GAGUIN ROBERT (1423-1501)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Humaniste et diplomate français, ministre général de l'ordre des Trinitaires. Né à Calonne-sur-la-Lys, près de Béthune, Robert Gaguin fait ses premières études au monastère de Préavins (où il mourra), près de Saint-Omer. Très jeune, il entre chez les Trinitaires, qui l'envoient dans leur maison parisienne des Mathurins pour y étudier la théologie. À l'université de Paris, il s'applique aussi à l'étude du droit canon et des belles-lettres avec l'Italien Tifernas et le Français Guillaume Fichet, qui lui enseigne la toute neuve rhétorique. En 1463, il succède lui-même à Fichet à la chaire de rhétorique et il est nommé en même temps professeur de droit canon. Il devient même doyen de faculté, tandis que sa réputation lui vaut honneurs et missions. En 1475, il est élevé au rang de général de son ordre.

Louis XI l'envoie, en 1477, en Allemagne pour empêcher le mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien, mais il échoue dans sa mission. Charles VIII le charge d'une ambassade à Rome et lui demande, en 1486, de soutenir les intérêts de René de Lorraine contre Ferdinand, roi de Naples. En 1491, il est envoyé en Angleterre : on a conservé le souvenir de son éloquent discours devant le Conseil des ministres. Réputé « le mieux diseur » et le plus savant de son époque, il aurait reçu la charge, des mains de Charles VIII et de Louis XII, de la Bibliothèque royale, qu'il aurait considérablement enrichie par l'achat de précieux manuscrits ; mais le bibliographe Gabriel Naudé (1600-1653) conteste ce titre. En tout cas, on lui confie le soin des antiquités nationales et on le consulte dans les affaires politiques délicates : par là s'explique sa correspondance avec d'éminents personnages du royaume, sans compter ses rapports officiels aux souverains. Jouissant d'un crédit immense auprès des grands, Gaguin sut choisir avec discernement ses protecteurs. Érasme, jeune encore, figurait au rang de ses amis et il fit de l'humaniste français un éloge vibrant, qui n'était peut-être pas tout à fait [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGOLIN, « GAGUIN ROBERT - (1423-1501) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-gaguin/