Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PLASTES

Autres types de plastes

Les leucoplastes

Les leucoplastes se trouvent principalement dans les tissus des végétaux chlorophylliens qui ne sont pas atteints par la lumière. Toutefois, de nombreux épidermes ne renferment que des leucoplastes. Ce sont des organites cytoplasmiques sans pigments, légèrement plus réfringents que le cytoplasme dont ils suivent les mouvements en se déformant constamment. Leur aspect rappelle, en plus grand, celui des mitochondries. Comme ces dernières, ils sont très fragiles et notamment très altérables par les fixateurs acides ou alcooliques. Ils n'ont pas de formes bien définies.

À l'aide de la microscopie électronique, on les voit limités par deux membranes, comme les chloroplastes. La membrane interne émet dans le stroma des crêtes analogues à celles des mitochondries. Le stroma renferme généralement des globules lipidiques. Dans la plupart des espèces et des tissus, les leucoplastes accumulent des grains d'amidon disposés dans des enclaves du stroma comme chez les chloroplastes. Il est souvent possible de réaliser expérimentalement la transformation de leucoplastes en chloroplastes.

Les chromoplastes

Les chromoplastes sont caractérisés par leur richesse en pigments caroténoïdes (carotènes, xanthophylles...) qui peuvent subsister seuls ou masquer les chlorophylles. On les trouve surtout dans les pièces florales colorées en rouge clair ou en jaune, dans les fruits de ces mêmes couleurs, mais aussi dans certaines tiges, feuilles et même racines (carotte).

Ils ont été longuement étudiés sur le vivant, notamment par A. Guilliermond qui en a distingué plusieurs catégories d'après l'état physique des pigments : diffus ou dissous dans des gouttelettes lipidiques (pétales de tulipe, baies d'asperge) cristallisés (carotte, tomate), fixés sur des structures fibrillaires (piment, pétale d'Amaryllis lutea).

La microscopie électronique a confirmé ces distinctions et a permis de retrouver les deux membranes limitantes, l'interne formant de rares crêtes, dans le stroma. Ce dernier est très appauvri dans les chromoplastes ayant achevé leur différenciation. Dans le type à pigments dissous (Ranunculus, A. Frey-Wyssling et E. Kreutzer ; Spartium, A. Nougarède), le stroma s'est considérablement enrichi en globules lipidiques chargés du pigment (fig. 11). Dans le piment (Capsicum annuum) se forment des aiguilles lipidoprotéiques qui paraissent fixer le carotène à leur surface et s'assemblent en faisceaux semi-rigides.

La différenciation des chromoplastes est en général accompagnée du vieillissement de l'ensemble de la cellule. Les plastes eux-mêmes présentent des signes de dégénérescence. Cette évolution est précédée ordinairement d'une phase d'amylogenèse intense, puis l'amidon est hydrolysé et les pigments s'accumulent. Cette différenciation est, sauf exceptions très rares, irréversible.

Les chromoplastes résultent habituellement de la différenciation secondaire de chloroplastes ou de leucoplastes, alors que les chloroplastes et les leucoplastes proviennent typiquement de l'évolution directe de précurseurs présents dans les cellules des points de croissance (méristèmes), appelés proplastes (fig. 12). Ces derniers ont des dimensions, une infrastructure et des propriétés très voisines de celles des mitochondries. Ils présentent la même fragilité et s'altèrent de la même manière par « cavulation ». Ils sont limités par deux membranes dont l'interne émet des crêtes dans le stroma. La différenciation en leucoplastes est relativement simple : le plaste s'accroît, ce qui le distingue de mieux en mieux des mitochondries ; le stroma acquiert des globules lipidiques, très souvent des grains d'amidon, et les crêtes grandissent plus qu'elles ne se multiplient, contrairement à celles des mitochondries (fig. 13 et 14).[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences, université d'Aix-Marseille
  • : docteur ès sciences, professeur à l'université de Clermont-II

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Infrastructure de chloroplaste granaire - crédits : Encyclopædia Universalis France

Infrastructure de chloroplaste granaire

Interprétation des images de cryofracture - crédits : Encyclopædia Universalis France

Interprétation des images de cryofracture

Complexe moléculaire de l'ATPase chloroplastique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Complexe moléculaire de l'ATPase chloroplastique

Autres références

  • ALGUES

    • Écrit par Bruno DE REVIERS
    • 4 869 mots
    • 9 médias
    Il est désormais bien démontré que le plaste (compartiment cellulaire – ou organite – dans lequel s'effectue la photosynthèse) des Plantae (taxon regroupant les glaucophytes, les algues rouges et les plantes vertes – ces dernières comprenant les algues vertes) est dérivé d'une cyanobactérie (fig....
  • CHLOROPHYLLES

    • Écrit par Alexis MOYSE
    • 3 547 mots
    • 4 médias
    Les chlorophylles sont localisées dans les membranes internes des chloroplastes des cellules végétales. Ces membranes forment des sortes de sacs (thylacoïdes) à la cohésion desquels les chlorophylles participent. Les bactériochlorophylles des Bactéries phototrophes sont incorporées dans les membranes...
  • CHLOROPLASTES

    • Écrit par Paul MAZLIAK
    • 865 mots

    Dans les cellules chlorophylliennes des végétaux supérieurs, il existe deux modes de fixation du gaz carbonique (CO2 ou dioxyde de carbone)  : le type de fixation en C3 et le type en C4 ainsi désignés en fonction du nombre d'atomes de carbone de la molécule photosynthétisée (voir...

  • DÉVELOPPEMENT, biologie

    • Écrit par Georges DUCREUX, Hervé LE GUYADER, Jean-Claude ROLAND
    • 19 221 mots
    • 14 médias
    ...organites. Chez les plantes, ce sont précisément les trois organites caractéristiques de ce règne qui sont mis à contribution le plus largement : a) les plastes (différenciation des chloroplastes dans les parenchymes photosynthétiques, des amyloplastes dans les tissus de réserves) ; b) les parois (fibres...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi