POINTS CHAUDS, géophysique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation des trapps basaltiques

En 1975, Whitehead et Luther ont montré que la forme d'un panache dépend du contraste de viscosité entre le fluide qui constitue le panache et le fluide qui l'entoure. Dans le cas où le panache est plus chaud et moins visqueux que le manteau environnant, le panache a une forme de champignon, avec une large « tête » plutôt sphérique et une queue étroite et cylindrique (fig. 2). Cette découverte a permis à Jason Morgan, en 1981, d'expliquer une observation très intéressante : un bon nombre de chaînes volcaniques engendrées par un point chaud se terminent par des plateaux de basalte continentaux, appelés des trapps. C'est le cas, par exemple, de la chaîne du point chaud de l'île de la Réunion, qui se termine en Inde par les trapps du Deccan, formés il y a 66-65 Ma. Ces trapps occupent une surface de 1 million de kilomètres carrés et leur épaisseur peut atteindre 2 kilomètres. Les trapps comme celui du Deccan, du Paraná (Brésil) ou de Sibérie sont des épanchements colossaux de basaltes où, en moins de 1 million d'années, plus de 1 million de kilomètres cubes de laves se sont épanchées en surface. Selon Jason Morgan, l'arrivée d'une large tête de panache pourrait engendrer un volume important de magma qui, une fois émis, aurait constitué les trapps continentaux. En revanche, la chaîne volcanique serait alimentée par les remontés de roches chaudes dans la queue du panache. Dans cette hypothèse, la queue du panache a une durée de vie de plusieurs dizaines de millions d'années et sa position géographique reste relativement stable dans le manteau. En 1989, Richards, Duncan et Courtillot conclurent que les panaches mantelliques sont responsables de la formation des trapps et aussi des plateaux océaniques selon qu'un panache arrive sous la lithosphère continentale ou océanique (fig. 1). Le terme Large Igneous Province (LIPs) est fréquemment utilisé pour indiquer à la fois les trapps continentaux et les plateaux océaniques. L'immense plateau océanique d'Ontong Java (une surface de 2 millions de kilomètres [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Les points chauds

Les points chauds
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les trapps

Les trapps
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  POINTS CHAUDS, géophysique  » est également traité dans :

CAMEROUN MONT

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 168 mots

Le mont Cameroun se situe sur la façade maritime du Cameroun, à une vingtaine de kilomètres des côtes du golfe de Guinée. Il est né d'un volcanisme intra-plaque (volcan-bouclier) ; son dynamisme éruptif est de type hawaiien (effusif avec des fontaines de lave) et les produits émis sont plutôt des basaltes tholéiitiques. En cela, le mont Cameroun apparaît comme le jalon actif d'un point chaud qu […] Lire la suite

EAU DU MANTEAU TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 2 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Teneur en eau du manteau terrestre »  : […] Il y a donc de l’eau dans le manteau terrestre. Cependant, l'eau libre n'existe sur Terre que dans l'hydrosphère (les océans, les rivières, les nappes phréatiques). Dès que l'on passe en dessous du niveau des sols, l'eau est incorporée dans la structure cristalline des minéraux qui constituent les roches, sous la forme de liaisons OH. La teneur en eau du manteau varie significativement selon la p […] Lire la suite

ÉRUPTIONS VOLCANIQUES

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 3 926 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Processus de fusion partielle et contexte géodynamique »  : […] On peut définir trois modes principaux de production de magma, associés chacun à différents contextes géodynamiques, et qu'on peut ainsi replacer dans le cadre de la théorie de la tectonique des plaques. Le processus physique principal est la décompression adiabatique des matériaux mantelliques, laquelle résulte des mouvements ascendants de matière chaude au sein du manteau convectif, sous les do […] Lire la suite

PITON DE LA FOURNAISE

  • Écrit par 
  • Andrea DI MURO
  •  • 2 558 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le contexte géodynamique »  : […] L'ouverture de l'océan Indien, qui dura environ 40 millions d'années, de 180 à 140 millions d'années (Ma), provoqua la séparation de la plaque africaine du bloc Madagascar-Inde-Antarctique. La séparation de l'Inde, de 84 à 63 Ma, donna naissance au bassin océanique des Mascareignes, situé entre deux microcontinents : Madagascar et les Seychelles. À la fin de la période Crétacé (il y a environ 65 M […] Lire la suite

HAWAII

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 5 880 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un grand archipel volcanique »  : […] L'archipel des Hawaii est isolé au cœur du Pacifique nord, juste au sud du tropique du Cancer (entre 22 0  10′ et 18 0  55′ N), à quelque 3 850 km de la Californie à l'est, à 6 200 km du Japon à l'ouest et, vers le sud, à près de 3 900 km des Marquises d'où sont venus les premiers colonisateurs polynésiens. Il s'allonge sur environ 650 km du nord-ouest au sud-est sur une puissante dorsale sous-mar […] Lire la suite

HAWAII VOLCANS DES ÎLES

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

L'île principale de l'archipel d'Hawaii, ou île d'Hilo, de forme subtriangulaire, est un immense volcan bouclier basaltique composé, dont la base circulaire repose par 4 000 mètres de profondeur, et dont la partie émergée atteint 4 000 mètres d'altitude. Il comporte cinq centres éruptifs, dont deux sont éteints (Kohala, au nord-ouest, 1 680 m d'altitude ; Mauna Kea, au nord-est, 4 000 m d'altitu […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 372 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trapps du Deccan »  : […] Les trapps du Deccan forment un immense plateau couvrant presque le tiers de la surface de la péninsule indienne. Il s'agit d'une très importante masse de matériel volcanique constituée de basaltes alcalins, épaisse parfois de plus de 1 000 mètres et mise en place très rapidement, en 1 à 2 Ma, à la limite Crétacé-Paléocène ; il s'agit donc d'un phénomène de type catastrophique, qui est parfois in […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 474 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Géodynamique  »  : […] L' histoire géologique de l'Islande remonte à la fin du Crétacé, il y a quelque 60 millions d'années, à l'époque où le cœur de l'ancienne Pangée, tiraillé par les mouvements convectifs du manteau sous-jacent, finit de se déchirer pour donner naissance à l'océan Atlantique alors que disparaît l'ancien océan Téthys. La dorsale médio-atlantique marque aujourd'hui cette fracture originelle qui sépare […] Lire la suite

KILAUEA

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 579 mots

Le volcan Kilauea, dans le sud de l'île d'Hawaii, est la manifestation d'un point chaud intraplaque océanique : remontée profonde de magma du manteau, voire de l'interface du noyau et du manteau. Les points chauds ont deux particularités : d'abord celle d'être très stables, (étant peu affectés semble-t-il par les mouvements convectifs du manteau, ils passent les ères géologiques sans changement […] Lire la suite

MATÉRIAU PRIMITIF TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 327 mots

Les profondeurs de la Terre cachent des mystères encore insondables, et la chimie du manteau « inférieur », entre 660 et 2 900 kilomètres, reste très mal connue. Les indices apportés par de rares diamants de très haute pression suggèrent une composition différente de celle du manteau supérieur. Les compositions isotopiques de l'hélium de laves de « points chauds » montrent également que celles-ci […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Cinzia FARNETANI, « POINTS CHAUDS, géophysique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/points-chauds-geophysique/