MATOUB LOUNÈS (1956-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lounès Matoub

Lounès Matoub
Crédits : Getty

photographie

Manifestants à Alger, en juillet 1998

Manifestants à Alger, en juillet 1998
Crédits : PA Photos

photographie


Une voix grave et veloutée, quelques notes au banjo ou au oud, parfois des effluves de violon ou de synthétiseur... Le « protest-singer » algérien Lounès Matoub se doublait d'un crooner empruntant ses mélodies, ses intonations et ses orchestrations au chaabi, musique populaire dérivée du classicisme arabo-andalou.

Lounès Matoub

Lounès Matoub

Photographie

Né en 1956, le poète et chanteur berbère Lounès Matoub, chantre de la laïcité et de la culture kabyle, est enlevé par le Groupe islamique armé le 25 septembre 1994. Libéré quinze jours plus tard, il sera assassiné le 25 juin 1998, vraisemblablement par un commando d'intégristes. Il est... 

Crédits : Getty

Afficher

Alors que la plupart des chanteurs kabyles à textes se cantonnent dans une sorte d'austérité musicale et restent souvent, à cause de cela, peu accessibles aux Européens, Lounès Matoub était de taille à captiver le public occidental grâce à son timbre rocailleux et à ses musiques nourries des fastes de la nouba. « Mais la paix renaîtra un jour / Et mes chants parmi vous célébreront à nouveau / Le printemps si cher à nos cœurs... »

Cet infatigable barde de la laïcité et de la culture berbère, qui a clamé sur tous les tons que seule la mort parviendrait à le faire taire, a été assassiné le 25 juin 1998, vraisemblablement par un commando islamiste, sur une route menant à Tizi Ouzou, où il était né quarante-deux ans plus tôt, le 26 janvier 1956.

Écorché vif, volontiers provocateur, Lounès Matoub ne mâchait pas ses mots pour dénoncer l'intégrisme et les abus du pouvoir en place. Militant du Mouvement culturel berbère (M.C.B.), puis compagnon de route du parti d'opposition R.C.D. (Rassemblement pour la culture et la démocratie), il fut une des figures de proue du « printemps berbère » de 1980 et ses chansons furent souvent interdites sur les ondes algériennes.

Une première fois, son engagement faillit lui coûter la vie lorsque, au cours des manifestations de 1988, il fut blessé de cinq balles au ventre. En 1994, il fut l'objet, quinze jours durant, d'un enlèvement par des islamistes – enlèvement dont l'authenticité fut contestée, puis rétablie après un procès en diffamation –, qu'il raconte avec moult détails dans son livre Le Rebelle (1995). Au moment où entrait en vigueur la loi sur la « généralisation de l'utilisation de la langue arabe », ce chantre du parler tamazight (berbère) n'a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MATOUB LOUNÈS (1956-1998)  » est également traité dans :

KABYLES

  • Écrit par 
  • M'Barek REDJALA, 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 6 336 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] Plus qu'une région d'Algérie de langue maternelle kabyle ( amazigh ), les Kabylies sont un ensemble régional marqué par sa vie paysanne, à l'ouest en villages groupés à moyenne altitude sur les crêtes et, vers Collo, en hameaux de clairières. Les contraintes collectives héritées pèsent sur sa population islamisée, de plus en plus arabisée, que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabyles/#i_70425

RAÏ, musique

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 255 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expansion du raï »  : […] De l'autre coté de la Méditerranée, alors que s'amorce la vague de la world music, dont Paris est l'épicentre, le festival de Bobigny de 1986 donne le départ de la médiatisation du phénomène raï. La chanteuse Chaba Fadela s'y produit après une éclipse : en 1983, elle y avait interprété son succès N'sal fik (« Tu es à moi »), avec son mari Cheb Sah […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rai-musique/#i_70425

Les derniers événements

10-25 juin 2001 • AlgérieExtension du mouvement de protestation contre le pouvoir.

. Il dénonce « un complot interne et externe pour casser l'unité de l'Algérie ». Le lendemain, il met implicitement en cause la responsabilité de la France dans les troubles. Le 25, quelques dizaines de milliers de Kabyles manifestent dans le calme, à Tizi Ouzou, à l'occasion du troisième anniversaire de l'assassinat du chanteur Lounès Matoub.  [...] Lire la suite

25-30 juin 1998 • AlgérieAssassinat du chanteur kabyle Lounès Matoub.

Le 25, le populaire chanteur kabyle Lounès Matoub est assassiné près de Tizi Ouzou par des membres présumés des groupes islamistes armés. Il était connu pour son engagement à la fois contre l'intégrisme et contre la politique d'arabisation du gouvernement. Lounès Matoub avait déjà été victime d'un [...] Lire la suite

2-31 octobre 1994 • AlgériePoursuite des violences, constat d'échec de la politique de dialogue et annonce d'une élection présidentielle en 1995.

d'étrangers – assassinés en Algérie depuis septembre 1993. Le 10, le chanteur kabyle Matoub Lounes, enlevé en septembre par le G.I.A., est libéré à Tizi-Ouzou, porteur de messages conciliants destinés à la population kabyle et au Mouvement culturel berbère. Le 12, cinq attentats à la voiture piégée [...] Lire la suite

5-29 septembre 1994 • AlgérieÉlargissement des chefs historiques de l'ex-F.I.S., tension en Kabylie et assassinat du chanteur Cheb Hasni.

dans le respect de la légalité ». Le 21, les grandes villes de Kabylie sont paralysées à la suite de l'appel à la grève générale lancé par le Mouvement culturel berbère (M.C.B.), qui exige la reconnaissance du berbère comme langue officielle. Le 25, le très populaire chanteur berbère Matoub Lounes [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Éliane AZOULAY, « MATOUB LOUNÈS - (1956-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lounes-matoub/