PRÉADAPTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de préadaptation désigne essentiellement une coïncidence entre les modifications héréditaires fortuites de l'espèce et la disponibilité d'une niche écologique accessible aux individus qui la composent. Darwin avait déjà émis l'hypothèse que la respiration aérienne de certains poissons avait dû les préadapter à la vie terrestre. En défendant l'idée de la préadaptation, le biologiste français Lucien Cuénot (1866-1951) souligne que les êtres vivants ne se transforment pas en vue de s'adapter, mais que seuls ceux qui sont adaptés survivent. Cuénot dénonce ainsi le finalisme a priori et inaugure une « téléomorphie » – ou « téléonomie », comme le dira Monod en 1970 –, principe selon lequel l'adaptation est un résultat a posteriori, nécessaire à la vie mais imprévu dans le cours de l'évolution. Autrement dit, l'adaptation n'est pas le but vers lequel tendent les espèces biologiques. En insistant précocement sur le fait que « les adaptations indispensables à la vie dans un milieu donné doivent être chronologiquement antérieures à la vie dans ce milieu », Cuénot remet en vigueur l'idée que la structure précède la fonction. Il amène ainsi la biologie de son temps à rompre avec le néo-lamarckisme de certains de ses contemporains (Giard, Bonnier, etc.), qui postulait, à tort, que « la fonction crée l'organe », et que ce genre d'innovation était d'emblée héréditaire (hérédité de l'acquis).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé d'histoire, docteur en lettres et sciences humaines, enseignant à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PRÉADAPTATION  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Homoplasies et exaptations »  : […] L'adaptation des structures aux fonctions qu'elles accomplissent s'exprime par une conséquence bien connue en biologie et en paléontologie : l'existence de parallélismes ou de convergences entre des organismes non apparentés mais semblablement adaptés. Il se crée ainsi des « ressemblances trompeuses » entre les organismes adaptés à des modes de vie similaires (ressemblance superficielle du dauphi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-biologique/#i_32062

CUÉNOT LUCIEN (1866-1951)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 378 mots
  •  • 1 média

Zoologiste et généticien français. Licencié ès sciences en 1885, il soutient deux ans plus tard sa thèse de doctorat sur l'anatomie des astérides. En 1888, il est préparateur d'anatomie comparée et de physiologie à la faculté des sciences de Paris et, en 1890, professeur de zoologie à la faculté des sciences de Nancy où il enseignera jusqu'à sa retraite en 1938 ; il y dirige également le jardin zo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-cuenot/#i_32062

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'exaptation »  : […] Du coté des « process évolutifs », Gould et Lewontin avaient déjà réagi (1979) contre la myopie panadaptationniste qui confond l'utilité extemporanée d'une structure avec les raisons de l'origine de celle-ci au cours de l'évolution. Cette critique a été ensuite développée et formalisée avec le concept d'exaptation (Gould et Vrba, 1982). Ce concept tourne la difficulté classique sur l'origine adap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_32062

Voir aussi

Pour citer l’article

Cédric GRIMOULT, « PRÉADAPTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preadaptation/