RAÏ, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apparu dans les années 1970 en Algérie, le raï devient rapidement la musique populaire dominante parmi les jeunes du Maghreb. Il s'inspire de diverses sources : le rock, les musiques orientales et rurales. Son développement est indissociable de l'apparition de la cassette audio.

En France, on a coutume de désigner par le vocable raï (qui signifie, en arabe, « l'opinion ») l'ensemble des musiques algériennes populaires et électriques. Cette généralisation est abusive, car le raï, musique moderne d'Oran et de l'ouest de l'Algérie, constitue un genre à part entière, nettement distinct d'autres formes musicales algériennes, comme la chanson kabyle, illustrée par Idir ou Lounès Matoub.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Khaled

Khaled
Crédits : Caamalf/ Shutterstock

photographie

Lounès Matoub

Lounès Matoub
Crédits : Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAÏ, musique  » est également traité dans :

Nouar, RIMITTI (Cheikha)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 614 mots

Cheikha Rimitti, née le 8 mai 1923, à Tessala, près de Sidi Bel Abbes, en Algérie, est une des figures les plus importantes de la musique populaire algérienne. En plus de cinquante ans de carrière, cette descendante de la tribu berbère des Charguis a enregistré un nombre impressionnant de cassettes, de disques et d'albums. Saïda – on ne connaît que son prénom, car elle refuse de dévoiler son vérit […] Lire la suite

RIMITTI CHEIKHA (1923 env.-2006)

  • Écrit par 
  • Éliane AZOULAY
  •  • 819 mots

Jusqu'à sa mort d'une crise cardiaque, à Paris, le 15 mai 2006, Saâdia Bedief, alias Cheikha Rimitti (ou Remitti) , « la mamie du raï », arborait diadèmes de perles et mains teintées au henné. Cette femme de caractère qui fut si souvent blessée par les aléas de l'existence racontait sans fards ses années de misère, en pleine Seconde Guerre mondiale, dans la région de Sidi Bel Abbes, en Algérie, lo […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Algérie. Le ramadan marqué par de nombreuses violences. 1er-22 février 1995

Le 1er débute le ramadan, période durant laquelle les attentats, notamment contre les intellectuels, se multiplient. Le directeur du Théâtre national algérien sera tué le 13 dans la capitale. Rachid Baba Ahmed, principal producteur de la musique raï dans le pays, sera […] Lire la suite

Algérie. Élargissement des chefs historiques de l'ex-F.I.S., tension en Kabylie et assassinat du chanteur Cheb Hasni. 5-29 septembre 1994

d'une Rencontre nationale sur la langue berbère. Le 29, l'idole de la musique raî Cheb Hasni est tué à Oran. Il est le premier musicien assassiné depuis le début des violences, en février 1992. La musique est l'art le plus populaire en Algérie. Ses obsèques, le lendemain, donnent lieu à une grande manifestation en faveur de la démocratie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « RAÏ, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rai-musique/