CAVALLINI PIETRO (1250 env.-1330)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Jugement dernier, P. Cavallini

Le Jugement dernier, P. Cavallini
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Fresques du Jugement dernier, P. Cavallini

Fresques du Jugement dernier, P. Cavallini
Crédits : Bridgeman Images

photographie


La découverte, en 1900, des fresques que Cavallini peint à Rome vers 1293 à Sainte-Cécile-du-Transtévère (Jugement dernier) a déterminé la révision de la théorie, héritée de Vasari, qui fixe exclusivement à Florence les origines de la peinture italienne. Le nom de Cavallini apparaît pour la première fois dans un acte de 1272. Les mosaïques de la Vie de la Vierge à Sainte-Marie-du-Transtévère (1291 env.), au dessin large et ferme, manifestent un sens de la grandeur, la recherche d'une certaine majesté antique, qui révèlent une interprétation personnelle et puissante de l'iconographie byzantine. Cette ampleur de style, cette orientation classique s'affirment dans les fresques de Sainte-Cécile : le Pantocrator byzantin y fait place, a-t-on dit, à un « Jupiter chrétien ». Les Apôtres sont des dignitaires en toge, représentés par un maître qui n'ignore pas la statuaire romaine. Ces grands exemples ne peuvent manquer d'impressionner Giotto, appelé à Rome dans les dernières années du siècle, et il convient d'inverser l'assertion de Vasari qui fait de Cavallini le disciple du grand Florentin. Il en reste le témoignage d'une rencontre privilégiée et féconde entre Rome et la Toscane, comme celle qui s'accomplit à Assise, où la grande entreprise de la basilique Saint-François attire, à partir de 1277, les plus fortes personnalités de l'époque, Cimabue, Giotto, et peut-être Duccio, Torriti, Cavallini lui-même dans sa jeunesse. Au début du xive siècle c'est à Naples qu'il se rend, comme Giotto ; malgré les dégradations et les restaurations qu'elles ont subies, les fresques de Santa Maria di Donna Regina, exécutées par lui et par son atelier (1310-1320), attestent que Cavallini a eu véritablement le prestige et l'autorité d'un chef d'école.

Le Jugement dernier, P. Cavallini

Le Jugement dernier, P. Cavallini

photographie

Pietro Cavallini (connu entre 1291 et 1315), Le Jugement dernier, détail, vers 1293, fresque. Santa Cecilia in Trastevere, Rome. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Fresques du Jugement dernier, P. Cavallini

Fresques du Jugement dernier, P. Cavallini

photographie

Quatre apôtres, détail des fresques du Jugement dernier que Pietro Cavallini (1250 env.-1330) a peint vers 1293, à Sainte-Cécile-du-Transtévère, à Rome. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAVALLINI PIETRO (1250 env.-1330)  » est également traité dans :

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Arts du Moyen Âge »  : […] Des influences extérieures, cependant, s'exerçaient : les ornements des basiliques paléo-chrétiennes étaient souvent importés de Constantinople. Les formules de la peinture byzantine ont pénétré la tradition de la mosaïque romaine, florissante depuis le v e  siècle (mosaïques de Sainte-Marie-Majeure, de Sainte-Praxède, du Baptistère du Latran, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome/#i_10834

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « CAVALLINI PIETRO (1250 env.-1330) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-cavallini/