MERTON ROBERT KING (1910-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Couvert d'honneurs scientifiques et universitaires, membre de la National Academy of Sciences depuis 1968, Robert King Merton fut le premier sociologue à recevoir la plus haute distinction scientifique américaine, la National Medal of Science (1994). Son œuvre a été largement diffusée, traduite et enseignée. Elle comprend environ 180 articles scientifiques et une trentaine d'ouvrages, dont le plus important, Social Theory and Social Structure (1949), a été réédité une trentaine de fois et traduit en plus de dix langues.

Merton est né le 4 juillet 1910 à Philadelphie, de parents juifs immigrés de l'Europe de l'Est, sous le nom de Meyer Robert Schkolnick. L'histoire veut que son nom, – Robert King Merton –, soit celui qu'adolescent il utilisait lors de spectacles de magie. Après des études à Temple University, il rejoint, en 1932, l'université Harvard où il reçoit les enseignements de George Sarton en histoire des sciences, de Talcott Parsons et Pitirim Sorokin en sociologie. Il découvre au même moment, comme en témoignent les divers articles qu'il publie alors, la sociologie durkheimienne et joue un rôle non négligeable dans la diffusion de celle-ci aux États-Unis. Enseignant à l'université Columbia (New York) à partir de 1941 et jusqu'à la fin de sa carrière, il contribue, avec Paul Lazarsfeld, à faire de celle-ci un des hauts lieux de la recherche américaine en sociologie, et de cette dernière une discipline appliquée.

En 1936, il soutient à Harvard un Ph.D sous la direction de Pitirim Sorokin. Il y analyse les origines sociales et culturelles de la science moderne dans l'Angleterre du xviie siècle, époque que les historiens des sciences désignent comme celle de la « révolution scientifique ». Écartant les raisons économiques ou politiques, Merton situe les raisons de l'essor des recherches scientifiques et des institutions savantes dans le contexte religieux et culturel d'une période de l'histoire fortement marquée par le pro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie et chercheur au Centre de recherche sur les liens sociaux, C.N.R.S. et université de Paris-V-René-Descartes

Classification


Autres références

«  MERTON ROBERT KING (1910-2003)  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individu, groupes d'appartenance et groupes de référence »  : […] Une troisième théorie, associée aux noms de Hyman, de Newcomb et de Merton notamment, montre que les opinions et attitudes dépendent des différents groupes qui constituent le champ social d'un individu. Les uns sont des groupes d'«  appartenance » (groupes auxquels le sujet appartient réellement). Les autres sont des groupes de « référence », à savoir des groupes auxquels le sujet se réfère, qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/#i_12674

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Les théories de Merton et de Parsons »  : […] En revanche, nous ne croyons pas que certaines tentatives contemporaines de cla-rification de la théorie de l'anomie contribuent sensiblement à son progrès. Nous pensons particulièrement à l'analyse de Robert K. Merton. Selon Merton, l'anomie résulte du fait qu'une société peut proposer à ses membres certaines fins sans leur donner les moyens de les réaliser. Ainsi, la « réussite » sociale est – c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_12674

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « La théorie des dysfonctions »  : […] La théorie rationaliste affirmait la supériorité d'une forme d'organisation appelée bureaucratie, qui serait la seule forme capable d'assurer la stabilité et la prévisibilité indispensables au bon fonctionnement d'une société moderne. À partir de cette démonstration, elle s'efforçait de prédire, d'une part les grandes lignes de l'évolution, d'autre part les conditions et les conséquences du succès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/#i_12674

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causes, fonctions, raisons »  : […] L'idée de cause n'est-elle pas inapplicable, sachant que l'objet observé par la sociologie est une totalité et que ses composantes ne peuvent être expliquées que par référence à cette totalité ? Si oui, il faut expliquer ces composantes non par leurs causes, mais par leurs fonctions . En fait, c'est seulement sous sa forme radicale que le fonctionnalisme permet de fournir une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_12674

CLIENTÉLISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BRIQUET
  •  • 1 854 mots

Dans le chapitre « Clientélisme des partis et modernisation politique »  : […] La spécialisation des activités politiques, qui s'est accrue à partir du début du xx e  siècle, n'a pas cependant supprimé les pratiques clientélistes. Certes, celles-ci étaient progressivement dépréciées au fur et à mesure de la diffusion des normes de la citoyenneté civique et même sanctionnées par une série de dispositions légales condamnant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clientelisme/#i_12674

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie des idéologies à la sociologie de la connaissance »  : […] C'est le philosophe allemand Max Scheler qui propose les termes Wissensociologie et Soziologie des Wissens dans un ouvrage collectif paru en 1924, dont le programme inclut à la fois la détermination sociale de la vérité (ou de la connaissance du vrai) et de toutes les formes d'illusions sociologiquement conditionnées. Construisant à la fois sur les ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_12674

DÉLINQUANCE

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 4 584 mots

Dans le chapitre « L'étude du phénomène et ses interprétations »  : […] Entre la grande crise économique des années 1880 et la Première Guerre mondiale, les politiques criminelles classiques nées un siècle auparavant dans la filiation du traité Des délits et des peines , du juriste Cesare Beccaria, paru en 1764, subissent contestations et recompositions. Du coup, la délinquance devient objet d'étude et non plus seulement matière à dissertation j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delinquance/#i_12674

FONCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 342 mots

Dans le chapitre « Fonction manifeste et fonction latente »  : […] De manière moins métasociologique, Robert King Merton (1910-2003) a fondé l'analyse fonctionnelle sur une conception des faits sociaux comme « conséquences objectives » de besoins collectifs ( Éléments de théorie et de méthode sociologique , 1966, 1 re  éd. 1944). Il propose de distinguer entre fonction « manifeste » et fonction « latente ». La premiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-sociale/#i_12674

FRAUDE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 4 393 mots
  •  • 4 médias

L'idée même que des scientifiques puissent frauder était presque impensable jusqu'aux années 1970. Un observateur aussi perspicace que Robert King Merton, un des pionniers de la sociologie des sciences, écrivait ainsi en 1942 que les fraudes sont « quasi absentes dans les annales de la science ». Le grand public, tout autant que les milieux scientifiques, était convaincu que la science était une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraude-scientifique/#i_12674

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Vers une science des mœurs »  : […] Comment faire pièce à l'agressivité inhérente au sujet et qui constamment menace de s'actualiser en violence collective – ou en menues incivilités ? Tel est bien le problème qu'ont à « régler » les institutions, et à résoudre ceux qui ont la charge d'en assurer le fonctionnement. Le corpus formé par les œuvres majeures des sciences sociales, politiques et juridiques est riche d'éléments de réponse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_12674

INFLUENCE

  • Écrit par 
  • François CHAZEL
  •  • 4 171 mots

Dans le chapitre « Influence, pouvoir et cause »  : […] Pour donner une idée du champ attribué à l'influence, dans son acception la plus large, on se reportera à l'étude bien connue de Robert K. Merton sur deux types d'influence, local et cosmopolite. Le sociologue américain y insiste, en conclusion, sur la nécessité de distinguer entre les multiples formes d'influence, comme la coercition, la domination, le conditionnement et ce qu'il appelle la clar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/influence/#i_12674

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] La meilleure manière de saisir les phénomènes de loyauté, c'est de les traiter comme des relations de dévouement et d'attachement entre des individus situés à la périphérie et des individus placés au centre , sous la condition de ne pas oublier les relations de ces deux catégories avec celles qui sont situées au sommet de l'organisation sociale. La dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_12674

MENDRAS HENRI (1927-2003)

  • Écrit par 
  • Michel FORSÉ
  •  • 882 mots

Sociologue français, Henri Mendras laisse une œuvre foisonnante et volumineuse, fruit d'un esprit humaniste d'une grande ouverture. De la diversité de ses intérêts témoignent les livres publiés dans la collection qu'il a dirigée chez Armand Colin, ceux de la série intitulée « Le Changement social en Europe occidentale », et les contributions rassemblées par ses soins dans des ouvrages collectifs t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-mendras/#i_12674

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 866 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les applications contemporaines »  : […] Les recherches contemporaines se caractérisent par une application plus structurelle de l'organicisme. Reprenant l'image de l'interdépendance des parties, les fonctionnalistes l'appliquent à présent aux divers genres d'institutions sociales qui constituent, elles aussi, les parties d'un tout social. On abandonne l'analogie psychosociologique pour chercher dans l'organisme biologique un modèle du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_12674

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Comme c'est le cas de la plupart des spécialités de la sociologie , la sociologie des sciences ne prend son véritable essor que lorsque les sciences elles-mêmes commencent à être perçues comme un « problème social ». Leur développement massif après la Seconde Guerre mondiale, sans parler de l'impact social causé par le largage de deux bombes atomiques sur le Japon en 1945 (Hiroshima et Nagasaki), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_12674

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Le temps de la reconstruction »  : […] Quels que soient les pays, l'après-guerre annonce une nouvelle donne. En France, alors que l'influence de l'école durkheimienne est en déclin, la discipline se reconstruit sur de nouvelles bases. Jean Stoetzel, qui a créé l'Institut français d'opinion publique en 1938, collabore un temps avec le tout jeune Institut national des études démographiques fondé au sortir de la guerre, tout comme l'Ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_12674

Pour citer l’article

Olivier MARTIN, « MERTON ROBERT KING - (1910-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-king-merton/