RÉSONANCE MAGNÉTIQUE

Applications biomédicales de la résonance magnétique

L'utilisation de la R.P.E. en médecine a été jusque-là assez limitée. Il existe des cas où un état pathologique se manifeste, après absorption d'un composé approprié, par l'apparition dans l'urine d'un radical libre de rapport gyromagnétique caractéristique.

C'est cependant la R.M.N. qui fait une entrée « fracassante » en médecine, principalement par le développement accéléré de deux applications in vivo : l'imagerie R.M.N. et la R.M.N. de haute résolution localisée.

L'objet de l'imagerie R.M.N. est de déterminer la distribution spatiale de la densité ou du temps de relaxation d'une espèce de spins dans un échantillon. Du point de vue médical, l'« échantillon » est un organisme vivant, et les spins observés sont les protons de l'eau ou des lipides. Par son résultat, elle comporte des analogies avec la tomographie des rayons X (scanner), mais également des différences notables. Non des moindres est le fait qu'il s'agit d'une méthode non-invasive : toutes les études tendent à prouver que l'application de champs magnétiques fixes ou de radiofréquence n'a aucun effet destructeur ou traumatisant, au contraire des rayons X, ce qui comporte de nombreux avantages pour le patient. De plus, elle permet d'obtenir des informations aussi bien fonctionnelles que morphologiques.

La première image R.M.N. a été présentée en 1973 par P. Lauterbur. Depuis lors, la méthode s'est développée, notamment aux États-Unis et en Angleterre, à une vitesse étonnante, de telle sorte que déjà (en 1983) des appareils sont utilisés dans des hôpitaux de nombreux pays.

Le principe de la méthode consiste à « marquer » la position des spins dans l'espace par leur fréquence de résonance, en utilisant un champ magnétique spatialement variable. La vitesse de variation du champ et sa direction sont caractérisées par un vecteur appelé gradient de champ. La variation du champ à travers l'échantillon est faible par rapport au champ moyen, mais grande devant la largeur des raies de résonance en champ h[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : sous-directeur de laboratoire au Collège de France, conseiller scientifique au Commissariat à l'énergie atomique
  • : docteur ès sciences, maître assistant au laboratoire de chimie structurale organique de l'université de Paris-XI, Orsay

Classification


Autres références

«  RÉSONANCE MAGNÉTIQUE  » est également traité dans :

KASTLER ALFRED (1902-1984)

  • Écrit par 
  • Bernard CAGNAC
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

Physicien français, né le 3 mai 1902 à Guebwiller (alors en Allemagne) et mort à Bandol le 7 janvier 1984. Professeur à l'université de Paris et à l'École normale supérieure, Alfred Kastler a obtenu le prix Nobel de physique en 1966 pour « la découverte et le développement de méthodes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-kastler/#i_81968

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 770 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Résonance magnétique »  : […] l'aide d'un petit champ excitateur h0 sinωt, on peut observer un phénomène de résonance lorsque ω = ωR. H0 représente un champ extérieur dans le cas de la résonance paramagnétique électronique (R.P.E.), technique très utilisée pour déterminer expérimentalement le facteur g. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_81968

POMPAGE OPTIQUE

  • Écrit par 
  • Alfred KASTLER
  •  • 4 287 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Applications »  : […] Un procédé efficace pour changer les répartitions de population des états atomiques est la résonance magnétique. Elle consiste à appliquer aux atomes un champ magnétique de haute fréquence. Lorsque la fréquence ν de ce champ est accordée à un intervalle d'énergie ΔE entre deux états atomiques (deux états Zeeman ou deux états […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompage-optique/#i_81968

PROTON

  • Écrit par 
  • Nicole d' HOSE
  •  • 4 575 mots

Dans le chapitre « Le moment magnétique »  : […] complète la méthode précédente en ajoutant un champ magnétique oscillant dont la fréquence variable entre en résonance lorsqu'elle correspond exactement à la transition entre les deux états de moment magnétique (correspondant respectivement aux états de spin — 1/2 et de spin + 1/2). Cette technique de résonance (qui est la base des mesures par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proton/#i_81968

RABI ISIDOR ISAAC (1898-1988)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 173 mots

Physicien américain né à Rymanów en Galicie, Isidor Rabi fait ses études à l'université Columbia. En 1928, il travaille en Allemagne dans le laboratoire d'Otto Stern, où il commence ses études sur les jets atomiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidor-isaac-rabi/#i_81968

RÉSONANCE, physique

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 628 mots

Égalité entre la fréquence ν de l'agent excitateur et l'une des fréquences propres ν0 du système oscillant excité, et caractérisée principalement par un maximum de la réponse du système en fonction de la fréquence excitatrice. La résonance existe dans de nombreux domaines de la physique et on peut en étudier quelques aspects […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-physique/#i_81968

SPIN ou MOMENT CINÉTIQUE ou ANGULAIRE INTRINSÈQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 5 385 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spin et interactions électromagnétiques »  : […] moyen de précession semblable à celui d'un gyroscope dans un champ de gravité. Cette « précession de Larmor » du spin est à la base des phénomènes de résonance magnétique (résonance magnétique nucléaire ou R.M.N. et résonance paramagnétique électronique ou R.P.E.), désormais largement exploités par la technologie, telle l'imagerie médicale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spin/#i_81968

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 3 564 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'hélium 3 et les autres superfluides »  : […] des années 1980. Quant aux propriétés magnétiques, elles ont été étudiées grâce aux différentes méthodes de la résonance magnétique nucléaire. Un effet particulier existe, appelé résonance longitudinale, dans lequel l'amplitude du spin total des paires oscille et correspond à une sorte d'effet Josephson interne. Enfin, l'anisotropie de l'énergie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_81968

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice GOLDMAN, Jacques COURTIEU, « RÉSONANCE MAGNÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-magnetique/