RUBÉNISTES & POUSSINISTES QUERELLE ENTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fameuse querelle littéraire des Anciens et des Modernes qui se termina à la fin du xviie siècle par la « victoire » des Modernes — et qui préfigure d'autres batailles littéraires (bataille d'Hernani, 1830) ou artistiques opposant quelques novateurs enthousiastes aux gloires « académiques » ou « classiques » de toutes les réussites antérieures, sclérosées par les succès et les honneurs — devait trouver son répondant pendant le même xviie siècle dans un domaine privilégié des arts, la peinture. Autre querelle — et non moins significative — que l'on a ramenée, un peu trop schématiquement sans doute, à l'opposition entre les tenants du dessin et ceux de la couleur : ces derniers prenant Rubens comme modèle exemplaire et Poussin comme cible, la querelle fut ainsi arbitrairement baptisée.

Abraham et Melchisédech de Rubens

Abraham et Melchisédech de Rubens

photographie

Abraham et Melchisédech, huile sur panneau transposée sur toile, du Flamand Pierre-Paul Rubens (1577-1640). Musée des Beaux-Arts de Caen, France. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Roger de Piles, théoricien de l'art opposé à André Félibien, entame la polémique dès 1668, mais c'est surtout son Dialogue sur le coloris (1673) qui déchaîne les passions. Contre les « poussinistes », Félibien notamment, il affirme non pas la prééminence, mais l'importance considérable de la couleur dans le tableau, au même titre que la composition ou le dessin. Critiquant Poussin, qu'il juge mauvais coloriste, il s'en prend également au choix de ses sujets, à sa froideur, à sa composition statique, bref à ses « vertus classiques ». Il lui oppose non seulement Rubens, mais aussi les grands Vénitiens (Giorgione, Véronèse, Titien) ou, ce qui est plus significatif encore, Rembrandt, dont il discerne les qualités de coloriste et la maîtrise des valeurs. La victoire des coloristes semble acquise (officiellement) en 1699, lorsque R. de Piles est reçu à titre honorifique membre de l'Académie, mais leur véritable consécration date plutôt de 1717, quand le morceau de réception d'Antoine Watteau est reçu à l'Académie : Pèlerinage à Cythère, prologue à la peinture du xviiie siècle. La couleur, éclatante et dorée, désormais triomphe, mais aussi une touche large et une pâte grasse et fluide, une composition plus libre, un peu « délurée » chez Fragonard. Tous ces artistes vont assurer la continuité d'une peinture très coloriste, presque ininterrompue de Véronèse aux impressionnistes, en passant par Rubens, Watteau et Delacroix. L'issue de la querelle des rubénistes et des poussinistes semble remettre fortement en question la permanence supposée d'une tradition classique et figée de la peinture française, sauf pour de brèves périodes.

—  Guy BELOUET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUBÉNISTES & POUSSINISTES QUERELLE ENTRE  » est également traité dans :

COURS DE PEINTURE PAR PRINCIPES, Roger de Piles - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Un amateur d'art militant et pédagogue »  : […] Diplômé de philosophie et de théologie, précepteur du fils d'un président au Grand Conseil, Michel Amelot, puis secrétaire et diplomate, peintre amateur et ami de peintres proches de Simon Vouet, collectionneur, voyageur (longs séjours en Italie, aux Pays-Bas, en Allemagne, etc.), Roger de Piles, après avoir assisté aux conférences de l'Académie, fut honoré d'une place de conseiller par son protec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-de-peinture-par-principes/#i_26866

MIGNARD PIERRE (1612-1695)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 998 mots
  •  • 1 média

Né à Troyes, Pierre Mignard fit son apprentissage à Bourges, à partir de 1622, chez le peintre de tableaux d'autel Jean Boucher, puis à Paris chez Simon Vouet. Ces deux peintres qui avaient fait autrefois le voyage d'Italie communiquèrent peut-être à Mignard le désir du voyage outre-monts, de règle pour les artistes de la génération de 1590, délaissé par les artistes de sa génération (Philippe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-mignard/#i_26866

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le déclin, le contrecoup »  : […] La décadence de l'art néerlandais commence peu après 1675 ; elle a été beaucoup discutée, mais n'a pas fait l'objet d'une vraie recherche scientifique. Il est indéniable que, vers la fin du siècle, apparaît une décadence très rapide et très grave. Les historiens nationalistes prétendent que ce déclin est dû à l'influence française. On a évoqué aussi des causes sociologiques : la prospérité, de gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26866

Pour citer l’article

Guy BELOUET, « RUBÉNISTES & POUSSINISTES QUERELLE ENTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-entre-rubenistes-et-poussinistes/