SCHUMANN ROBERT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le xixe siècle, en la personne de compositeurs très importants, a observé, à l'égard du compositeur allemand Robert Schumann, une attitude ambivalente. Ces maîtres, alors même qu'ils subissaient quasi inconsciemment une véritable imprégnation du langage musical schumannien, lui adressaient des reproches qu'il suffirait souvent de prendre à l'envers pour les transformer en éloges. Saint-Saëns, par exemple, critiquait la forme et même le thème initial du Quintette opus 44 de Schumann, en le jugeant d'après des canons beethovéniens et sans voir que le contenu psychologique de l'ouvrage ne pouvait trouver meilleure adéquation que dans ce thème et dans cette forme. Quant à Liszt, c'est l'idée même d'un quintette qui lui paraissait périmée. Mais, chez Saint-Saëns comme chez Liszt, l'influence du langage de Schumann, et par conséquent de la vérité psycho-musicale qu'il véhicule, est évidente en maint endroit. La tâche incombe à notre époque de mettre en lumière l'originalité complète d'un langage musical dont tous les éléments – et souvent la forme elle-même – ont fait l'objet d'une recréation personnelle. Chez Schumann, la mélodie, l'harmonie, l'écriture polyphonique, le mètre, la sonorité instrumentale, ont tous subi une rénovation simultanée. Il n'est peut-être pas un seul musicien du romantisme dont on en puisse dire autant. À l'origine de cette richesse : une puissance d'imagination qui n'a d'égale que l'intensité des pulsions affectives.

La difficulté de choisir

Le premier problème, pour Robert Schumann qui compose dès l'âge de neuf ans, fait exécuter un psaume avec orchestre à onze ans, écrit des poèmes, esquisse des romans, des drames, un opéra, c'est de choisir la voie unique qu'il suivra. Le père, August-Friedrich, est libraire, éditeur, traducteur de Byron et de Walter Scott. La mère, Johanna-Christiana née Schnabel, chante en amateur. Jusqu'à seize ans, l'enfant, né à Zwickau (Saxe), mène d'e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : inspecteur principal de la musique au ministère des Affaires culturelles

Classification


Autres références

«  SCHUMANN ROBERT (1810-1856)  » est également traité dans :

SCHUMANN ROBERT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 845 mots
  •  • 42 médias

8 juin 1810 Robert Schumann naît à Zwickau, en Saxe, la même année que Frédéric Chopin.1828 Schumann prend à Leipzig des leçons de piano auprès d'un pédagogue célèbre, Friedrich Wieck, dont la fille Clara est alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schumann-reperes-chronologiques/

CARNAVAL (R. Schumann)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 297 mots
  •  • 1 média

« Schumann, Chopin, Liszt. Ce sont là [...] les trois maîtres dont l'œuvre a sauvé la musique pour piano de la platitude où elle menaçait de sombrer », écrit le musicologue Alfred Einstein dans Music in the Romantic Era (1947). Au sein d'une œuvre qui illustre pourtant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carnaval-r-schumann/#i_12297

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choral après Bach »  : […] Dès la seconde moitié du xviii e  siècle, le choral perd tout contact avec la musique extérieure. À partir du xix e  siècle, en revanche, la musique s'intéresse à nouveau au choral, mais sur l'exemple des maîtres qui l'ont utilisé et non plus à partir de sa source liturgique. Si les chorals insérés à l'occasion par Schumann dans certains recueils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choral/#i_12297

Fantaisie en ut majeur, SCHUMANN (Robert)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 556 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] La période 1829-1839 correspond pour Schumann à ses longues fiançailles avec Clara Wieck et à une production d'œuvres pour piano influencées par Jean Paul ( Papillons , Intermezzi , Impromptus , Carnaval ...) et par l'univers fantastique de Hoffmann ( Davidsbündlertänze , Phantasiestücke , Kreisleriana ...). L'année 1840, où il épouse enfin Clara, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantaisie-en-ut-majeur-schumann-robert/#i_12297

JOACHIM JOSEPH (1831-1907)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

Violoniste, chef d'orchestre et compositeur né à Kittsee (près de Bratislava), Joseph Joachim travaille avec G. Hellmesberger senior à Vienne et F. David à Leipzig (1843) avant de faire ses débuts au Gewandhaus de Leipzig (1843), à Londres (1844), à Dresde, Vienne et Prague (1846). Premier violon en 1849 à Weimar, où il vit dans le cercle de Liszt, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-joachim/#i_12297

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Schumann »  : […] Avec Robert Schumann , la démarche est tout autre. Il n'appartient pas, lui, à la famille des ingénus. Il tient de celle des artistes de vaste culture. Pour le romantique allemand, derrière les apparences sensibles, au-delà de la vie de la conscience, gît, au plus profond de la nuit, la réalité du monde, le flux mouvant du devenir. Quand Schumann, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_12297

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tonalité et l'hégémonie du mode d'ut »  : […] Dans l'affaire, la mélodie trouve bien, en principe, le champ libre, mais dans les limites étroites du mode d' ut . Et c'est pourquoi la mélodie classique se montre sous un jour absolument différent. Astreinte à prendre appui sur la tonique et la dominante, autorisée à de brèves digressions dans les tons voisins, sans cesse tentée par l'énoncé pur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodie/#i_12297

MENDELSSOHN-BARTHOLDY FELIX (1809-1847)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Témoin et initiateur »  : […] On sait l'admiration fervente de Robert Schumann : « Mendelssohn, je lève les yeux vers lui comme vers une haute cime. C'est un véritable dieu » (à T. Schumann, 1 er avril 1836) ; ou encore : « Je le tiens pour le premier musicien de notre époque » (15 mars 1839, à Simone de Sire). Marcel Beaufils résume ainsi l'apport de Mendelssohn à la musique  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-mendelssohn-bartholdy/#i_12297

ORATORIO PROFANE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 471 mots

Dénomination utilisée pour la première fois par Schumann, et servant parmi d'autres à caractériser de grands ouvrages épiques ou lyriques avec solistes et chœurs, destinés au concert. Jusqu'au xviii e  siècle, le nom d'oratorio est en principe réservé aux ouvrages d'inspiration religieuse, et les compositions profanes sont dotées des appellations l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oratorio-profane/#i_12297

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme »  : […] Les premiers compositeurs romantiques s'attachent davantage à la virtuosité naissante de l'instrument qu'à la diversité de ses possibilités : Weber ou Mendelssohn – plus poète dans ses Romances sans paroles – se montrent avides de traits jaillissants, de grands sauts, d'octaves brisées ou de doubles notes. Mais les mêmes effets semblent plus intim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_12297

SCHUMANN CLARA (1819-1896)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 351 mots

La pianiste et compositrice allemande Clara Schumann fut l' épouse du compositeur Robert Schumann et l' inspiratrice de Johannes Brahms. Née le 13 septembre 1819, à Leipzig, en Saxe, Clara Josephine Wieck étudie le piano dès l'âge de cinq ans, sur les encouragements de son père, Friedrich Wieck. En 1835, elle jouit déjà de la réputation d'enfant pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clara-schumann/#i_12297

TEMPO

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution du tempo dans la musique européenne »  : […] Dans la musique proportionnelle, il n'y avait pas d'indication de tempo, mais une tradition fixant la valeur des différentes espèces de notes ( integer valor ). Du xiii e  au xvi e  siècle, cette valeur a considérablement varié, ce qui complique fort la détermination du juste tempo dans les transcriptions d'œuvres écrites en notation proportionnell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo/#i_12297

Pour citer l’article

Olivier ALAIN, « SCHUMANN ROBERT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-schumann/