Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DE NIRO ROBERT (1943- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Bibliographie

P. Agan, Robert De Niro, the Man, the Myth and the Movies, Robert Hales, Londres, 1998

M. Cieutat, « Robert De Niro ou les contraires inséparables », in Positif, no 199, novembre 1977

M. Cieutat & C. Viviani, Pacino/De Niro, regards croisés, préface de S. Pollack, Nouveau Monde, Paris, 2006

G. Kenny, Robert De Niro, Cahiers du cinéma, Paris, 2014

E. Powell, The Unofficial Robert De Niro, Paragon Book Ltd, États-Unis, 1996 ; Le Petit Inédit de Robert De Niro, trad. Sandra Vailles, Gremese International, Rome 1997

M. Scorsese, « De Niro et moi », in Cahiers du cinéma, no 500, mars 1996, repris in M. Scorsese, Mes plaisirs de cinéphile, textes réunis par N. Saada, éd. des Cahiers du cinéma, Paris, 1998.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer cet article

Joël MAGNY. DE NIRO ROBERT (1943- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/04/2020

Média

<it>Les Affranchis</it>, de Martin Scorsese - crédits : Dirck Halstead/ Warner Brothers, Inc./ Collection privée/ Encyclopedia Britannica

Les Affranchis, de Martin Scorsese

Autres références

  • CASINO (M. Scorsese)

    • Écrit par
    • 1 343 mots

    La légende demeure tenace, qui veut que le cinéma américain, s'adressant à un vaste public, repose sur des acquis éprouvés et laisse aux autres les risques de l'innovation. Casino dément à l'envi un tel cliché. Rarement narration fut plus éclatée, chronologie plus bousculée, mise en...

  • JACKIE BROWN (Q. Tarantino)

    • Écrit par
    • 1 130 mots

    Depuis son premier film, Reservoir Dogs (1992), davantage encore depuis Pulp Fiction, palme d'or du festival de Cannes en 1994, Quentin Tarantino est le plus « médiatique » des cinéastes américains, et le plus cinéphile. Plus que de cinéphilie, il faut d'ailleurs parler ici d'une culture des images...

  • KILLERS OF THE FLOWER MOON (M. Scorsese)

    • Écrit par
    • 1 116 mots
    William Hale, personnage réel qu’interprète iciRobert De Niro, projetait des mariages entre ses proches, notamment son neveu Ernest Burkhart (Leonardo DiCaprio), et des femmes indiennes dont il organisait par la suite l’assassinat. Il accaparait ainsi héritages et primes d’assurance. Discret, onctueux,...
  • SCORSESE MARTIN (1942- )

    • Écrit par
    • 2 562 mots
    • 3 médias
    ...également les traits esthétiques essentiels du cinéaste : une direction d’acteurs nerveuse et naturaliste (où brillent successivement Harvey Keitel et Robert De Niro avec qui Scorsese tournera dix films), une caméra très mobile, des éclairages fort signifiants, un montage haletant, une bande-son fournie...