DE NIRO ROBERT (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un univers gagné par le doute

Solitaire et timide, en quête de reconnaissance et de pureté mais en proie à une obsession de la survie qui peut virer à l'égocentrisme et à une mégalomanie lui faisant perdre tout contact avec la réalité, ne lui offrant d'échappatoire que dans une violence et une folie autodestructrices, De Niro incarne, à travers ses personnages, l'image d'une Amérique de moins en moins civilisée : hétérogène, incapable de retrouver une unité perdue. Le film le plus significatif et le plus dérangeant de sa carrière est à ce titre Taxi Driver. Moins pour sa violence que pour l’ambiguïté du personnage de Travis Bickle, très proche de la personnalité de De Niro comme de celle de Scorsese. Déjà, la première phrase de Main Streets, dite en voix off par le réalisateur lui-même, les concerne en fait tous les deux : « On ne s’acquitte pas de ses péchés à l’église. On le fait dans la rue, on le fait chez soi. » On pourrait ajouter : et sur un plateau de cinéma... Scorsese ne cache pas que, dans ce film, De Niro représente ce que lui-même ne pouvait être : « Moi, j’étais asthmatique, donc incapable de me battre ; non seulement je n’avais pas le courage, mais en plus, à cause de l’asthme, je pouvais difficilement m’enfuir en courant. » Vingt ans plus tard, le premier film de De Niro en tant que réalisateur, A Bronx Tale (Il était une fois le Bronx, 1993), fait écho aux thèmes et aux personnages de Mean Streets, l’acteur y interprétant un père « biologique », Lorenzo, qui tente vainement de faire respecter quelques principes moraux et la noblesse d’un travail honnête à son fils Calogero, fasciné par un père symbolique, le caïd Sonny...

Au bout du chemin, la destruction, l'autodestruction et le plus souvent la mort. Mais aussi une forme de rédemption... En 2006, la seconde réalisation de De Niro, The Good Shepherd (Raisons d’État), aborde les thèmes de la guerre froide et de la création de la CIA. S’y mêlent également les liens de paternité réels ou fantasmés, et l’effondrement des valeurs morales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  DE NIRO ROBERT (1943- )  » est également traité dans :

CASINO (M. Scorsese)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 344 mots

La légende demeure tenace, qui veut que le cinéma américain, s'adressant à un vaste public, repose sur des acquis éprouvés et laisse aux autres les risques de l'innovation. Casino dément à l'envi un tel cliché. Rarement narration fut plus éclatée, chronologie plus bousculée, mise en scène plus déroutante, poussant le système esthétique du cinéma de Martin Scorsese à son paroxysme : utilisation de […] Lire la suite

JACKIE BROWN (Q. Tarantino)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 131 mots

Depuis son premier film, Reservoir Dogs (1992), davantage encore depuis Pulp Fiction , palme d'or du festival de Cannes en 1994, Quentin Tarantino est le plus « médiatique » des cinéastes américains, et le plus cinéphile. Plus que de cinéphilie, il faut d'ailleurs parler ici d'une culture des images dont le haut lieu est le vidéo club, tel celui où Quentin Tarantino, né en 1963, passa l'essentiel […] Lire la suite

SCORSESE MARTIN (1942- )

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 2 620 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Passion à New York »  : […] Martin Scorsese est né à Flushing (Long Island), dans l’État de New York, le 17 novembre 1942. Après avoir suivi des cours de cinéma à l’université de New York et fait ses premiers pas en quasi-amateur, il obtient divers emplois professionnels surtout liés au montage (entre autres celui du documentaire Woodstock de Michael Wadleigh, 1970), avant de se voir confier par Roger Corman le tournage d’u […] Lire la suite

TAXI DRIVER, film de Martin Scorsese

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 898 mots
  •  • 1 média

Palme d'or au festival de Cannes en 1976, Taxi Driver marque le début de la célébrité mondiale pour son metteur en scène comme pour son interprète principal, Robert De Niro, qui avaient déjà collaboré dans Les Rues chaudes ( Mean Streets , 1973), et allaient encore tourner six longs-métrages ensemble. Pour Martin Scorsese, l'« Italo-Américain » qui se destinait à la prêtrise avant de s'investir […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « DE NIRO ROBERT (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-de-niro/