QINGDAO [TS'ING-TAO]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des principaux ports de la Chine du Nord, situé sur le littoral méridional de la péninsule du Shandong, dont c'est la ville la plus peuplée (7,3 millions d'habitants en 2004, dont 2,6 millions dans la zone urbaine), et le centre industriel le plus important ; Qingdao est aussi une grande station balnéaire (base des épreuves nautiques des jeux Olympiques de Pékin en 2008). La ville est le produit de la pénétration étrangère en Chine à la fin du xixe siècle. Les Allemands s'y installèrent en 1898 et y créèrent l'organisme portuaire, sur la magnifique baie de Jiaozhou, qui offre l'un des meilleurs sites naturels du littoral chinois. L'implantation des premières industries s'y fit à ce moment-là : textiles et alimentaires (brasseries notamment : la bière de Qingdao reste encore la meilleure bière chinoise). La ville et le territoire de Jiaozhou furent ensuite administrés par le Japon (1914-1922) pour être enfin rétrocédés à la Chine en 1923. Au cours des années 1950, on développa activement les fonctions industrielles de la ville en ajoutant aux industries existantes une usine de pneumatiques, des papeteries, une cimenterie et une grande usine de matériel ferroviaire qui sortit la première locomotive de fabrication entièrement chinoise. Dans les années 1970, un complexe sidérurgique y fut établi et, en 1984, Qingdao fut déclarée ville ouverte aux investissements étrangers. La pétrochimie s'est ajoutée à ses activités, ainsi que des unités de production de machines-outils, de machines agricoles, de papier et d'instruments de précision. Au début du xxie siècle, électronique et télécommunications, électroménager, automobile et construction navale constituent les fers de lance de l'industrie de Qingdao. L'agroalimentaire, le textile, l'industrie chimique (caoutchouc) ont conservé leur dynamique. Compte tenu de sa situation géographique, la ville a développé les secteurs d'avenir de l'aquaculture et de la recherche océanographique. Plusieurs pôles de co [...]

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  QINGDAO [ TS'ING-TAO ]  » est également traité dans :

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Shandong »  : […] Le Shandong, vieux massif disloqué, se compose de trois grands ensembles : au centre, la plaine du Nord s'y prolonge par le corridor de Jiaowei, graben s'ouvrant entre les collines de Jiaodong, puis les massifs granitiques et gneissiques hachés par des failles nord-est-sud-ouest, qui ne dépassent guère 200 mètres d'altitude, et enfin les montagnes occidentales, blocs basculés granitiques et gnei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_46597

SHANDONG [CHAN-TONG]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 648 mots
  •  • 1 média

Une des provinces qui constituent la Chine du Nord, le Shandong couvre 153 300 kilomètres carrés et comptait 93 millions d'habitants en 2006. La province est constituée d'une partie péninsulaire, ensemble de collines et de massifs cristallins, rattachée au continent par la basse plaine du fleuve Jaune qui s'y prolonge par le corridor de Jiaolai. À l'ouest de ce corridor se dresse le Taishan, massi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shandong-chan-tong/#i_46597

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « QINGDAO [TS'ING-TAO] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qingdao-ts-ing-tao/