MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN (1911-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre ? Poète ? Philosophe peintre ? Savant utopiste ? Tout à la fois ? Rien de tout cela ? Matta refuse de s'identifier à un peintre, refuse même d'assumer le seul jeu d'un « Matta ». Il s'agit d'un homme qui a remis en question de nombreuses définitions (et d'abord celle de la peinture) : il a su démontrer par tout son travail, dessiné, peint, construit, sculpté, écrit, que les tableaux ne sont pas davantage « sur toile » ou « sur mur » qu'un livre n'est « sur papier », mais, comme n'importe quels « coucher de soleil, bouteille de vin, hostie, amulette », sur conscience. Ce n'est pas le regardeur qui, comme le disait Marcel Duchamp, « fait la peinture », mais celui que Matta appelle le « Jegardeur », qui « garde toutes les illuminations de son propre verbe voir ». Duchamp, en 1946, dans le Catalogue de la Société anonyme, écrivait déjà : « Matta suivit les physiciens modernes dans la quête de son espace neuf qui, bien que décrit sur toile, ne devait pas se confondre avec une nouvelle illusion tri-dimensionnelle » et concluait : « Bien qu'encore jeune, Matta est le peintre le plus profond de sa génération ».

Avec ses Morphologies psychologiques de 1938, Matta a commencé à révolutionner la peinture par la trouvaille d'une « perspective dans le temps » : en jetant toutes les couleurs sur la toile et en y libérant des formes nouvelles, comme s'il les extrayait de la matière même où l'être et la pensée sont en fusion avec l'« architecture du temps ».

Un réinventeur du surréalisme

Né en 1911 à Santiago du Chili, Matta ne s'est pas identifié davantage à son pays de naissance. Il l'a quitté en 1933 pour s'embarquer vers la France, sur un bateau de la marine marchande. Ayant suivi des études d'architecture à l'université catholique de Santiago, il trouva à Paris du travail chez Le Corbusier, où il devait faire des dessins pour la Ville radieuse. En 1934, il rencontra à Madrid Rafaele Alberti et Federico García Lorca, qui lui donna une lettre d'introduction auprès de Salvador Dalí. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN (1911-2002)  » est également traité dans :

GORKY ARSHILE (1904-1948)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 852 mots

Né en Arménie turque, Gorky, le premier peintre américain qui ait suscité une véritable légende, avait perdu l'usage de la parole à l'âge de trois ans, sous le choc du départ de son père, qui s'enfuit en Amérique pour se dérober au service militaire turc. Un professeur lui rendit l'usage de la parole deux ans plus tard en faisant semblant de se jeter devant lui du haut d'un rocher. À seize ans, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arshile-gorky/#i_4287

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN - (1911-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-antonio-sebastian-matta/