LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peut-être ne faut-il pas dissimuler davantage son désarroi : si L'Homme sans qualités est toujours cité comme l'un des sommets de la littérature du xxe siècle, on peut se demander qui lit encore Musil en France, qui entretient un authentique commerce avec l'œuvre. Raison de plus pour souligner l'importance de deux ouvrages qui mettent en valeur la relation privilégiée que Musil établit avec la pensée philosophique et scientifique de son temps, sans sombrer pour autant dans une approche purement intellectuelle qui ferait fi du travail de l'écrivain qui plaça précisément les rapports de l'intellect et du sentiment au centre de son œuvre.

Dans son introduction à La Voix de l'âme et les chemins de l'esprit (Seuil, Paris, 2001), recueil des dix principaux essais qu'il a consacrés à Musil depuis un quart de siècle, Jacques Bouveresse pose d'emblée la bonne question en se demandant si Robert Musil va enfin intéresser les philosophes. Ce scepticisme s'explique, certes, par un climat intellectuel général qui fait que les « qualités musiliennes » ne sont pas vraiment au goût du jour : l'ironie, pourtant, n'est pas seulement le refus du sérieux ; l'exigence de précision n'a rien d'exorbitant ou de scandaleux, surtout quand elle doit répondre à la menace conjuguée de la naïveté idéaliste et de l'« indéfinition » délibérée. Chez Musil, la complexité croissante du monde implique en un premier temps d'« opposer un „pas encore“ résolu à toutes les mises en ordres prématurées ». Mais un tel principe de « ralentissement », si caractéristique de l'esprit d'Ulrich, cet « homme sans qualités », qui jamais ne « saute aux conclusions », n'empêche pas l'imposition d'un ordre. Il se trouve cependant que « les temps nouveaux constituent une excuse permanente pour ne pas mettre les choses en ordre, c'est-à-dire en ordre factuel ». Cette tension du diagnostic musilien n'entraîne en aucune manière la paralysie ; elle se révèle être tout au contraire une des conditions de l'avancée du roman-essai mus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-voix-de-l-ame-et-les-chemins-de-l-esprit-et-musil-philosophe/