POÉSIE DESCRIPTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La description, qui peut avoir sa place dans toute poésie, a été cultivée dès les origines dans un souci d'ornementation : ainsi la description du bouclier d'Achille dans L'Iliade. Elle s'est aussi, plus particulièrement à certaines époques, constituée en genre poétique indépendant. Dans la première moitié du xviie siècle, à la suite de l'Italien Marino, certains poètes français s'attardent en descriptions infinies — tel Saint-Amant, auteur d'un Moyse sauvé qui lui attirera les sarcasmes de Boileau — et parfois parviennent à de belles réussites (La Mer de Tristan L'Hermite notamment, toute chatoyante d'images neuves). C'est surtout à la fin du xviiie siècle que tente de s'élaborer une poésie descriptive à but didactique (suivant le modèle virgilien, description et souci d'enseignement sont souvent liés ; ils l'étaient deux siècles plus tôt dans un poème tel que La Savoye de Peletier du Mans), et Marie-Joseph Chénier protestera, à l'exemple de Boileau, contre l'abus de la description dans son Discours en vers sur la poésie descriptive. Saint-Lambert écrit Les Saisons (1769), Roucher Les Mois (1779), et surtout Delille, marchant sur les traces de Virgile, tente de donner à la France une poésie didactique et pittoresque de la nature avec Les Jardins (1780), L'Homme des champs ou les Géorgiques françaises (1800), Les Trois Règnes de la Nature (1809). André Chénier élabore à son tour d'ambitieux projets (L'Hermès, L'Amérique) et laisse de beaux morceaux de poésie plastique, essentiellement sculpturale.

La révolution romantique tuera les prétentions scientifiques de la poésie, mais ses premiers auteurs (Lamartine, par exemple) sauront se souvenir des descriptions de Delille. Les suivants achèveront d'évacuer de la poésie le didactisme classique, mais, plus subtilement évocatrice ou mieux liée à l'expression lyrique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  POÉSIE DESCRIPTIVE  » est également traité dans :

CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 560 mots

Dans le chapitre « Imitation et invention »  : […] À vingt ans, Chénier sait ce qu'il ne veut pas être : un Dorat. Il sait moins bien ce qu'il sera : impulsif, velléitaire, il cède à la dispersion et à la procrastination (voir l' Épître sur ses ouvrages). Il commence à écrire en plein âge d'or de la poésie descriptive  : si la terminologie est discutée, l'idéal, lui, ne fait plus question. La poésie peut et doit égaler la philosophie, il y a ving […] Lire la suite

DENHAM JOHN (1615-1669)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 196 mots

L'un des poètes anglais les plus populaires à la fin du xvii e siècle et au début du xviii e , Denham acquit la célébrité avec Le Sophi ( The Sophy ), tragédie historique en vers non accentués, jouée en 1641, et surtout avec La Colline de Cooper ( Cooper's Hill , 1642). Pendant la guerre civile, il prend fait et cause, en Angleterre et à l'étranger, pour Charles II. Élu à la Royal Society sous […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Locus amoenus »  : […] Le succès des Caractères de Théophraste correspond à la diffusion, à la fin du xvi e  siècle, des techniques de la seconde sophistique. En 1578, Blaise de Vigenère traduit les Tableaux de Philostrate, sophiste grec du ii e  siècle, qui servent de modèle aux Tableaux sacrez du jésuite Richeome (1601). La sophistique sacrée de ce dernier, celle de Louis de Cressolles ou de Le Moyne, la « rhétori […] Lire la suite

LEMIERRE ANTOINE MARIN (1723 env.-1793)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 564 mots

La date de naissance d'Antoine Lemierre est incertaine : 1721 ? 1723 ? 1733 ? Tous ses biographes répètent qu'il avait « des idées, de l'imagination, de la verve » mais regrettent les cahots de sa versification, la rudesse abrupte de son style. L'un d'eux remarque avec finesse : « Dorat et lui, fondus ensemble, eussent fait un grand poète. » (On pourrait en dire autant de Delille et de Roucher.) L […] Lire la suite

PELETIER DU MANS JACQUES (1517-1582)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 637 mots

Poète français, mais aussi grammairien, mathématicien et médecin, esprit mobile et curieux, bouillonnant d'aspirations et d'idées. Un peu plus âgé que Ronsard et que Du Bellay, il fait la connaissance du premier puis du second avant même qu'ils n'entrent au collège de Coqueret, et leur prodigue ses conseils. Il préside ainsi aux origines de la Pléiade ; il sera en contact constant avec le groupe, […] Lire la suite

ROUCHER ANTOINE (1745-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 862 mots

C'est une place d'honneur qu'il faut accorder à Roucher dans le panthéon littéraire du xviii e siècle, car il fut, en intention et en puissance au moins, le grand poète des Lumières. Montpelliérain de naissance, Antoine Roucher débarque à Paris vers 1765 et troque bientôt la théologie pour la philosophie dont il épouse les thèses avec passion. Assoiffé d'omniscience et possédé d'un enthousiasme q […] Lire la suite

SAINT-AMANT MARC ANTOINE GIRARD DE (1594-1661)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 520 mots

Antoine Girard, dont le nom se gonflera peu à peu, naît à Quevilly près Rouen, dans une famille de marins. Son frère courra l'aventure à Java. Son père a navigué, puis est devenu armateur et possède des intérêts commerciaux dans une fabrique de verre. Il professe le protestantisme. Saint-Amant se flatte de n'avoir pas appris les langues anciennes. Il sait du moins l'italien, l'espagnol, l'anglais, […] Lire la suite

SAINT-LAMBERT JEAN-FRANÇOIS DE (1716-1803)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 380 mots

Né à Nancy d'une famille noble mais pauvre et sans illustration, Saint-Lambert ne prendra le titre de marquis qu'à l'époque de ses succès littéraires. Il est élevé par les jésuites, dont il a très bien défini la tolérance un peu mondaine :   Apôtres pleins d'urbanités,   Aux charmes touchants du bréviaire   Vous entremêlez prudemment   Et du Virgile et du Voltaire. Après ses études, il vit à la co […] Lire la suite

TRISTAN L'HERMITE FRANÇOIS L'HERMITE dit (1601-1655)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 398 mots

Après une jeunesse errante et aventureuse qu'il a racontée — ou plutôt romancée — dans un récit curieux et attachant, Le Page disgracié (1642), Tristan l'Hermite entre vers 1621 au service de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, qu'il quittera vingt-cinq ans plus tard pour suivre le duc de Guise. Il mourra pauvre et désenchanté, regrettant ses années de vaine servitude. Il fait représenter en 1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « POÉSIE DESCRIPTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-descriptive/