TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique tchèque (CZ)
Chef de l'ÉtatMilos Zeman (depuis le 8 mars 2013)
Chef du gouvernementPetr Fiala (depuis le 17 décembre 2021)
CapitalePrague
Langue officielletchèque
Unité monétairecouronne tchèque (CZK)
Population10 716 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)78 870

Littérature

Expression d'une communauté de taille moyenne mal placée en Europe centrale, l'espace de liberté de la littérature tchèque a toujours été fonction de la situation générale des pays tchèques (Bohême, Moravie, Silésie) ; dans les circonstances dramatiques, elle dut même suppléer l'absence de porte-parole légitimes pour manifester sentiments et aspirations profondes de la nation.

Son évolution est complexe et unique : elle éclôt au ixe siècle avec le vieux-slave, mais se sert rapidement du latin qui, dès la fin du xiiie siècle, doit coexister avec la langue nationale ; de plus, dès ce même xiiie siècle, l'allemand arrive avec des colons, puis, à la suite de la défaite de la Montagne Blanche (1620), menace de l'emporter au xviiie siècle, mais disparaît finalement avec l'horreur du nazisme. Sur un autre plan, cette littérature d'un pays catholique devient, du xve au début du xviie siècle, celle d'une nation à majorité hussite et protestante pour redevenir, vaincue par la Contre-Réforme, catholique.

En permanence sur ses gardes, obligée de se défendre, ses réactions nationalistes sont corrigées et maîtrisées par l'esprit humaniste et universaliste de ses plus éminentes figures, tels Hus, Chelčický, Comenius, Dobrovský, Kollár, Havlíček, Palacký, Masaryk, Šalda, Patočka, Černý...

Faut-il lui reprocher son penchant au « moralisme », son souci de la justice sociale, sa solide tradition populaire, conséquences du grand élan d'une religion authentiquement vécue et de la disparition prématurée, après 1620, de presque toute sa noblesse nationale et de ses couches aisées, victimes de la germanisation ? L'épanouissement d'une poésie épique, la recherche de pures beautés formelles sont sans doute contrariés. En revanche, un rare souffle spirituel et métaphysique se révèle dans plusieurs œuvres du xive siècle, chez Comenius et dans la poésie de Bridel, Mácha, Vrchlický, Březina, Hora, Zahradníček, Palivec, Holan...

Les vicissitudes connues au long du xxe siècle semblent le confirmer : littérature et culture tchèques doivent continuer à assumer leur périlleux destin fait de bouleversements, d'incertitudes, de luttes, d'exils et de brefs moments de répit et de relative liberté...

Débuts en vieux-slave

Le christianisme, introduit chez les Slaves de la Moravie et de la Slovaquie avant 800 et un peu plus tard en Bohême, n'a apparemment pas laissé trace d'activité littéraire en latin. C'est donc le « vieux-slave » qui devient la première langue littéraire avec l'écriture « glagolitique » élaborée (à la demande de Rastislav à Byzance) par Constantin-Cyrille, Grec de Salonique. En 863, avec son frère Méthode, ils apportent en Grande-Moravie les premières traductions qu'ils enrichissent avec leurs disciples : Évangiles (avec un singulier Prologue-Proglas′ rimé), prières, canons, chants, textes juridiques... Après la mort des deux apôtres (respectivement 869 et 885), une Vie de Cyrille et une Vie de Méthode, textes fondamentaux, sont composées par deux auteurs anonymes. Méthode disparu, Svatopluk, sous la pression du clergé latino-franc, chasse leurs disciples. La majeure partie d'entre eux fuit vers la Bulgarie, d'autres s'échappent en Croatie et en Bohême (témoin, un fragment de missel datant d'environ 900, conservé à Kiev).

Les Tchèques de Bohême (les Přemyslides se séparent de la Grande-Moravie en 894) utilisent alors deux langues liturgiques, le latin et le vieux-slave. Celui-ci est la langue des premières légendes (env. 940) sur leurs martyrs : Vie de sainte Ludmila (  920) et Vie de saint Venceslas (duc,   929). Vers l'an mille apparaît le plus ancien chant tchèque en vieux-slave, d'une longueur de 8 vers, Seigneur, aie pitié de nous !, qui se rapproche de la langue parlée. Au cours du xie siècle, divers textes ou prières sont encore adaptés du latin (Fragments glagolitiques de Prague notamment). En 1097, le monastère de Sázava fondé par saint Procope, dernier foyer « slave » en Bohême, est occupé par les bénédictins « latins « : le bilinguisme liturgique et littéraire a alors vécu, le latin triomphe.

Littérature latino-tchèque

Le latin trouve ses premières expressions originales dans la seconde moitié du xe siècle (l'évêché de Prague est fondé en 973). Des légendes (inspirées des œ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages

Médias de l’article

Tchèque (République) : carte physique

Tchèque (République) : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tchèque (République) : drapeau

Tchèque (République) : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999

Nouvelles adhésions à l'O.T.A.N., mars 1999
Crédits : John Ruthroff/ AFP

photographie

Audience, V. Havel

Audience, V. Havel
Crédits : C. Niedenthal/ Time&Life Pictures/ Getty

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé d'études à la Documentation française, Paris
  • : directrice de recherche au C.N.R.S.
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  TCHÈQUE RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

BOHÊME, géologie et géographie

  • Écrit par 
  • Joseph SCHULTZ
  •  • 925 mots

Čechy en tchèque, la Bohême est d'abord une unité naturelle, une cuvette entourée de toutes parts par un rempart de montagnes. Les Krušné Hory (monts Métallifères, Erzgebirge), au nord-ouest, dominent par un véritable abrupt l'intérieur du « quadrilatère ». Au nord, les Sudètes, succession de horsts et de grabens, sont hérissés de blocs cristallins élevés (Krkonoše, 1 602 m, Jeseníky, 1 492 m) et […] Lire la suite

BRNO

  • Écrit par 
  • Gyorgy ENYEDI
  •  • 139 mots
  •  • 1 média

Jadis capitale de la Moravie, Brno, avec ses 370 500 habitants en 2004, est la deuxième ville de la République tchèque, et la capitale de la région de Jihomoravský, dans le sud-est du pays. Elle est située au confluent de la Svratka et de la Svitava (affluents de la Morava), excellente position géographique sur le grand axe de communication qui, longeant l'arc externe des Carpates, relie depuis to […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Tchécoslovaquie »  : […] L'exemple de la R.D.A. contribua à accélérer la décomposition du régime communiste en Tchécoslovaquie. Depuis la fin du Printemps de Prague en août 1968 et la mise à l'écart de son porte-drapeau, le communiste réformateur Alexander Dubček, le pays vivait sous le joug d'un Parti communiste monolithique, dirigé par Gustáv Husák. Regroupés autour de la Charte 77, les dissidents furent longtemps marg […] Lire la suite

DIENSTBIER JIRI (1937-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 256 mots

Jiri Dienstbier était un journaliste et un homme politique tchèque, dissident du Parti communiste tchécoslovaque. Jiri Dienstbier naît le 20 avril 1937 à Cladno, en Tchécoslovaquie (aujourd'hui en République tchèque). En 1958, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque et travaille comme journaliste et correspondant étranger pour la radio d'État jusqu'au Printemps de Prague en 1968. En représail […] Lire la suite

DOLNI-VESTONICE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 304 mots

Fouillé méthodiquement depuis 1924, d'abord sous la direction de K. Absolon, puis d'A. Bohmers (1939-1942) et, enfin, de B. Klima à partir de 1947, le gisement de Dolni-Vestonice, près de Hustopeče, au pied des monts Pavlov en Moravie (région de Brno en République tchèque), est un site particulièrement représentatif du type d'habitat et des modes de vie du Paléolithique supérieur des plaines de l' […] Lire la suite

ELBE

  • Écrit par 
  • Pierre RIQUET
  •  • 618 mots

Mis à part le Rhin, qui a une origine alpestre, l'Elbe (en tchèque le Labe) est le plus important des fleuves d'Europe centrale coulant des massifs hercyniens en direction de la mer du Nord, ou de la Baltique, à travers la grande plaine germano-polonaise (Ems, Weser, Elbe, Oder, Vistule). L'Elbe a un bassin de 144 000 kilomètres carrés, sa longueur est de 1 165 kilomètres et le cours Vltava-Elbe a […] Lire la suite

HAVEL VÁCLAV (1936-2011)

  • Écrit par 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 1 163 mots

Homme de lettres devenu homme d'État, Václav Havel restera pour ses concitoyens l'incarnation du philosophe-roi. Comme son illustre prédécesseur Tomas Masaryk, premier président de la République tchécoslovaque de 1918 à 1935, il représente l'intellectuel engagé que des circonstances exceptionnelles propulsent sur le devant de la scène politique. Václav Havel est né le 5 octobre 1936 dans une famil […] Lire la suite

ODER

  • Écrit par 
  • Pierre RIQUET
  •  • 457 mots
  •  • 1 média

L'Oder (Odra en polonais et en tchèque) est un fleuve de 854 kilomètres de longueur, au bassin versant de 124 700 kilomètres carrés. À l'instar de la Vistule à l'est, de la Weser, de l'Ems et du Rhin à l'ouest, l'Oder coule du sud vers le nord ; elle rejoint aussi la grande plaine du Nord. Enfin, comme la Vistule, elle se jette dans la Baltique. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le bassin de l'O […] Lire la suite

OLOMOUC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 428 mots

Ville de République tchèque en Moravie du Nord, Olomouc (en allemand Olmütz) est située au centre-est du pays, à la confluence de la Morava et de la Bystčrice, à l'extrémité nord de la plaine fertile et agricole de Haná. Selon certaines hypothèses, Olomouc trouverait son origine dans un camp fortifié romain (Mons Iulii ou Mont Jules). Elle eut dès le ix e  siècle une fonction importante de fortere […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 janvier 2022 France – Chine. Adoption par l'Assemblée nationale d'une résolution sur le « génocide » des Ouïgours.

En 2021, le génocide des Ouïgours a déjà été condamné par des chambres parlementaires en Belgique, aux Pays-Bas, en République tchèque, en Lituanie, au Royaume-Uni et au Canada, ainsi que par l’exécutif aux États-Unis.  […] Lire la suite

13-23 décembre 2021 Union européenne – Russie – Mali. Sanctions européennes contre le groupe Wagner.

Le 23, dans un communiqué commun, seize pays occidentaux engagés dans la lutte antidjihadiste au Sahel – Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Estonie, France, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni et Suède – condamnent « fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien » et accusent la Russie « d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner ». […] Lire la suite

8-9 octobre 2021 République tchèque. Élections législatives.

Les 8 et 9 se déroulent des élections législatives marquées par la courte défaite de l’ANO (« Oui »), la formation populiste du Premier ministre sortant Andrej Babiš, qui obtient 27,1 % des suffrages et 72 sièges sur 200. ANO est devancé de justesse, en nombre de voix, par la coalition de centre droit Ensemble, dirigée par Petr Fiala, qui regroupe le Parti démocratique civique (ODS), l’Union chrétienne démocrate-Parti populaire tchécoslovaque (KDU-ČSL) et TOP 09 (conservateur). […] Lire la suite

17-18 avril 2021 République tchèque – Russie. Expulsions de diplomates russes.

Le 17, le Premier ministre tchèque Andrej Babiš affirme disposer de « preuves irréfutables » de l’implication du GRU, les services de renseignement militaires russes, dans l’explosion de cinquante tonnes de munitions, en octobre 2014, à Vrbětice, dans l’est du pays, qui avait fait deux morts. En conséquence, il ordonne l’expulsion de dix-huit diplomates russes. […] Lire la suite

11-12 décembre 2019 Union européenne. Présentation d'un « green deal ».

La République tchèque et la Hongrie signent l’accord, obtenant que celui-ci prenne en compte la place de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jaroslav BLAHA, Marie-Elizabeth DUCREUX, Marie-Claude MAUREL, Vladimir PESKA, « TCHÈQUE RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/