LAENNEC RENÉ THÉOPHILE HYACINTHE (1781-1826)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin français d’origine bretonne. Né à Quimper en 1781, René-Théophile-Hyacinthe Laennec commence ses études médicales auprès de son oncle Guillaume Laennec, médecin-chef des hôpitaux de Nantes (1796) et les achève à Paris où il suit l'enseignement de Corvisart à l'hôpital de la Charité. Docteur en médecine en 1804, il est, en 1812, chef de service à l'hôpital Beaujon, puis à la Salpêtrière et à l'hôpital Necker (1815). C'est là que, l'année suivante, il critique le diagnostic des maladies du thorax établi par percussions, posé en 1760 par le médecin viennois Auenbrugger et introduit en France par Corvisart : « L’art de percuter, d’ailleurs, quoique très simple en apparence, exige pour donner des résultats réellement utiles, une grande habitude, et une dextérité que beaucoup d’hommes ne peuvent acquérir. » Laennec découvre en 1816 puis perfectionne le procédé de l'auscultation par l’intermédiaire d’un instrument, le stéthoscope. Se souvenant de la transmission du son par les corps solides, Laennec expérimente : « Je pris un cahier de papier, j’en formais un rouleau fortement serré dont j’appliquai une extrémité sur la région précordiale, et posant l’oreille à l’autre bout, je fus aussi surpris que satisfait d’entendre les battements du cœur d’une manière plus nette et plus distincte que je ne l’avais fait par application immédiate de l’oreille. » Cet instrument est appelé stéthoscope, du grec stethos, la poitrine, et scopeô, observer.

Le stéthoscope de Laennec est rapidement amélioré : c’est bientôt « un cylindre de bois d'un pied de longueur, percé en son centre d'un tube de trois lignes de diamètre [...] évasé à son extrémité à une profondeur d’un pouce et demi en forme d’entonnoir ». Après l’étude des bruits du cœur normal et pathologique, Laennec étend son exploration clinique à la cage thoracique entière, il identifie et décrit la bronchophonie, le râle crépitant ou ronflant, le bourdonnement amphorique, le tintement métallique... Il rapporte ces signes à des lésions différent [...]

Premier stéthoscope de Laennec

Premier stéthoscope de Laennec

Photographie

Le premier stéthoscope de Laennec était un cylindre de bois creux. On appliquait une extrémité sur la poitrine du patient et l'oreille du médecin à l'autre extrémité. Le tube de bois était lui-même composé de deux parties vissées l'une à l'autre pour faciliter le transport. Une... 

Crédits : BIU Santé Médecine, Paris, cote : 02518

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAENNEC RENÉ THÉOPHILE HYACINTHE (1781-1826)  » est également traité dans :

HIPPOCRATE DE COS (460-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUANNA
  •  • 6 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hippocratisme »  : […] Hippocrate a exercé sur la pensée médicale, au cours de plus de vingt siècles, une influence analogue à celle qu'a exercée Aristote sur la pensée philosophique. Parfois contestée, souvent admirée, et plus souvent encore déformée en fonction de ce que l'on voulait y chercher, l'œuvre hippocratique a été un modèle de référence constant pour la médecine occidentale depuis l'Antiquité jusqu'au début d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-cos/#i_7776

LANCISI GIOVANNI MARIA (1654-1720)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 694 mots

En 1717, le médecin Giovanni Maria Lancisi (1654-1720) publie chez l’éditeur romain Salvioni De noxiis paludum effluv i is eorumque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-maria-lancisi/#i_7776

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'investigation clinique »  : […] La médecine a connu au cours des deux derniers siècles des progrès décisifs tellement nombreux, rapides et variés qu'il est impossible d'en dresser la liste, ni même d'en résumer les étapes. Tout au plus peut-on indiquer les principales orientations qu'elle a suivies depuis le début du xix e  siècle. La tendance initiale dominante a été d'imaginer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_7776

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Il y eut de tout temps, dans l'espèce humaine, des tousseurs et des cracheurs habituels. Ils paraissaient supporter sans dommage cette incommodité, que l'on désignait aux xvii e et xviii e  siècles sous le nom de catarrhe (du grec katarrhos , « écoulement »). Au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_7776

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'unité anatomo-pathologique de la tuberculose »  : […] En anatomie pathologique aussi bien qu'en clinique, la connaissance de la tuberculose en tant qu'entité morbide autonome, unitaire et spécifique n'a commencé à se dessiner qu'à la fin du xvii e  siècle. Un des travaux les plus remarquables de cette époque est celui de François de Le Boë, dit Sylvius (1588-1672) ; il signale la présence, chez les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_7776

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « LAENNEC RENÉ THÉOPHILE HYACINTHE - (1781-1826) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-theophile-hyacinthe-laennec/