MERTON ROBERT KING (1910-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Couvert d'honneurs scientifiques et universitaires, membre de la National Academy of Sciences depuis 1968, Robert King Merton fut le premier sociologue à recevoir la plus haute distinction scientifique américaine, la National Medal of Science (1994). Son œuvre a été largement diffusée, traduite et enseignée. Elle comprend environ 180 articles scientifiques et une trentaine d'ouvrages, dont le plus important, Social Theory and Social Structure (1949), a été réédité une trentaine de fois et traduit en plus de dix langues.

Merton est né le 4 juillet 1910 à Philadelphie, de parents juifs immigrés de l'Europe de l'Est, sous le nom de Meyer Robert Schkolnick. L'histoire veut que son nom, – Robert King Merton –, soit celui qu'adolescent il utilisait lors de spectacles de magie. Après des études à Temple University, il rejoint, en 1932, l'université Harvard où il reçoit les enseignements de George Sarton en histoire des sciences, de Talcott Parsons et Pitirim Sorokin en sociologie. Il découvre au même moment, comme en témoignent les divers articles qu'il publie alors, la sociologie durkheimienne et joue un rôle non négligeable dans la diffusion de celle-ci aux États-Unis. Enseignant à l'université Columbia (New York) à partir de 1941 et jusqu'à la fin de sa carrière, il contribue, avec Paul Lazarsfeld, à faire de celle-ci un des hauts lieux de la recherche américaine en sociologie, et de cette dernière une discipline appliquée.

En 1936, il soutient à Harvard un Ph.D sous la direction de Pitirim Sorokin. Il y analyse les origines sociales et culturelles de la science moderne dans l'Angleterre du xviie siècle, époque que les historiens des sciences désignent comme celle de la « révolution scientifique ». Écartant les raisons économiques ou politiques, Merton situe les raisons de l'essor des recherches scientifiques et des institutions savantes dans le contexte religieux et culturel d'une période de l'histoire fortement marquée par le protestantisme et le puritanisme.

Ce trava [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie et chercheur au Centre de recherche sur les liens sociaux, C.N.R.S. et université de Paris-V-René-Descartes

Classification


Autres références

«  MERTON ROBERT KING (1910-2003)  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individu, groupes d'appartenance et groupes de référence »  : […] Une troisième théorie, associée aux noms de Hyman, de Newcomb et de Merton notamment, montre que les opinions et attitudes dépendent des différents groupes qui constituent le champ social d'un individu. Les uns sont des groupes d'« appartenance » (groupes auxquels le sujet appartient réellement). Les autres sont des groupes de « référence », à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/#i_12674

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Les théories de Merton et de Parsons »  : […] En revanche, nous ne croyons pas que certaines tentatives contemporaines de cla-rification de la théorie de l'anomie contribuent sensiblement à son progrès. Nous pensons particulièrement à l'analyse de Robert K. Merton. Selon Merton, l'anomie résulte du fait qu'une société peut proposer à ses membres certaines fins sans leur donner les moyens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_12674

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « La théorie des dysfonctions »  : […] la discussion révolutionnaire antérieure sur les risques bureaucratiques. C'est Robert K. Merton qui a ouvert la voie dans un article célèbre publié en 1936 sur les conséquences inattendues d'une action dirigée vers un but. Dans cet article, Merton démontrait que la discipline nécessaire pour obtenir dans un cadre bureaucratique le comportement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/#i_12674

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Causes, fonctions, raisons »  : […] En fait, c'est seulement sous sa forme radicale que le fonctionnalisme permet de fournir une explication des phénomènes sociaux et constitue une méthode concurrente de l'explication par les causes. Or, comme l'a montré Merton dans un texte classique, le fonctionnalisme radical est inacceptable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_12674

CLIENTÉLISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BRIQUET
  •  • 1 854 mots

Dans le chapitre « Clientélisme des partis et modernisation politique »  : […] dans la première moitié du xxe siècle, étudiées par Robert K. Merton, ou dans les régions méridionales de l'Italie après la Seconde Guerre mondiale, décrites dans le cas de Naples par Percy Allum, ces « machines » coordonnaient sur une grande échelle l'attribution clientéliste de ressources administratives (logements, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clientelisme/#i_12674

CONFORMITÉ & DÉVIANCE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Déviance et « socialisation anticipatrice » »  : […] présentée par un marginal (individu ou groupe) n'est pas nécessairement écartée. C'est ce que montre bien l'analyse du phénomène désigné par Merton sous le nom de « socialisation anticipatrice ». Une conduite peut être jugée anormale et déviante par rapport au status actuel de l'individu, et normale par rapport au status futur du même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformite-et-deviance/#i_12674

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie des idéologies à la sociologie de la connaissance »  : […] de Newton. Cet essai stimulera d'autres travaux mettant en relation les choix des objets de recherche des scientifiques et les problèmes socioéconomiques d'une époque. Le sociologue américain Robert K. Merton publiera en 1936 une thèse intitulée Science, technologie et société dans l'Angleterre du XVIIe siècle. Critiquant les sociologues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_12674

DÉLINQUANCE

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 4 584 mots

Dans le chapitre « L'étude du phénomène et ses interprétations »  : […] allemandes, Durkheim devient, au contraire, une référence centrale. Dans ce contexte, Robert K. Merton explique, en 1938, la déviance par les tensions fréquentes entre la distribution des valeurs, normes et intérêts et celle des positions sociales et des statuts, ce qui entraîne un accès différencié aux moyens d'atteindre ces valeurs... S'ensuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delinquance/#i_12674

FONCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 342 mots

Dans le chapitre « Fonction manifeste et fonction latente »  : […] De manière moins métasociologique, Robert King Merton (1910-2003) a fondé l'analyse fonctionnelle sur une conception des faits sociaux comme « conséquences objectives » de besoins collectifs (Éléments de théorie et de méthode sociologique, 1966, 1re éd. 1944). Il propose de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-sociale/#i_12674

FRAUDE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 4 395 mots
  •  • 4 médias

était presque impensable jusqu'aux années 1970. Un observateur aussi perspicace que Robert King Merton, un des pionniers de la sociologie des sciences, écrivait ainsi en 1942 que les fraudes sont « quasi absentes dans les annales de la science ». Le grand public, tout autant que les milieux scientifiques, était convaincu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraude-scientifique/#i_12674

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Vers une science des mœurs »  : […] Dans ce parcours – où se croisent les voies, identifiées par Robert K. Merton, de la ritualisation, de l'innovation, de l'évasion et de la rébellion –, la société se découvre comme système d'illusions – religieuses, politiques, esthétiques –, générateur de déceptions. À partir de ce dernier terme, la déception, qui n'est, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_12674

INFLUENCE

  • Écrit par 
  • François CHAZEL
  •  • 4 171 mots

Dans le chapitre « Influence, pouvoir et cause »  : […] dans son acception la plus large, on se reportera à l'étude bien connue de Robert K. Merton sur deux types d'influence, local et cosmopolite. Le sociologue américain y insiste, en conclusion, sur la nécessité de distinguer entre les multiples formes d'influence, comme la coercition, la domination, le conditionnement et ce qu'il appelle la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/influence/#i_12674

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] On peut encore parler de clientélisme dans un contexte urbain. Les observations de Merton sur le boss américain qui, en échange de leur vote, protège les immigrés sont classiques. Mais le boss à la Merton n'est pas un patron comme le gamonal péruvien. Il s'en distingue au moins par deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_12674

MENDRAS HENRI (1927-2003)

  • Écrit par 
  • Michel FORSÉ
  •  • 882 mots

de cas. Ne pas se cantonner à un terrain lui apparaissait en contrepartie indispensable. Chaque fois qu'il s'est livré à une étude monographique approfondie, ce fut pour faire comprendre la « théorie de moyenne portée » qu'elle illustrait. Que l'on doive cette dernière notion à Robert Merton, éminent sociologue américain également disparu en 2003 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-mendras/#i_12674

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les applications contemporaines »  : […] dans certains cas, peuvent devenir eux-mêmes « afonctionnels ». Cet auteur ouvre ainsi la voie à un fonctionnalisme très souple, que R. K. Merton s'efforce de présenter de façon plus systématique dans son célèbre paradigme, déterminant de la sorte les impératifs fonctionnels qui permettent d'étudier les systèmes ou sous-systèmes socio-culturels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_12674

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 539 mots
  •  • 1 média

périodes. La première est marquée, à partir de la fin des années 1930 par les travaux du sociologue américain Robert K. Merton qui fournit une théorie sociologique du fonctionnement de la science comme sous-système social relativement autonome et soumis à des normes qui lui sont propres. La seconde, qui débute vers 1970, voit s'imposer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_12674

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Le temps de la reconstruction »  : […] déterministe et abstrait que certains critiques ont bien voulu le laisser croire. Le mérite en revient notamment à Merton, professeur nommé à Columbia en 1940. Dans le cadre d'une théorie fonctionnaliste à moyenne portée qui ne se contente pas d'assimiler la déviance et les conflits au statut de résidus dysfonctionnels, ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_12674

Pour citer l’article

Olivier MARTIN, « MERTON ROBERT KING - (1910-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-king-merton/