SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Type parfait de l'homme du pouvoir, Pierre Séguier est prêt à accepter n'importe quelle tâche délicate et impopulaire. Il y a là une part, réelle, d'esprit de fidélité à la monarchie (mais qui a ses limites) et du besoin d'être du côté du pouvoir, pour lui-même et pour sa famille. Il a su choisir son camp, et y rester même au moment des difficultés. Neveu d'Antoine Séguier, conseiller d'État et avocat général au parlement de Paris, Pierre Séguier est d'abord intendant en Guyenne (1621), puis président à mortier du parlement de Paris en 1624, garde des Sceaux en 1633 ; il remplace d'Aligre à la chancellerie en 1635. Homme lige de Richelieu, il est chargé de la délicate mission de saisir la correspondance d'Anne d'Autriche avec son frère le roi d'Espagne en 1637, de diriger la répression de la révolte des Nu-Pieds en Normandie en 1639, de coordonner la lutte contre les conjurations, et en particulier contre Cinq-Mars en 1642. Protecteur officiel de l'Académie française en 1643, il sait se mettre à temps au service de Mazarin et d'Anne d'Autriche et permet de faire casser le testament de Louis XIII. Séguier reste suffisamment fidèle à Mazarin pour qu'il soit obligé de s'exiler un moment et il est récompensé en 1650 par le titre de duc. Au début du règne personnel de Louis XIV, il instruit en 1661 le procès Fouquet, à la grande indignation de Mme de Sévigné, et non sans se faire rappeler par son adversaire quelques « conversations » avec les Espagnols. La fin de sa carrière est marquée par une double évolution. Il est, en effet, pour une large part le coauteur des ordonnances qui, de 1668 à 1670, marquent une étape importante du droit français, plus connues parfois sous le nom de Code Louis. Sa vieillesse et son souple opportunisme l'empêchent de protester contre l'amputation progressive des prérogatives de ses charges judiciaires au bénéfice de ce qui sera ultérieurement le Contrôle général. Bibliophile, cultivé, amateur éclairé, il lègue sa bibliothèque à l'abbaye de Saint-Germain. Tout au long du xviiie siècle, les académies, tant parisiennes que provinciales, ne cessèrent de se réclamer, rituellement, de ce « protecteur » exemplaire.

—  Jean MEYER

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France  » est également traité dans :

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Absolutisme et récession »  : […] La crise qu'une récession croissante ne pouvait manquer de provoquer éclata avec d'autant plus de violence dans les milieux de la librairie que la guerre de Trente Ans priva d'un marché considérable les métiers du livre dont le principal foyer d'échange était constitué par les foires de Francfort. Resserrant les « courroies de contrôle » à mesure que la récession s'affirmait, le chancelier Séguie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_22529

NU-PIEDS RÉVOLTE DES (1639-1640)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 424 mots

Une des nombreuses « émotions » qui troublent la période 1623-1648. La révolte des Nu-Pieds, soulèvement populaire de Normandie, est à la fois rurale et citadine ; elle fut châtiée par une expédition punitive du chancelier Séguier en personne. Dans l'Avranchin en 1639, le bruit s'était répandu que le gouvernement allait interdire le sel blanc et établir la gabelle. Le pays jouissait du privilège d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte-des-nu-pieds/#i_22529

VOUET SIMON (1590-1649)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gloire parisienne »  : […] En 1627, Louis XIII rappelle à Paris ce peintre qu'il pensionnait déjà à Rome. Dans la capitale en pleine reconstruction, Vouet s'impose rapidement. En vingt ans, il va multiplier les retables, les décors de galeries et d'appartements et les cartons de tapisseries, sans renoncer jamais au tableau de chevalet. Autour de lui, pour venir à bout des commandes, un important atelier se constitue, où le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-vouet/#i_22529

Pour citer l’article

Jean MEYER, « SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-seguier/