NAVILLE PIERRE (1904-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Pierre Naville est attaché, dans l'histoire des idées du xxe siècle, au mouvement surréaliste et au développement de la sociologie du travail. Élevé dans un milieu très aisé, le futur militant communiste a connu, de son propre aveu (Mémoires imparfaites, 1987), une enfance plutôt gâtée à l'abri des horreurs de la guerre. Inscrit en philosophie à la Sorbonne, il rencontre en 1922 Philippe Soupault et interrompt pour longtemps ses études ; collaborateur de plusieurs revues d'avant-garde, il participe en 1924 à la fondation du surréalisme.

Cette même année, il assure, avec Benjamin Péret, la direction de La Révolution surréaliste, après avoir publié à compte d'auteur une plaquette que diffusera la librairie de la rue Blanche : Les Reines de la main gauche, parfaite illustration de l'écriture automatique, “livre éperdu comme Picratt chez les cachalots”, “brouillard moral dans la plaine logique”, bref “le surréalisme pur”. Dans le quatrième numéro (juill. 1925), André Breton annoncera qu'il prend la direction de la revue ; Naville, lui, est passé à Clarté. À la question “Que peuvent les surréalistes ?”, il a répondu qu'ils doivent “s'engager résolument dans la voie révolutionnaire, la seule voie révolutionnaire, la voie marxiste” (La Révolution et les intellectuels, 1926). Quelques mois plus tard, Breton dissociera, dans Légitime Défense, le problème de la connaissance de celui de l'action et dénoncera l'influence “crétinisante” de la presse du Parti. À cette date, Naville, selon Maurice Nadeau, a rompu en fait avec le mouvement surréaliste. Du surréalisme, il conservera cependant le projet d'une libération totale de l'individu et une certaine idéalisation du marxisme. Autant que cette orientation utopique, son amitié pour Trotski — auquel il rendra plus tard hommage (Trotski vivant, 1962) — explique son exclusion, en 1928, du P.C.F.

La Seconde Guerre mondiale coïncide avec de notables changements dans les choix intellectuels de celui qui voulait confondre la voie poétique et la voie politique. Fait prisonnier en 1940, lib [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  NAVILLE PIERRE (1904-1993)  » est également traité dans :

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 858 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la tolérance à la défense des droits de l'homme »  : […] la décadence française, sans pour autant exercer une réelle censure sur les œuvres des Philosophes. En 1943, Pierre Naville, trotskiste connu, ancien surréaliste, publie chez Gallimard un livre important sur d'Holbach, Paul Thiry d'Holbach et la philosophie scientifique au XVIIIe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_96911

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 401 mots

Dans le chapitre « Le surréalisme intuitif (1922-1924) »  : […] travaux du groupe, La Révolution surréaliste, se substitue à Littérature. Pierre Naville et Benjamin Péret, ses codirecteurs, donnent le ton d'une publication à l'aspect aussi sévère que celui d'un bulletin scientifique, mais dont la charge d'expériences impose avec éclat l'orientation révolutionnaire du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_96911

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Georges Friedmann, Pierre Naville et Alain Touraine »  : […] Renault, de la phase A à la phase B permettait à Touraine de présenter une analyse fouillée de l'organisation taylorienne du travail dans la grande industrie ; l'évocation de la phase C, jugée trop aventureuse par Friedmann dans la Préface qu'il donna à l'ouvrage de son disciple, annonçait quant à elle les travaux de Pierre Naville sur l'automation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-du-travail/#i_96911

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « NAVILLE PIERRE - (1904-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-naville/