POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une méthode historique renouvelée

Polybe mit au service de cette grande œuvre une méthode neuve, rigoureuse et hardie. Pour lui, l'histoire était une discipline scientifique, bien distincte de la littérature. Son style est médiocre, banal, lourd, sans art : là n'est point sa préoccupation ; il critique sans ménagement ceux de ses prédécesseurs qui préférèrent l'effet de style ou le pathétique à l'exactitude et à la précision. Son récit se fondait sur une enquête documentaire large : témoignages oraux des acteurs des faits, pièces d'archives, œuvres des historiens précédents. Il soumit le tout à une critique sévère ; ainsi il accomplit la traversée des Alpes avant de décrire le parcours d'Hannibal, ce qui lui permit d'épingler ironiquement les absurdités géographiques de ses prédécesseurs. Grand voyageur, il a le sens du paysage, du terrain, de la géographie.

Bon témoin de l'incrédulité religieuse des élites intellectuelles hellénistiques, il refuse fermement toute explication surnaturelle des faits humains, toute intervention du merveilleux, et il récuse sèchement les historiens qui y font appel. Pour lui, les cultes romains étaient une construction artificielle conçue pour le bien de l'État et de la société. « La crainte superstitieuse, écrivait-il, sert les intérêts de Rome [...] Dans un État qui ne serait formé que de sages, cette précaution ne serait peut-être pas nécessaire mais, comme une foule est pleine d'inconstance, on ne peut la tenir que par la crainte d'êtres invisibles et par toute espèce de fictions. »

Sa conception de l'histoire est donc rationnelle. Il s'agit, fondamentalement, de procéder à la recherche des causes. À la suite de Thucydide, il distingue les causes immédiates, les prétextes, et les véritables causes, moins apparentes. Certes, il attache une grande importance aux fortes personnalités, telles celles de Scipion ou d'Hannibal, il étudie essentiellement les faits militaires et politiques, mais il sait toujours dépasser le plan anecdotique. À la suite d'Aristote, il a vu le poids des structures politiques et de leur évolution : en témoigne sa célèbre description de la constitution romaine, laquelle, selon lui, retient les meilleurs éléments de la démocratie, de l'aristocratie et de la monarchie. Le lecteur moderne remarquera avec un grand intérêt que les faits sociaux et économiques ne lui sont pas du tout étrangers. Ainsi, il comprit l'importance du dépeuplement, l'oliganthropie, dans le déclin de la Grèce. Surtout il montra le rôle qu'a joué l'avidité des négociants romains dans le développement de l'impérialisme, l'importance, dans cette politique, de la recherche des capitaux et de la spéculation.

L'évolution de la méthode historique doit donc beaucoup à Polybe. Pourtant, nous devons constater qu'il n'a pas fait école. Ses successeurs lui sont très inférieurs : c'est le cas de Tite-Live qui utilisa son œuvre pour son Histoire de Rome, mais sans parvenir à égaler la rigueur de sa méthode et l'ampleur synthétique de son jugement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • André BERNAND, 
  • Jean-Yves EMPEREUR, 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 5 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une population mélangée »  : […] Le roi par sa présence, les administrations par leurs bureaux, les militaires par leurs troupes concentraient tous les pouvoirs dans la ville. Or l'esprit séditieux des Alexandrins et les mélanges de populations qui s'étaient produits dans ce centre cosmopolite en faisaient la proie désignée des agitateurs ou des révoltés. L'importance d'Alexandrie faisait du même coup sa faiblesse : car être maît […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « « Fides » et « foedus » dans l'Antiquité romaine »  : […] Quelles étaient les valeurs de la fides chez le peuple romain avant l'apparition du christianisme ? Nous adopterons comme fil directeur de notre analyse l'hypothèse formulée jadis par M. Voigt (« Die Begriffe von Fides », in Jus naturale , IV, Leipzig, 1875) et complétée depuis par G. Dumézil et G. Freyburger. L'idée essentielle, que nous avons déjà mentionnée, est la suivante : le terme fides e […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aux origines »  : […] Dans les sociétés anciennes, la production historique s'inscrit dans deux traditions parallèles en rapport étroit avec le pouvoir politique et ses aléas. Dans la Chine impériale, la tradition historiographique s'entend, depuis les annales de Sima Qian, comme le récit chronologique de la dynastie et l'un de ses titres de justification. Dans les cités grecques, les érudits qui, tel Hellanicos de My […] Lire la suite

PUNIQUES (GUERRES)

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 4 932 mots
  •  • 5 médias

On appelle guerres puniques le conflit qui opposa Carthage à Rome, de 264 à 146 avant J.-C. , et qui se termina par la destruction de Carthage. L'emploi de cette expression implique qu'on adopte le point de vue romain, le seul qui soit connu, puisque tous les témoignages émanent d'historiens latins (le principal est Tite-Live) ou de Grecs amis de Rome, comme Polybe qui assista à la destruction de […] Lire la suite

PYDNA BATAILLE DE (168 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 235 mots

La bataille de Pydna, qui clôt la dernière des trois guerres entre Rome et la Macédoine, symbolise la victoire de la légion romaine sur la phalange macédonienne et la fin de l'indépendance de la Grèce. En effet, après deux ans d'opérations incertaines, Rome envoie un général âgé mais énergique, Paul Émile, qui reprend en main l'armée, pénètre en Macédoine grâce à une manœuvre de contournement et a […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les circonstances de la transmission »  : […] Dans l'ordre philosophique, les Romains auront été des traducteurs, avec tout ce que ce mot implique à la fois de dépendance à l'égard de l'original et de recours obligé à des choix, voire à des infléchissements parfois décisifs. C'est la dépendance qui paraît bien dominer jusqu'à l'époque cicéronienne, et ce d'autant plus que, si l'aristocratie romaine s'intéresse dès le ii e siècle avant J.-C. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « POLYBE (entre 210 av. J.-C. et 202-env. 126 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/polybe/