RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories unificatrices du raisonnement

L'une des premières théories unificatrices du raisonnement chez l'adulte, la théorie des modèles mentaux de Phil Johnson-Laird, a connu son principal essor entre 1980 et 2000. Son postulat initial était que les raisonneurs construisent mentalement une représentation de toutes les possibilités dans lesquelles les informations dont ils disposent sont vraies, pour ensuite choisir une conclusion qui semble vraie dans toutes ces situations possibles. La théorie des modèles mentaux a connu un grand nombre de variantes destinées à l'adapter à toutes les formes de raisonnement, tant et si bien qu'il est devenu difficile avec le temps de la considérer comme une théorie unique et unificatrice.

La déduction (qui consiste à former une conclusion nécessairement vraie à partir d'informations complètement certaines) a longtemps été considérée comme le raisonnement le plus typique. Par contraste, le raisonnement sous incertitude (tirer des conclusions probablement vraies à partir d'informations incertaines) était considéré comme un phénomène périphérique, une forme dégradée de déduction. Les théories probabilistes ont renversé la situation, en constatant que dans la vie de tous les jours, les informations comme les conclusions sont le plus souvent incertaines. Le raisonnement viserait donc principalement à calculer la probabilité qu'une conclusion soit vraie, la déduction constituant un cas limite de cette activité. Les théories probabilistes du raisonnement accordent un rôle important au théorème de Bayes, qui permet de mettre à jour la probabilité d'une conclusion quand une nouvelle information parvient au raisonneur.

Enfin, les théories à processus duels contemporaines mettent en avant deux grands types de traitement de l'information, applicables à tous les domaines du raisonnement (y compris et surtout le raisonnement moral). Ces deux traitements, que l'on peut appeler l'intuition et la délibération, correspondent aux deux « vitesses de la pensée » de Daniel Kahneman, et s'appuient sur des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Les origines de la capacité de l’homme à raisonner ont toujours été un objet d’étude et de débat pour la psychologie. Durant la majeure partie du xxe siècle, on a cru cette question résolue à la suite des travaux du psychologue suisse Jean Piaget. […] Lire la suite

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Le mot de raisonnement est ambigu. On ne dispose pas, pour ce qu'il recouvre, de deux vocables, comme c'est le cas pour le concept et le terme qui le désigne, pour le jugement et la proposition qui l'exprime. Un raisonnement, c'est d'abord une certaine activité de l'esprit, une opération discursive par laquelle on pas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François BONNEFON, « RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement-chez-l-adulte-psychologie/