MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN (1911-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'espace de l'énergie humaine

Exclu du mouvement surréaliste en 1948, en même temps que Victor Brauner, Matta quitte New York, s'installe à Rome, où sa peinture développe le système du Cube ouvert (1949) et procède à la dénonciation des crimes : Contra vosotros asesinos de Palomas (en hommage à Lorca), Les roses sont belles (contre l'exécution des époux Rosenberg) ; des mauvais prophètes et des assassins : Les Golgoteurs (1952-1953), Le Prophéteur et finalement La Question en 1957, contre la torture en Algérie et en hommage à Henri Alleg. En 1959, Pontus Hulten organise sa première rétrospective : 15 Formes de doute, au Moderna Museet de Stockholm. Matta déclare alors : « Une structure de faits est en trompe l'œil. Ce que je cherche, c'est plutôt un trompe l'être. » La complicité qui lie Matta (revenu vivre à Paris) au poète Henri Michaux leur a fait accomplir des recherches conjointes dans un livre : Vigies sur cible (1959), qui fait suite à son tableau de 1958, Être cible nous monde. Matta se réconcilie alors avec Breton, réalise en sculpture certains des personnages surgis dans ses tableaux, peint un triptyque en hommage à Fidel Castro, un mural (détruit depuis lors) à Santiago du Chili et se rend pour la première fois à Cuba, en 1963. Sa rétrospective, la même année, à Bologne, qui va circuler à Düsseldorf et à Vienne, fut le second panorama entrouvert sur cette œuvre déjà immense par ses dimensions et par l'horizon conquis dans la pensée visuelle. En 1968, il a exposé les vingt et un tableaux du cycle L'Espace de l'espèce au musée d'Art moderne de la Ville de Paris, d'où ils furent transférés en mai à l'usine Nord-Aviation pour les ouvriers en grève. Six toiles de dix mètres de long chacune seront présentées en 1970 à la Nationalgalerie de Berlin, dont Grimau, ou les Puissances du désordre (1964-1965) et Burn Baby Burn (1965-1967). Il voyage en Égypte, à Cuba, en Zambie, en Tanzanie, en Angola et, le 4 septembre 1970, il exalte l'élection de Salvador Allende comme président de la république du Chili par un manifes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN (1911-2002)  » est également traité dans :

GORKY ARSHILE (1904-1948)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 852 mots

Né en Arménie turque, Gorky, le premier peintre américain qui ait suscité une véritable légende, avait perdu l'usage de la parole à l'âge de trois ans, sous le choc du départ de son père, qui s'enfuit en Amérique pour se dérober au service militaire turc. Un professeur lui rendit l'usage de la parole deux ans plus tard en faisant semblant de se jeter devant lui du haut d'un rocher. À seize ans, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arshile-gorky/#i_4287

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « MATTA ROBERTO ANTONIO SEBASTIAN - (1911-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-antonio-sebastian-matta/