CUÉNOT LUCIEN (1866-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zoologiste et généticien français. Licencié ès sciences en 1885, il soutient deux ans plus tard sa thèse de doctorat sur l'anatomie des astérides. En 1888, il est préparateur d'anatomie comparée et de physiologie à la faculté des sciences de Paris et, en 1890, professeur de zoologie à la faculté des sciences de Nancy où il enseignera jusqu'à sa retraite en 1938 ; il y dirige également le jardin zoologique.

Cuénot prit part à l'élaboration des théories explicatives de l'évolution. En 1902, il avance l'idée de préadaptation qui peut être considérée comme un aspect particulier de la sélection. Elle correspond à « des caractères indifférents ou semi-utiles qui se montrent chez une espèce et qui sont susceptibles de devenir des adaptations évidentes si cette dernière adopte un nouvel habitat ou acquiert de nouvelles mœurs, changement rendu précisément possible par l'existence de ces préadaptations ».

L'un des premiers, il étudie la détermination du sexe et l'hérédité. Il reprend les lois de Mendel dont il est longtemps le seul en France à proclamer la valeur et, tout comme Bateson en Grande-Bretagne, il montre l'application de ces lois à l'ensemble des espèces animales. En 1903-1906, il prouve que des caractères de coloration de la souris correspondent à divers états d'un même gène ; ces états nés par mutation sont des allèles multiples. En 1911, il découvre le premier cas de létalité en essayant de comprendre pourquoi les éleveurs obtenaient si difficilement les souris jaunes. Pour lui, seules les souris jaunes homozygotes ne sont pas viables. Cette hypothèse fut confirmée par Kirkham. En outre, il propose de comparer l'activité d'un gène à celle d'une enzyme. Il entreprend de démontrer l'hérédité du cancer, de la pigmentation, et reproduit expérimentalement des phénomènes de l'atavisme. Il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages : L'Influence du milieu sur les animaux (1894), La Genèse des espèces animales (1911), L'Adaptation (1925), L'Espèce (1936), Introduction à la génétique (1936), Invention et finalité en biologie (1946).

Arbre généalogique du règne animal

Arbre généalogique du règne animal

dessin

Arbre généalogique du règne animal d'après L. Cuénot. La branche gauche de l'Y donne naissance aux Échinodermes et au groupe des Vertébrés (aquatiques puis terrestres) ; la branche droite, aux Vers, aux Mollusques et à l'immense groupe des Arthropodes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CUÉNOT LUCIEN (1866-1951)  » est également traité dans :

LÉTALITÉ GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Denis BUICAN
  •  • 980 mots

Sensibilisé aux problèmes de l'hérédité par la lecture de Zola et notamment par le personnage du docteur Pascal, comme le montre une lettre adressée à l'écrivain en 1894, le zoologiste Lucien Cuénot présenta à l'Académie des sciences, en 1902, une note où il vérifie les lois de Mendel sur des croisements de souris. Ceux-ci lui ont permis de constater la dominance de la couleur grise en première gé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/letalite-genetique/#i_784

PRÉADAPTATION

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 1 073 mots

Le concept de préadaptation désigne essentiellement une coïncidence entre les modifications héréditaires fortuites de l'espèce et la disponibilité d'une niche écologique accessible aux individus qui la composent. Darwin avait déjà émis l'hypothèse que la respiration aérienne de certains poissons avait dû les préadapter à la vie terrestre. En défendant l'idée de la préadaptation, le biologiste fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preadaptation/#i_784

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Homoplasies et exaptations »  : […] L'adaptation des structures aux fonctions qu'elles accomplissent s'exprime par une conséquence bien connue en biologie et en paléontologie : l'existence de parallélismes ou de convergences entre des organismes non apparentés mais semblablement adaptés. Il se crée ainsi des « ressemblances trompeuses » entre les organismes adaptés à des modes de vie similaires (ressemblance superficielle du dauphi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-biologique/#i_784

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'exaptation »  : […] Du coté des « process évolutifs », Gould et Lewontin avaient déjà réagi (1979) contre la myopie panadaptationniste qui confond l'utilité extemporanée d'une structure avec les raisons de l'origine de celle-ci au cours de l'évolution. Cette critique a été ensuite développée et formalisée avec le concept d'exaptation (Gould et Vrba, 1982). Ce concept tourne la difficulté classique sur l'origine adap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_784

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les troglophiles »  : […] Les troglophiles peuvent être définis comme les hôtes « électifs » du milieu souterrain en ce sens que, sans présenter de modifications morphologiques typiques, ils se révèlent particulièrement aptes à vivre dans les biotopes hypogés, en raison d'affinités éthologiques et de prédispositions physiologiques, principalement liées à leur régime alimentaire. Pour ces raisons, les troglophiles fourniss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speleologie/#i_784

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « CUÉNOT LUCIEN - (1866-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-cuenot/