun comme l'art de la transmutation de tous les métaux vils en or ; la pierre philosophale est le moyen de réaliser cette conversion, mais aussi la médecine universelle, l'élixir de longue vie ou panacée, le remède à tous les maux d […] Lire la suite

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des Anciens aux Modernes »  : […] L'idée d'un progrès cumulatif, celle d'une loi de perfectionnement ainsi que la théorie des âges du monde ont été appliquées, à partir de la Renaissance, non plus à la croissance de l'Église mais à l'avancement des sciences. Ce changement de plan est à rapporter au glissement, qui ne pouvait pas ne pas se produire, dans une chrétienté déféodalisée, du sens chrétien au sens profane de l'histoire. P […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain de LIBERA, « ROGER BACON (1212/1220-1292) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bacon/