THÉORIE DE L'ARC-EN-CIEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Ilchester (Angleterre) et mort à Oxford, le moine franciscain philosophe et théologien Roger Bacon (vers 1220-1292) appartient à l'école d'Oxford où il fut le disciple de Robert Grosseteste (vers 1175-1253), après avoir été étudiant à Paris. Dans l'Opus maius envoyé en 1267 au pape Clément VI, il développe sa vision de la quête de la sagesse, insistant sur le fait que la raison ne peut se passer de la confirmation expérimentale. Il reconnaît deux formes d'expériences, la première obtenue par inspiration mystique intérieure, l'autre par les sens aidés par des instruments et précisés par des mathématiques. Dans la cinquième partie de ce traité, il étudie les propriétés des lentilles qui permettent d'aider la vision et introduit le concept de « loi de la nature » pour les lois de la réflexion et de la réfraction. Il consacre la sixième partie à la scientia experimentalis qui, bien que méconnue, peut ajouter des connaissances qu'on ne peut pas découvrir par déduction ; il en donne pour exemple l'étude de la forme et des couleurs de l'arc-en-ciel.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « THÉORIE DE L'ARC-EN-CIEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-arc-en-ciel/