POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'historien de la conquête romaine

Politicien et homme de guerre, Polybe fut aussi homme de culture et de réflexion. Au cours de sa longue vie, il fut mêlé aux grands événements de son temps, et il approcha les personnages les plus considérables. Son expérience fut enrichie par de nombreux voyages qui lui permirent d'observer directement les pays et les peuples. Il est aussi certain que la vocation d'historien fut favorisée, chez cet homme d'action, par les loisirs forcés que lui valut son exil à Rome.

Il voulut, dans son œuvre, définir la nature et les causes des bouleversements politiques auxquels il assistait. Il voulut écrire une histoire pragmatique, c'est-à-dire celle des faits contemporains, permettant de comprendre son temps et pouvant être directement utile aux hommes d'État et aux chefs militaires. Polybe n'était pas un homme de cabinet, éloigné des tracas de son temps ; pourtant, il sut accumuler une très abondante information écrite et faire preuve de l'érudition nécessaire.

Trois œuvres de Polybe sont perdues : un Éloge de Philopæmen, un Traité de tactique et une Guerre de Numance. Son grand ouvrage, les Histoires, ne comptait pas moins de quarante livres, étudiant la période allant de la première guerre punique (264 av. J.-C.) à l'annexion de la Grèce par l'Empire romain (146 av. J.-C.). Seuls les cinq premiers livres nous sont parvenus en entier ; pour le reste, nous possédons des fragments plus ou moins abondants.

Le but de l'ouvrage est exposé dans l'introduction : « Qui donc, écrit Polybe, serait assez stupide ou frivole pour ne pas vouloir connaître comment et par quel mode de gouvernement presque tout le monde habité, conquis en moins de cinquante-trois ans, est passé sous une seule autorité, celle de Rome, fait dont on ne découvre aucun précédent ? » Il s'agit donc de l'histoire du triomphe de Rome sur Carthage et de l'expansion romaine dans l'Orient grec, qui en fut la conséquence. Pour le Grec Polybe, il s'agissait tout particulièrement d'une réflexion sur les causes et les modalités de la perte de l'indépendance de sa patrie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • André BERNAND, 
  • Jean-Yves EMPEREUR, 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 5 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une population mélangée »  : […] Le roi par sa présence, les administrations par leurs bureaux, les militaires par leurs troupes concentraient tous les pouvoirs dans la ville. Or l'esprit séditieux des Alexandrins et les mélanges de populations qui s'étaient produits dans ce centre cosmopolite en faisaient la proie désignée des agitateurs ou des révoltés. L'importance d'Alexandrie faisait du même coup sa faiblesse : car être maît […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « « Fides » et « foedus » dans l'Antiquité romaine »  : […] Quelles étaient les valeurs de la fides chez le peuple romain avant l'apparition du christianisme ? Nous adopterons comme fil directeur de notre analyse l'hypothèse formulée jadis par M. Voigt (« Die Begriffe von Fides », in Jus naturale , IV, Leipzig, 1875) et complétée depuis par G. Dumézil et G. Freyburger. L'idée essentielle, que nous avons déjà mentionnée, est la suivante : le terme fides e […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aux origines »  : […] Dans les sociétés anciennes, la production historique s'inscrit dans deux traditions parallèles en rapport étroit avec le pouvoir politique et ses aléas. Dans la Chine impériale, la tradition historiographique s'entend, depuis les annales de Sima Qian, comme le récit chronologique de la dynastie et l'un de ses titres de justification. Dans les cités grecques, les érudits qui, tel Hellanicos de My […] Lire la suite

PUNIQUES (GUERRES)

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 4 932 mots
  •  • 5 médias

On appelle guerres puniques le conflit qui opposa Carthage à Rome, de 264 à 146 avant J.-C. , et qui se termina par la destruction de Carthage. L'emploi de cette expression implique qu'on adopte le point de vue romain, le seul qui soit connu, puisque tous les témoignages émanent d'historiens latins (le principal est Tite-Live) ou de Grecs amis de Rome, comme Polybe qui assista à la destruction de […] Lire la suite

PYDNA BATAILLE DE (168 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 235 mots

La bataille de Pydna, qui clôt la dernière des trois guerres entre Rome et la Macédoine, symbolise la victoire de la légion romaine sur la phalange macédonienne et la fin de l'indépendance de la Grèce. En effet, après deux ans d'opérations incertaines, Rome envoie un général âgé mais énergique, Paul Émile, qui reprend en main l'armée, pénètre en Macédoine grâce à une manœuvre de contournement et a […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les circonstances de la transmission »  : […] Dans l'ordre philosophique, les Romains auront été des traducteurs, avec tout ce que ce mot implique à la fois de dépendance à l'égard de l'original et de recours obligé à des choix, voire à des infléchissements parfois décisifs. C'est la dépendance qui paraît bien dominer jusqu'à l'époque cicéronienne, et ce d'autant plus que, si l'aristocratie romaine s'intéresse dès le ii e siècle avant J.-C. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polybe/