PROTHÈSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

De nombreuses classifications des organes artificiels ont été proposées, tenant compte de la fonction à remplacer, du mode de fonctionnement ou de la localisation à l'extérieur ou à l'intérieur du corps. On peut également reprendre le regroupement correspondant aux quatre sous-programmes de la machine humaine pour établir ce catalogue.

Les prothèses de communication concernent les systèmes d'acquisition sensoriels et, dans l'état actuel de nos techniques, la vision et l'audition. L'œil est un organe complexe, combinant un système optique à géométrie variable et une matrice de réception point par point de l'image avec un point de fixation, la macula, à haute résolution grâce à une concentration énorme de capteurs (135 000 cônes par millimètre carré). Le nerf optique, qui conduit les signaux codés par les étages d'analyse de la rétine, compte un million de fibres nerveuses. Outre les relais d'articulation motrice pour les mouvements oculaires, l'image est reconnue et mémorisée au niveau du cortex spécifique visuel du lobe occipital. Concevoir une prothèse visuelle est donc particulièrement difficile. Le système le plus simple est l'optique interposée devant l'œil ou placée directement sur la cornée pour pallier sa déficience. C'est une industrie prospère. Redonner une vision en l'absence de globe oculaire est nettement plus difficile. Des tentatives ont été faites par William Dobelle aux États-Unis ou Gilis Brindley en Angleterre qui ont implanté des matrices de 64 ou 80 électrodes dans le cortex visuel. La captation des images a été faite à l'aide de microcaméras de télévision. Le résultat est très limité et le restera sans doute, compte tenu de l'impossibilité de se placer dans le même ordre de miniaturisation. Cependant les recherches relatives à la réalisation de rétines artificielles ont considérablement progressé.

L'audition est fournie par un capteur de vibrations sonores, le tympan, qui travaille en milieu aérien et transmet, par une chaîne de trois petits os à impédance mécanique contrôlée par des muscles, le signal amplifié à un analyseur de fréquences, la cochlée. Celle-ci est remplie d'un liquide assurant la survie d'environ trente-cinq mille cellules sensorielles, permettant l'identification tonale des sons et leur stockage au niveau du cortex temporal. Utiliser une audioprothèse impose la persistance d'une partie du système nerveux spécifique sur la chaîne auditive. Les prothèses peuvent amplifier le signal de façon globale, ou dans une bande de fréquences donnée, en fonction du profil auditif du patient. Les progrès de la miniaturisation électronique ont permis de placer ces prothèses directement dans le conduit auditif externe. Dans certains cas de surdité profonde, des électrodes multiples ont été placées au niveau de la cochlée en différents points correspondant à des sites d'analyse fréquentielle différents, telles les techniques de Claude-Henri Chouard en France, ou de Derald Brachman à Los Angeles ; actuellement, certains se contentent d'une seule électrode introduite dans la cochlée. Tous ces implants cochléaires ont un système électronique plus ou moins sophistiqué permettant d'analyser les sons et de transmettre des stimulations spécifiques. Certains, comme William House aux États-Unis, implantent les prothèses directement dans le nerf auditif, ou, comme William Dobelle, dans le cortex temporal, plus difficile d'accès que le cortex visuel occipital. L'ensemble de ces approches ne permet pas d'espérer malgré tout, dans l'avenir, une oreille artificielle capable d'approcher la finesse de l'oreille humaine (implant cochléaire).

Remplacer le cerveau est le rêve de tous ceux qui s'occupent de transplantation d'organes. Dans une certaine mesure, on peut assimiler à une prothèse de cerveau les systèmes informatiques portables, qui sont de plus en plus petits et de plus en plus puissants. Auxiliaires des fonctions cognitives, ils ont pour l'instant un accès tactile, mais les progrès de la reconnaissance vocale et de la synthèse de la parole n'excluent pas de pouvoir un jour implanter des mémoires ou des processeurs artificiels qui augmenteraient les capacités cérébrales d'un individu.

Revenons à des perspectives moins lointaines : il existe, dès à présent, des possibilités de suppléer le fonctionnement de certains centres nerveux par l'électrostimulation. Ces neuroprothèses accèdent aux commandes neuromotrices par des électrodes placées sur la peau, dans les muscles, autour des nerfs ou dans les nerfs. Elles peuvent être pilotées de l'extérieur grâce à une transmission en radiofréquence. La restauration de fonctions complexes, comme la marche ou la préhension chez certains paralysés par une atteinte de la moelle épinière, est concevable et fait l'objet de très nombreux travaux, principalement en France, aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne et en Italie. L'électrostimulation du système nerveux est également utilisée pour lutter contre la douleur ou contre la contraction réflexe non contrôlée des muscles, réalisant la spasticité.

Les prothèses de locomotion représentent en premier lieu des appareils fixés au corps pour remplacer les segments disparus par amputation. Les guerres, malgré leurs objectifs de destruction, ont eu le mérite de permettre un grand développement de l'appareillage. Les progrès tiennent à l'utilisation de biomatériaux, légers et résistants, tels les plastiques ou les matériaux composites, du type fibres de carbone.

Pour le membre supérieur, les prothèses complètes sont restées au stade du prototype de laboratoire. Leur problème majeur est le contrôle par un interface simple d'un système polyarticulé à multiples degrés de liberté. Des manipulateurs programmables ont été également utilisés pour les paralysés des membres supérieurs et cetterobotique médicale reste encore un des axes de recherche, qui, pour aboutir, doit cependant rester lié à des programmes industriels. Les prothèses de main demeurent des instruments rudimentaires sur le plan fonctionnel. Le plus souvent, dans les amputations unilatérales, le patient peut pratiquement tout faire d'une main seule et souhaite surtout une prothèse esthétique plutôt qu'une prothèse fonctionnelle. Pour le membre inférieur, la qualité majeure doit être la stabilité. L'utilisation des matériaux plastiques a changé complètement le profil des appareils. Deux problèmes subsistent : l'adaptation au moignon et les douleurs d'amputation, dont le traitement est particulièrement difficile. Dans les paralysies des membres inférieurs, les orthèses de déambulation permettent aux paralysés de se tenir debout et de se déplacer avec des cannes. Des tenta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Prothèse de la hanche

Prothèse de la hanche
Crédits : Salpics32/ Shutterstock

photographie

Pacemaker

Pacemaker
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROTHÈSES  » est également traité dans :

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre NAHON
  •  • 5 106 mots

Dans le chapitre « Les seins »  : […] Le sein est une structure conique remplie par la glande mammaire et la graisse, recouverte par la peau et chapeautée par la plaque aréolo-mamelonnaire, pigmentée, élastique et contractile. Si la glande et la graisse déterminent le volume du sein, la forme proprement dite est tributaire du positionnement de ce volume et de ses rapports avec la peau. Dans le cas de seins trop volumineux qui tombent […] Lire la suite

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 515 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement chirurgical d'autres cardiopathies »  : […] Certaines cardiopathies, comme les troubles du rythme cardiaque, c'est-à-dire les arythmies, si elles résistent au traitement médical ou aux manœuvres instrumentales destinées à les supprimer, peuvent indiquer une intervention chirurgicale pour éliminer les causes de ces troubles du rythme. Ces causes peuvent être des lésions situées sur les ventricules (arythmie ventriculaire), sur les oreillette […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Thérapeutique et prothèses »  : […] La neuropharmacologie a d'ores et déjà obtenu des résultats spectaculaires dans la thérapeutique palliative de certains désordres mentaux. Il est permis de penser que les connaissances nouvelles acquises par la neurochimie et d'autres neurosciences permettront d'affiner sensiblement ces traitements, voire de compenser chez l'enfant un désordre métabolique et rétablir les conditions d'un développem […] Lire la suite

GREFFES D'UN CŒUR ARTIFICIEL

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 487 mots
  •  • 1 média

En juillet 1963, le premier cœur artificiel est greffé chez un patient au Texas Medical Center à Houston. Le greffé décède après quatre jours. Les recherches se poursuivent mais sont quelque peu estompées par les transplantations cardiaques qui se succèdent après la « première » réalisée en 1967 au Cap, en Afrique du Sud, par Christian Barnard. En fait, on ne dispose pas de donneurs en nombre suf […] Lire la suite

HANCHE

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Henri JUDET, 
  • Jean JUDET
  •  • 2 388 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement des fractures sous-capitales »  : […] Dans les fractures cervicales vraies, le trait de fracture peut siéger plus ou moins près de la tête ; cela ne modifie pas le traitement qui, passé soixante-dix ans, est la mise en place d'une prothèse de la hanche (60 p. 100 des cas). Avant cet âge, si l'os ne présente pas de signes manifestes de raréfaction, d'ostéoporose, on peut tenter une ostéosynthèse, c'est-à-dire, après réduction, une fix […] Lire la suite

HANDICAP INTERNATIONAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 714 mots
  •  • 1 média

Handicap international (HI) est une organisation non gouvernementale (ONG) fondée à Lyon en 1982 par le technicien Yves Gaumeton et les médecins Jean-Baptiste Richardier et Claude Simonnot. Son but initial était de venir en aide aux Cambodgiens victimes des conséquences de la guerre qui ravageait le pays depuis la fin des années 1960, et tout particulièrement aux personnes handicapées, peu prises […] Lire la suite

HANDISPORT

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 668 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des champions d'exception et... comme les autres »  : […] L'image du sport servant de soutien psychologique pour les champions paralympiques appartient désormais au passé. Avant d'être des handicapés, ce sont des sportifs de très haut niveau, dont certains connaissent même une renommée certaine. Côté français, on peut citer l'athlète malvoyante Assia El Hannouni, quadruple médaillée d'or (100, 200, 400 et 800 mètres, en battant à chaque fois le record d […] Lire la suite

JEUX PARALYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 086 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des champions d'exception et... comme les autres »  : […] L'image du sport servant de soutien psychologique pour les champions paralympiques appartient désormais au passé. Avant d'être des handicapés, ce sont des sportifs de très haut niveau, dont certains connaissent même une renommée certaine. Côté français, on peut citer l'athlète malvoyante Assia El Hannouni, quadruple médaillée d'or (100, 200, 400 et 800 mètres, en battant à chaque fois le record du […] Lire la suite

ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEYBAERT
  •  • 2 561 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Acquisition de la langue parlée, Cued Speech et implant cochléaire »  : […] De 90 à 95 p. 100 d’enfants sourds naissent de parents entendants qui, d’ordinaire, n’utilisent pas la LS, et essaient de faire apprendre à leur enfant la LP. Une telle approche a des résultats très variables. L’acquisition de la LP est retardée de façon significative chez beaucoup d’enfants sourds. Cette acquisition dépend non seulement du degré et du type de déficit auditif, et de l’intelligenc […] Lire la suite

ODONTOSTOMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel BENOIST, 
  • Frédéric CHABOLLE, 
  • Michel DECHAUME, 
  • Bernard MEYER, 
  • Jacques ROUOT
  •  • 11 329 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Dentisterie restauratrice et prothèse conjointe unitaire »  : […] Si la couronne de la dent présente des qualités de résistance suffisantes, une obturation peut suffire. Ce type de restauration relève de ce qu'on a coutume d'appeler la dentisterie restauratrice (ou opératoire). Après avoir éliminé les tissus dentaires altérés, on prépare une cavité qui recevra le matériau choisi pour son obturation : – soit en scellant dans la cavité dite de dépouille (après en […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 décembre 2013 France. Condamnation du président de la société P.I.P.

prothèses mammaires défectueuses, Claude Couty, est condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Trois autres prévenus sont condamnés à des peines de prison avec sursis.  […] Lire la suite

27 janvier 2012 France. Mise en examen du fondateur de la société P.I.P.

prothèses P.I.P. ont été distribuées dans le monde. Plus de deux mille quatre cent plaintes ont été déposées en France.  […] Lire la suite

8-27 décembre 2011 France. Mise en cause des implants mammaires de la société P.I.P.

prothèses P.I.P. avait incité l'Afssaps à ordonner le retrait de la vente de ces implants. À la même date, la société fabriquant ces prothèses, qui en aurait vendu quelque trois cent mille dans le monde, avait été placée en liquidation judiciaire. Il a depuis lors été établi que le gel employé par P.I.P. n'était pas destiné à un usage médical. Le  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RABISCHONG, « PROTHÈSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/protheses/