SITHOLE NDABANINGI (1920-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nationaliste rhodésien, né le 31 juillet 1920 à Nyamandhlovu, dans le Matabeleland, en Rhodésie (auj. Zimbabwe), mort le 12 décembre 2000 à Philadelphie, en Pennsylvanie.

Éduqué chez les missionnaires, Ndabaningi Sithole est enseignant avant de partir étudier la théologie aux États-Unis de 1955 à 1958. De retour en Rhodésie, alors colonie britannique, il devient pasteur congrégationaliste, directeur d'école et président de l'Association des enseignants africains (1959-1960). Il entre en politique en 1960, et adhère au National Democratic Party (N.D.P.), que Joshua Nkomo vient de former. Le révérend Sithole devient un membre influent du parti et, après l'interdiction du N.D.P. en 1961, participe à la création de le Zimbabwe African People's Union (Z.A.P.U.). Lorsque cette organisation est à son tour interdite, il voyage sans relâche à la recherche de soutien.

En 1963, Sithole rentre en Rhodésie alors que la direction de Nkomo est de plus en plus contestée. Avec l'appui du nationaliste Robert Mugabe, Sithole rompt alors avec la Z.A.P.U. pour lancer un nouveau parti, la Zimbabwe African National Union (Z.A.N.U.). Considérés comme une menace par le pouvoir blanc minoritaire, Sithole et d'autres nationalistes sont arrêtés quelques jours avant la déclaration d'indépendance unilatérale de la Rhodésie, le 11 novembre 1965. Durant son séjour en prison, il est remplacé à la tête de la Z.A.N.U. par Mugabe. Le parti se reformera par la suite sous le nom de Z.A.N.U.-Patriotic Front (Z.A.N.U.-P.F.). Sithole est ainsi évincé pour avoir avoué publiquement durant son procès qu'il renonçait à la lutte armée.

Sithole est libéré en décembre 1974 afin de participer à Lusaka, en Zambie, à une réunion de leaders nationalistes noirs, au côté notamment du Premier ministre rhodésien, Ian Smith. Sithole rentre ensuite en Rhodésie et est à nouveau arrêté le 4 mars 1975. Libéré un mois plus tard, il assiste à une assemblée de l'Or [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  SITHOLE NDABANINGI (1920-2000)  » est également traité dans :

ZIMBABWE

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Franck MODERNE
  • , Universalis
  •  • 16 843 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la Déclaration unilatérale d'indépendance au Zimbabwe indépendant »  : […] La situation de la Rhodésie est certes des plus claires sur le plan intérieur mais des plus confuses sur le plan international. La colonie est devenue rebelle à la suite de la Déclaration unilatérale d'indépendance que Londres refuse d'avaliser (mais l'utilisation de la force armée pour amener les colons à résipiscence est écartée dès 1965). Le gouvernement de Harold Wilson décide de recourir à d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zimbabwe/#i_40155

Pour citer l’article

« SITHOLE NDABANINGI - (1920-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ndabaningi-sithole/