RELATIONS INTERGROUPES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’étude des relations intergroupes s’intéresse aux aspects de l’interaction humaine qui impliquent des individus en tant qu’ils se perçoivent ou sont perçus comme membres d’une catégorie sociale. Cette dimension d’appartenance définit l’endogroupe, le groupe dont on est un membre, par opposition à l’exogroupe, le groupe auquel on n’appartient pas.

Sur le plan des contenus, les travaux distinguent les trois facettes que sont les stéréotypes, les préjugés, et la discrimination. Les stéréotypes constituent la sphère cognitive et renvoient aux diverses connaissances que les gens entretiennent à propos des différents groupes et des caractéristiques qui les définissent. Les préjugés concernent la dimension affective et recouvrent l’ensemble des émotions que les personnes ressentent à l’égard des groupes sociaux qui les entourent. Enfin, sur le plan comportemental, la discrimination désigne la panoplie des conduites manifestées face aux membres de son groupe ou des autres groupes. Si ces termes sont le plus fréquemment associés à des aspects peu reluisants – on pense à des stéréotypes désobligeants, des émotions de peur et des comportements de rejet voire d’agression –, la réalité est bien plus nuancée. Même lorsque les stéréotypes, les préjugés et même la discrimination prennent un tour positif, leurs conséquences peuvent s’avérer délétères. Un cas d’école concerne la vision paternaliste des hommes à l’égard des femmes, car cette dernière enferme les femmes dans des rôles subalternes et les associe à la fragilité et à l’incompétence. De fait, un des modèles contemporains les plus aboutis, le modèle du contenu du stéréotype, intègre chacune des trois facettes dans un espace organisé autour de deux dimensions dites de « compétence » et de « chaleur ». Selon cette conception, le niveau occupé par les divers groupes dans la hiérarchie sociale et le degré de coopération escompté avec leurs membres se traduisent sous forme de stéréotypes. Ainsi, les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RELATIONS INTERGROUPES  » est également traité dans :

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agression-psychologie-sociale/#i_56785

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De 6 à 12 ans »  : […] Ce qui frappe à cet âge, c'est la programmation minutieuse des conduites dans le travail. Activité normée, forcée, sanctionnée, celui-ci vise à constituer en l'enfant des méthodes et des savoirs à valeur sociale. En apparence, la socialisation consiste donc en un modelage par conditionnement, en vue d'amener la différenciation – des lettres, des mots, des opérations... – et les synthèses : rédact […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-socialisation/#i_56785

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « La perspective lewinienne »  : […] Kurt Lewin applique le principe de la Gestalttheorie (psychologie de la forme) à l'étude des groupes. Le groupe est un tout qui ne se réduit pas à la somme de ses parties. Il constitue avec son entourage immédiat une structure dynamique (un champ), dont les principaux éléments sont les sous-groupes, les membres, les canaux de communication, les barrières, et dont Lewin a essa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-de-groupe/#i_56785

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

La théorie sociologique, qui considère l'ensemble des phénomènes sociaux, est bien plus large que la théorie des groupes ou groupements , et ne peut être confondue avec elle. Certaines des contributions théoriques majeures, notamment celles des fondateurs, ont négligé ce mode de détermination de la réalité sociale. Cette constatation se vérifie dans l'œ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_56785

PRÉJUGÉS ET DISCRIMINATION

  • Écrit par 
  • Markus BRAUER
  •  • 1 077 mots

Le terme  « préjugé » fait référence à une attitude défavorable envers les membres d’un groupe social. Cette attitude se manifeste sous forme d’évaluations négatives (par exemple, l’attribution de traits négatifs ou d’intentions malsaines) et de sentiments hostiles (le mépris, la haine…). Cette attitude constitue souvent une réaction défensive à une menace perçue pour son groupe d’appartenance, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prejuges-et-discrimination/#i_56785

PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 4 079 mots

Pourquoi la religion a-t-elle été présente dans probablement toutes les sociétés humaines et est-elle encore présente chez environ deux tiers de la population mondiale ? Pourquoi, à des degrés variables selon les différentes sociétés, y a-t-il toujours des croyants, des agnostiques et des athées, avec en plus des formes et une intensité variables de foi ou de non-foi ? Quels sont les caractéristiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-religion/#i_56785

SHERIF MUZAFER (1906-1988)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN
  •  • 326 mots

Muzafer Sherif est l’un des fondateurs de la psychologie sociale contemporaine. Né à Ödemiş (Turquie), il obtient deux maîtrises en psychologie à l'université d'Istanbul puis à Harvard. Il défend en 1935 à Columbia un doctorat sur la formation des normes sociales sous la direction de Gardner Murphy. Il y démontre notamment la convergence des membres d'un groupe vers une norme commune au niveau de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muzapher-sherif/#i_56785

SOCIOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean MAISONNEUVE
  •  • 3 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Portée de la sociométrie »  : […] Selon Moreno, la portée de la méthode sociométrique est considérable, tant sur le plan de l'ensemble des recherches psychologiques que comme source d'interventions à la fois sociales et thérapeutiques. S'il paraît excessif de souscrire entièrement aux ambitions de Moreno, force est de reconnaître que la sociométrie fournit une contribution d'envergure dans le domaine de la psychologie sociale. D'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociometrie/#i_56785

TAJFEL HENRI (1919-1982)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN
  •  • 322 mots

Henri Tajfel est un psychologue social connu pour ses travaux sur les relations intergroupes. Né à Wloclawek (Pologne), il émigre en France en 1937 et commence des études de chimie. Naturalisé, il est mobilisé en 1939 et prisonnier de guerre jusqu’en 1945. Il étudie ensuite la psychologie et la pédagogie à Paris, Bruxelles et Londres, où il obtient un doctorat en psychologie. Naturalisé britanniq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-tajfel/#i_56785

Pour citer l’article

Vincent YZERBYT, « RELATIONS INTERGROUPES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/relations-intergroupes/