REDFIELD ROBERT (1897-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Initié à la recherche ethnographique au Mexique, Redfield fait paraître son premier ouvrage, Tepoztlán, a Mexican Village, en 1930. Attaché de recherches à l'Institut Carnegie, puis professeur et recteur de la faculté des sciences sociales de Chicago, Redfield dirige pendant seize ans des recherches dans le Yucatán et au Guatemala.

Ses principaux ouvrages sont consacrés à la culture indienne au Mexique : Chan Kom : a Maya Village (1934), écrit en collaboration avec l'anthropologue mexicain Alfonso Villa Rojas, The Folk Culture of the Yucatan (1941) et A Village That Chose Progress (1950, Un village qui choisit le progrès), dans lequel il retranscrit les transformations constatées à Chan Kom depuis son premier séjour. Sur le plan théorique, sa principale contribution est l'élaboration (en collaboration avec R. Linton et M. J. Herskovits) du concept d'acculturation qui allait se révéler d'une grande fécondité.

Dans ses dernières études, qui traitent des civilisations de la Chine et de l'Inde, Redfield expose sa théorie des civilisations, conçues comme des systèmes culturels interdépendants, se différenciant en « grande » et en « petite » traditions. La grande tradition incarnée par l'élite intellectuelle, et son système d'idées embrassant la philosophie, la science et les beaux-arts, modifie le caractère de la petite tradition, celle des communautés restreintes, telle qu'elle s'exprime dans la religion, dans l'art et la culture populaires. Les analyses menées dans Little Community (1955) et dans Peasant Society Culture (1956) montrent les paysans vivant dans de petites sociétés, en quelque sorte dans des tribus, mais des tribus touchées par la civilisation urbaine et par la grande tradition.

—  Yvan BARBÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  REDFIELD ROBERT (1897-1958)  » est également traité dans :

ACCULTURATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 8 291 mots

Formé à partir du latin ad, qui exprime le rapprochement, le terme acculturation a été proposé dès 1880 par les anthropologues nord-américains. Les Anglais lui préfèrent celui de cultural change (moins chargé de valeurs ethnocentriques liées à la colonisation : Malinowski), les Espagnols celui de transculturation (F. Ortiz), et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acculturation/#i_12960

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Facteurs intellectuels et moraux »  : […] Le progrès technique est d'ailleurs en général une conséquence du développement intellectuel, et celui-ci, on l'a dit, est, inversement, favorisé par le temps que les techniques nouvelles laissent libre pour une activité spéculative, soit dans une catégorie spéciale de citoyens, formant une élite intellectuelle, soit dans l'ensemble même de la population qui, disposant de loisirs, peut s'intéress […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_12960

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Valeurs et vision du monde »  : […] De tout temps, les ethnologues ont étudié ce qu'on appelle les valeurs, mais sous diverses rubriques : croyances, idées ou institutions. Radcliffe-Brown, par exemple, a décrit la valeur sociale d'un phénomène tel que le feu chez les Andamanais. Plus tard, C. Kluckhohn et ses collaborateurs firent des études comparées sur les valeurs parmi plusieurs sociétés voisines au Nouveau-Mexique. R.  Redfiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_12960

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « REDFIELD ROBERT - (1897-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-redfield/