Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

QUINTILIEN, lat. MARCUS FABIUS QUINTILIANUS (30-96)

Trichotomie de Quintilien

Trichotomie de Quintilien

Marcus Fabius Quintilianus est né à Calagurris (Calahorra) en Espagne. Fils de rhéteur, il fait ses études à Rome, où il reviendra se fixer après un séjour en Espagne de 60 à 69. Avocat en vue, il ouvre une école de rhétorique qui attire les enfants des meilleures familles : Pline le Jeune sera de ses élèves. La qualité de son enseignement lui vaut d'être parmi les premiers rhéteurs auxquels, sous Vespasien, l'État assure un traitement. Il sera aussi le précepteur des deux neveux de Domitien. Son enseignement oral, Quintilien le complète par deux œuvres didactiques ; mais son traité sur les Causes de la corruption de l'éloquence (De causis corruptae eloquentiae) est perdu, seul subsiste en entier son ouvrage Sur la formation de l'orateur (De institutione oratoria, 92-94), qui présente en douze livres un programme complet d'éducation. Quintilien prend l'orateur dès le berceau et trace des règles tant pour l'enseignement primaire que pour l'enseignement de la grammaire (liv. I) ; il passe alors à la définition et au rôle de la rhétorique (liv. II), en expose les divisions classiques (invention, disposition, élocution), distingue les divers genres d'éloquence : démonstratif, délibératif, judiciaire (liv. III). Vient ensuite l'examen détaillé de la composition du discours et de ses parties : l'exorde et la narration (liv. IV), l'argumentation et la réfutation (liv. V), la péroraison (liv. VI) ; puis c'est l'étude de la disposition (liv. VII), de l'élocution (liv. VIII), des figures de pensées et de mots (liv. IX), de l'entraînement oratoire et des auteurs à pratiquer (liv. X), de la mémoire et de l'action (liv. XI), enfin des qualités indispensables à l'orateur : moralité et culture philosophique, juridique et historique (liv. XII).

Sa double expérience d'avocat et de professeur lui permet d'éviter les excès et les subtilités de la théorie ; au contraire, il lie étroitement l'éloquence à la morale et à la vie. Sa pédagogie s'appuie sur une observation aiguë de la psychologie des enfants, de leurs aptitudes et de leurs besoins. Il recommande l'école publique qui, mieux que l'éducation en famille, laisse place chez les enfants à l'émulation et au contrôle réciproque. S'il réintègre dans l'éducation le sens de l'effort, il insiste en même temps sur la nécessité de graduer les exercices scolaires. Pour les déclamations, il proscrit les sujets étranges, tels que ceux qui fleurissaient en son temps, et exige des sujets qui soient toujours proches de la vie réelle.

Le pédagogue en lui se double d'un écrivain et d'un critique littéraire. Il n'hésite pas à condamner sévèrement les travers du maniérisme contemporain et s'attaque à Sénèque, pris comme le représentant le plus éminent du goût qu'il réprouve. Il prône le retour au classicisme et voue un véritable culte à Cicéron. Cicéron est pour lui le modèle de l'éloquence et c'est à lui qu'il emprunte aussi bien ses théories que la quasi-totalité de ses exemples. Lui-même pourtant n'a pu manquer de subir, dans sa langue mêlée, dans son style orné, l'influence des habitudes et des modes de son temps. Pédagogue et écrivain avisé, Quintilien manque singulièrement de sens historique. Il ne comprend pas que les véritables causes du déclin de l'éloquence qu'il déplore ne tiennent ni aux orateurs eux-mêmes ni aux défauts de leur éducation, mais bien aux changements intervenus dans la vie politique et sociale de la Rome impériale.

— Marcel BÉNABOU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Trichotomie de Quintilien

Trichotomie de Quintilien

Autres références

  • GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens grecs

    • Écrit par Jean LALLOT
    • 2 760 mots
    ...Les Anciens eux-mêmes nous disent comment, à partir de ces premières distinctions, les successeurs d'Aristote raffinèrent l'analyse : « Peu à peu, écrit Quintilien[Inst. Or., I, iv, 19], le nombre [des parties du discours] fut augmenté par les philosophes, surtout stoïciens : les articles furent d'abord...
  • LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

    • Écrit par Pierre GRIMAL
    • 8 569 mots
    • 2 médias
    ...Controverses, qui fournissaient aux jeunes gens des développements « préfabriqués », pour conseiller ou pour défendre devant les juges. Le manuel de Quintilien, l'Institution oratoire, bréviaire des professeurs depuis le temps des Flaviens, résume à lui seul l'esprit universel de cette culture...
  • RHÉTORIQUE

    • Écrit par Françoise DOUAY-SOUBLIN
    • 5 974 mots
    ...étudier la rhétorique ? L'éloquence de l'illettré persuade souvent mieux que l'éloquence du lettré. Cette question brutale est posée dès l'Antiquité, et Quintilien prend la peine d'y répondre. Certes, un orateur inculte, défendant spontanément une cause qui lui tient à cœur, a parfois une force de conviction...

Voir aussi