RÉCEPTION, art et littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En histoire de l'art comme en littérature, la notion de « réception » recouvre des objets et des méthodes variés, relevant de traditions intellectuelles distinctes. Le terme lui-même renvoie à l'« esthétique de la réception », développée dans le domaine de la littérature à partir des années 1960, au sein de l'école de Constance, par l'universitaire allemand Hans Robert Jauss. Selon lui, une œuvre littéraire ne se constitue qu'au moment où elle devient l'objet de l'expérience littéraire des contemporains ou de la postérité (Pour une esthétique de la réception, 1966). Dans cette conception profondément historiciste, l'œuvre a nécessairement un caractère polysémique, du fait de la pluralité des lecteurs et surtout des époques ou des contextes qui sont les leurs. La tâche de l'interprète consiste alors à reconstituer l'« horizon d'attente » du premier public – c'est-à-dire l'ensemble des conventions et des références partagées par celui-ci – et à mesurer l'écart esthétique que porte l'œuvre nouvelle qu'il considère, en se servant des réactions du public et des jugements de la critique. Mais cette esthétique de la réception ne vise pas uniquement le moment de la création des œuvres et leur pouvoir de subversion face aux attentes des contemporains. La succession des interprétations dans le temps figure également à son programme. Ainsi cette théorie ne conçoit-elle pas la signification des œuvres comme univoque et stable, mais, tout à l'inverse, comme historiquement construite et dialogique, puisque produite dans le champ séparant les propositions de l'œuvre et les multiples réponses des lecteurs.

Histoire de l'art

En histoire de l'art, l'esthétique de la réception a été adaptée par Wolfgang Kemp, qui, dans Le Spectateur est dans le tableau. Science de l'art et esthétique de la réception (1985), l'envisage comme l'étude des signaux et appels au spectateur présents dans chaque œuvre. Profondément influencée par la critique de Diderot, et surtout par les travaux du grand historien de l'art viennois Aloïs Riegl (en particulier par ses derniers ouvrages, tel celui consacré au Portrait de groupe hollandais, 1902), cette conception de la réception resserre le champ d'analyse en privilégiant l'œuvre et son spectateur. Ici, l'agent le plus actif de la réception est en réalité l'œuvre d'art, dans la mesure où elle détermine de manière quasi structurale sa relation au spectateur. Ce spectateur est une construction de l'artiste : il n'entre pas dans l'intention de Kemp de briser ce type abstrait, de le détacher de l'œuvre pour le situer dans son historicité, en s'interrogeant sur son équipement culturel spécifique, bref, de le transformer en un public admettant des modulations dans la perception des œuvres. À ce titre, Kemp distingue clairement l'« esthétique de la réception » (Rezeptionsästhetik), dont relève précisément l'étude de la présence implicite du spectateur dans les œuvres, des différentes formes d'une « histoire de la réception », qui comprend l'étude de l'évolution des formules artistiques, et que l'on peut également désigner comme l'histoire de l'« effet » produit (Wirkungsästhetik), ou l'histoire de la réception littéraire, la psychologie de la réception et enfin l'« histoire du goût ».

Or certaines de ces dernières catégories, que Kemp a soin de distinguer, correspondent à des domaines de recherche infiniment féconds, qui n'ont guère eu besoin des attendus théoriques de l'esthétique de la réception pour se constituer. Il existait déjà un genre essentiel en histoire de l'art, qui assumait la collecte de certaines catégories de réactions devant les œuvres : la « fortune critique ». Théorisée en Italie dans le sillage des conceptions esthétiques du philosophe Benedetto Croce (1866-1952), la fortuna critica est la recherche des variations que la critique fait subir aux œuvres. Postulant une identité entre histoire et critique d'art, la fortune critique, telle que la conçoit un historien de l'art aussi essentiel que Roberto Longhi (1890-1970), devait aboutir à une « anthologie de la critique d'art immédiate », où les poètes pouvaient avoir autant d'importance que les critiques ou les érudits attitrés, dès lors qu'ils avaient, mieux que les autres, qualifié l'univers personnel d'un peintre ou révélé son importance. Le long développement sur la fortune critique de l'artiste, en appendice de son Piero della Francesca (1963), illustre cette conception du genre, entièrement sous-tendue par la recherche des catégories formelles les plus à même de faire ressortir la personnalité stylistique d'un artiste.

Les prémisses de l'histoire du goût sont bien différentes. L'expression elle-même n'est pas neuve. Dès 1926, Lionello Venturi avait rassemblé ses recherches sur la découverte des artistes des Trecento et Quattrocento sous l'intitulé Le Goût des primitifs (1972). Mais, face à la concentration presque exclusive sur les documents écrits qui avait longtemps caractérisé la fortune critique réunie autour de l'œuvre de certains artistes, l'histoire du goût, telle que l'historien de l'art anglais Francis Haskell a pu la pratiquer, opère une extension typologique considérable des indicateurs de la réception des artistes à une époque donnée. Dans son ouvrage majeur La Norme et le Caprice. Redécouvertes en art (1976), Haskell considère les critiques, les collectionneurs, les marchands, les artistes eux-mêmes, les institutions que sont l'École des beaux-arts, le Salon ou les expositions, comme les agents des mutations du goût pour les artistes du passé, en France et en Angleterre au xixe siècle. La réhabilitation et le déclassement de certains maîtres anciens est alors le phénomène qui permet de mettre en évidence les fluctuations du goût, lesquelles dépendent de contextes et de catégories sociales en constante évolution.

Un autre aspect de la réception des œuvres d'art réside dans le vaste champ des réactions extrêmes ou aberrantes qu'elles suscitent. Ainsi, la question de l'iconoclasme à travers les époques, et, plus généralement, ce que David Freedberg appelle les « réactions intenses » devant les images (Le Pouvoir des images, 1989), est au cœur de nombreux travaux qui en appellent aux catégories de l'anthropologie. Il s'agit alors d'une multitude de réactions, attitudes ou pratiques quasi immémoriales, qui intéressent de plus en plus certains historiens de l'art, et qui vont de l'activation à la destruction des images, de la faveur demandée à une icône à la grâce rendue à celui qui l'implore, de l'excitation devant un nu à la censure des représentations indécentes. Loin du jugement exercé des connaisseurs enregistrant, tel un sismogra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle
  • : ancien pensionnaire à l'Institut national d'histoire de l'art, chargé de cours à l'École du Louvre

Classification

Autres références

«  RÉCEPTION, art et littérature  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'esthétique de la réception »  : […] L'esthétique de la réception apparaît comme un compromis entre l'histoire littéraire et la philosophie herméneutique. À la question « comment faire encore de l'histoire littéraire après Heidegger ? », elle répond en mettant l'accent sur le lecteur, sur la relation du texte et du lecteur, sur le procès de la lecture. Son point de départ remonte à Husserl et à l'idée d'une conscience dans la lecture […] Lire la suite

GENRES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER
  •  • 3 083 mots
  •  • 1 média

La notion de genre littéraire a joué de tout temps un rôle important dans la description et l'explication des faits littéraires. C'est que la littérature n'est jamais simplement la somme des œuvres individuelles, mais se constitue tout autant à travers les relations que ces œuvres tissent entre elles. Du côté de l'auteur, et à travers le jeu infini des prescriptions et des interdits, des imitatio […] Lire la suite

JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Karlheinz STIERLE
  •  • 829 mots

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la communication littéraire. Hans Robert Jauss, professeur de […] Lire la suite

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « Petit organon littéraire »  : […] Pour saisir cet ensemble jusque dans ses contradictions et tenter d'en décrire l'intelligibilité, il faut donc accepter de ne pas privilégier l'une ou l'autre doctrine. Comme l'histoire montre que la littérature peut parler de tout, – religion, nation, sociabilité, jeux de langage transcendances... –, ce n'est pas sur les sujets abordés que peut se fonder la réflexion. Pas davantage sur les genres […] Lire la suite

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Vers la sémiostylistique »  : […] De la sorte, on reste en présence de la dialectique du plural et du singulier, du différentiel et du typique. Et l'on est confronté aux prestiges de la plus puissante des figures, seul outil véritablement fiable d'investigation, et unique structuration objectale des faits étudiés : la répétition. Ce n'est pas par hasard qu'aujourd'hui, dans une vraie modernité au-delà la statistique lexicale, Pie […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie de la réception »  : […] L'intérêt porté, au xviii e  siècle, à la réception de la pièce de théâtre inscrit d'emblée la dramaturgie dans une économie de la représentation. Ainsi Diderot, s'attachant à déconstruire les codes de la dramaturgie classique, adopte-t-il le point de vue du spectateur. De la poésie dramatique oppose le public du Père de famille (1758), en proie à une « longue inquiétude » parce que « confident […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, François-René MARTIN, « RÉCEPTION, art et littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reception-art-et-litterature/