Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRIX LASKER 2021

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les prix 2021 de la fondation Albert-et-Mary-Lasker – plus souvent appelés « prix Lasker » et tenus pour être les équivalents américains du prix Nobel de physiologie ou médecine – ont été décernés à New York le 24 septembre de cette même année. Ils distinguent six chercheurs : Dieter Oesterhelt, Peter Hegemann et Karl Deisseroth pour leurs travaux pionniers dans le domaine de l’optogénétique ; Katalin Karikó et Drew Weissman pour la mise au point des ARN messagers thérapeutiques ; David Baltimore pour l’ensemble de son œuvre en virologie et en immunologie, ainsi que pour sa participation à de nombreuses commissions et institutions de santé publique.

Le prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale

Le prix Lasker pour la recherche médicale fondamentale a été attribué aux Allemands Dieter Oesterhelt et Peter Hegemann et à l’Américain Karl Deisseroth, trois des scientifiques ayant permis le développement de l’optogénétique, une technique d’activation des cellules nerveuses par la lumière, qui a révolutionné l’étude des circuits de neurones.

Jusqu’au début du xxie siècle, on stimulait ou inhibait l’activité d’un neurone ou d’une structure nerveuse par stimulation électrique ou par exposition à des neurotransmetteurs ou certains ions. Introduite par une expérience fondatrice en 2005, l’optogénétique repose sur l’activation de neurones ou de groupes de neurones par un faisceau laser : dans cette expérience menée par Karl Deisseroth à Stanford, une fibre optique est introduite jusqu’au voisinage de neurones du cerveau d’un rat qui contrôlent le mouvement de ses moustaches. Ce rat a été préalablement modifié génétiquement et ses cellules nerveuses possèdent une protéine bactérienne sensible à la lumière. Lorsque la fibre optique conduit le faisceau laser à ce groupe de neurones, ces derniers sont activés et les moustaches du rat bougent. À partir de ce schéma de base, on met en place, chez l’animal, les conditions permettant l’analyse du rôle de circuits neuronaux dans des comportements complexes liés à la faim, à l’anxiété ou encore au maternage.

Peter Hegemann, Karl Deisseroth et  Dieter Oesterhelt - crédits : de gauche à droite : Philipp Plum/ HU Berlin ; Mami Nagaoki/ Yomiuri/ The Yomiuri Shimbun/ AFP ; MPI of Biochemistry/ A. Griesch

Peter Hegemann, Karl Deisseroth et  Dieter Oesterhelt

Cette expérience est l’aboutissement d’une longue chaîne de travaux a priori sans rapport avec la neurobiologie. Dans le courant des années 1960, Dieter Oesterhelt isole de la paroi de bactéries pourpres une protéine sensible à la lumière et qui répond à celle-ci en pompant des ions dans la cellule bactérienne. Trente ans plus tard, Peter Hegemann isole quant à lui une protéine sensible à la lumière chez une espèce d’algue mobile : lorsqu’elle capte des photons, cette protéine ouvre un canal ionique qui provoque le mouvement de l’algue. Ces deux situations sont formellement semblables à celle du passage de l’influx nerveux qui ouvre et ferme des canaux ioniques dans les cellules nerveuses. L’expérience de 2005 montre que ces protéines de bactéries d’algues fonctionnent de la même manière dans des cellules nerveuses, et provoquent des influx nerveux, et donc l’activation de la cellule qui reçoit le faisceau de lumière. C’est à partir de cette observation que l’optogénétique va se développer et permettre d’étudier l’effet de l’activation des neurones, cellule par cellule.

Dieter Oesterhelt est né le 10 novembre 1940 à Munich. Il étudie la chimie à l’université de cette ville de 1959 à 1963 et soutient sa thèse en 1967 sur des complexes multienzymatiques. Il commence à travailler sur les pigments (bactériophytochromes) de la membrane des bactéries pourpres lors de son séjour postdoctoral en Californie en 1969 et 1970. Il démontre ensuite que la fonction principale de ces molécules est d’être une pompe à protons activée par la lumière, notion qu’il étend à d’autres opsines bactériennes ou végétales. De 1980 à 2008, année de sa retraite, il est directeur de l'Institut Max-Planck de [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer cet article

Gabriel GACHELIN. PRIX LASKER 2021 [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 03/11/2021

Médias

Peter Hegemann, Karl Deisseroth et  Dieter Oesterhelt - crédits : de gauche à droite : Philipp Plum/ HU Berlin ; Mami Nagaoki/ Yomiuri/ The Yomiuri Shimbun/ AFP ; MPI of Biochemistry/ A. Griesch

Peter Hegemann, Karl Deisseroth et  Dieter Oesterhelt

Drew Weissman et Katalin Karikó - crédits : Penn Medicine

Drew Weissman et Katalin Karikó

David Baltimore - crédits : Scott Wintrow/ Getty Images/ AFP

David Baltimore