MÉTAPHYSIQUES POÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La poésie « métaphysique » anglaise, contemporaine et proche parente de la poésie que l'on dit baroque sur le Continent, est-elle une école – l'école de Donne –, un style, un ordre esthétique, un mode de sensibilité, un moment de l'histoire littéraire ou une catégorie universelle ? Le critique soucieux de précision en définira l'esprit dominant, les formes distinctives, sans rechercher une classification rigide.

On peut dire de cette poésie ce que Jean Wahl disait de la philosophie de Heidegger : « Nous [y] sentons à la fois une tendance vers une individualité extrême et une tendance vers une totalité sentie du monde. » Le conceit n'y est pas un simple jeu d'esprit mais le trait d'union fulgurant entre deux ordres de réalité : l'esprit et la matière, le surnaturel et la nature, le divin et l'humain.

La poésie métaphysique trouve ses accents les plus émouvants dans l'expression de la perplexité, dans l'angoisse d'une authentique révolution culturelle, dans le clair-obscur d'une transition entre deux mondes, l'un mourant, l'autre s'efforçant de naître.

Approximations

« Vers le début du xviisiècle, apparut une lignée d'écrivains qu'on peut nommer les poètes métaphysiques. » Ce jugement de Samuel Johnson dans sa Vie de Cowley fit la fortune d'un terme ambigu dès l'origine, souvent contesté, mais consacré par l'usage. Le grand critique classique reprochait à Donne et à ses émules de concevoir l'esprit ou wit comme une discordia concors : « une combinaison d'images dissemblables ou la découverte de ressemblances occultes entre des choses apparemment différentes ». Mais dès lors que Coleridge définit l'imagination poétique comme « l'équilibre ou la conciliation de qualités contraires ou discordantes », ou que T. S. Eliot déclare l'esprit du poète « sans cesse occupé à amalgamer des données disparates de son existence », ce qui faisait l'artifice ou l'étrangeté de cette poésie devient son privilège et son prestige. La raideur même de la dialectique, jadis signe de froideur, rehausse la pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  MÉTAPHYSIQUES POÈTES  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « John Donne et Milton »  : […] Au début du xx e  siècle, un nom nouveau, celui de John Donne (1572-1631), s'est insinué et imposé entre Shakespeare et Milton, succession traditionnelle dans les histoires littéraires ; le profil de la littérature anglaise s'en est trouvé changé. On a même soutenu que dans cette littérature les seules forces comparables à l'influence de John Donne sont celles de Shakespeare, en permanence, et de […] Lire la suite

CAREW THOMAS (1595-1639)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 423 mots

Fils de sir Matthew Carew, juriste éminent, qui siégea à la Haute Cour de justice ( Chancery ), ce poète « cavalier », après des études à Merton College (Oxford), voyagea sur le continent en qualité de secrétaire de sir Dudley Carleton, ambassadeur à Venise, puis à La Haye. Il servit également lord Herbert of Cherbury (1583-1648), ambassadeur en France (1619-1624), lui-même poète « métaphysique » […] Lire la suite

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 435 mots

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xvii e siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pétrarquiste et élisabéthaine par leur goût de la musi […] Lire la suite

CLEVELAND JOHN (1613-1658)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 422 mots

Très célèbre en son temps par ses poèmes satiriques en faveur de la cause royaliste, John Cleveland, étudiant à Christ Church (Cambridge), s'y fit remarquer par son aptitude au latin, et devint, en 1634, fellow de St. John's où il enseigna pendant quinze ans. Il y acquit la réputation d'un debater accompli. Peu après le début de la guerre civile (1642), il quitta Cambridge et rejoignit le camp d […] Lire la suite

DONNE JOHN (1572-1631)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Chef de file des poètes «   métaphysiques », John Donne a régné par l'esprit, ou wit , sur la poésie anglaise de l'âge baroque. Il n'a jamais sombré dans l'oubli : Pope l'apprécie, Coleridge l'admire, Browning l'imite. Mais sa fortune n'atteint un nouvel apogée qu'au xx e siècle. Yeats en sa vieillesse, T. S. Eliot en ses premières œuvres et, à sa suite, tous les jeunes poètes de l'entre-deux-gue […] Lire la suite

DRYDEN JOHN (1631-1700)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 1 642 mots

Dans le chapitre « Un homme prudent »  : […] Au siècle de Hobbes, doctrinaire de l'absolutisme et de la raison d'État, Dryden se distingua surtout par sa prudence mondaine, s'opposant ainsi à Milton (1608-1674), son aîné, qu'il admirait, et, sans être aussi rigoureux que Boileau, il chercha à définir les principes d'une esthétique classique adaptée au goût anglais. Il y eut en lui trop de lucidité pour qu'il cédât jamais aux impulsions du mo […] Lire la suite

HERBERT GEORGE (1593-1633)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 591 mots

Poète religieux anglais, né le 3 avril 1593 au château de Montgomery (pays de Galles), mort le 1 er  mars 1633 à Bemerton (Wiltshire). George Herbert est le frère cadet d'Herbert de Cherbury (1583-1648), poète métaphysique séculier connu. En 1610, à l'occasion du nouvel an, George envoie deux sonnets à sa mère sur le thème de l'amour de Dieu, plus adapté à la poésie que l'amour d'une femme. Ces po […] Lire la suite

MARVELL ANDREW (1621-1678)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Puritanisme et lyrisme »  : […] Les satires de Marvell n'ont d'intérêt que pour l'histoire politique et littéraire. Ses éloges de Cromwell lancent des gerbes d'hyperboles, mais leur force oratoire se pénètre d'émotion vraie dans l'évocation vécue de la mort. Le lyrisme sobre et dense de l' Ode horatienne élève le thème politique au diapason de la plus haute poésie. Dans l'œuvre lyrique – d'inspiration amoureuse, pastorale ou re […] Lire la suite

POÉSIES, John Donne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

John Donne (1572-1631) est sans doute le plus grand des « poètes métaphysiques » de l'âge élisabéthain, selon l'expression de Samuel Johnson, éminent critique du siècle des Lumières. Né de parents catholiques, l'auteur des Sonnets sacrés (1633) se rallie à l'Église anglicane en 1615, après une période de doutes. Malgré trois ans d'études à Oxford, il n'obtient pas son diplôme à cause de sa relig […] Lire la suite

RALEIGH sir WALTER (1552-1618)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Soldat, courtisan, explorateur, colonisateur, homme d'État, poète, historien et par-dessus tout un des esprits les plus distingués d'une période éminente de l'histoire d'Angleterre, sir Walter Raleigh (ou Ralegh) fut un personnage considérable des règnes d'Élisabeth I re et de Jacques I er . Il offrit sa tête au bourreau, après treize ans de captivité à la tour de Londres. C'était pour crime de h […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ELLRODT, « MÉTAPHYSIQUES POÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-metaphysiques/