PHOTOGRAPHIEOptique photographique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Profondeur de champ

Le concept de la profondeur de champ paraît être l'un des plus connus de tous ceux qui régissent les lois de l'optique photographique. Son étude physique privilégie, en effet, les paramètres facilement quantifiables tels que l'ouverture du diaphragme, la distance focale et la mise au point. De nombreuses approximations sont réalisées afin de simplifier les démonstrations. Ainsi, l'objectif est assimilé à une lentille mince et les formules usuelles négligent un grand nombre de paramètres.

Mais, pour de nombreux spécialistes, un point reste très discutable : il s'agit du cercle de confusion, caractéristique essentielle de la profondeur de champ, qui est souvent traité avec peu de constance et beaucoup d'imprécision. En effet, la profondeur de champ ne peut pas s'apparenter à un phénomène manichéen, l'étendue de la zone de netteté n'admettant pas nécessairement des bornes distinctes. Le passage du flou au net, puis du net au flou, est fonction de nombreux paramètres dont certains sont pour le moins subjectifs. Un approfondissement de ce sujet nécessite une étude où l'interconnexion des champs physique, sémantique, esthétique et perceptif serait abordée conjointement.

Description classique du phénomène

La mise au point est réalisée sur l'objet ponctuel A situé sur l'axe optique de l'objectif (fig. 2). On assimile ce dernier à une lentille mince sans aberration. L'image de A, soit A', se forme sur le film, à l'intersection de celui-ci et de l'axe optique.

Optique photographique : profondeur de champ

Dessin : Optique photographique : profondeur de champ

Dessin

En faisant la mise au point sur l'objet ponctuel A situé sur l'axe optique de l'objectif, son image A' se forme sur le film. Les objets ponctuels A1 et A2, situés de part et d'autre de ce plan de mise au point, donnent des images (A'1 et A'2) qui se forment de part et d'autre de l'émulsion.... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Un objet ponctuel A1, situé en arrière-plan, admet, par conjugaison optique, une image A'1. De même, un objet ponctuel A2, localisé au premier plan, admet une image A'2. Les points A'1 et A'2 se situent de part et d'autre de l'émulsion. Dans les deux cas, le film n'enregistre pas directement les images mais leur trace, c'est-à-dire une surface qui correspond à une projection au sens de la géométrie classique. Dans le cas présent, il s'agit de l'intersection d'un cône et d'un plan perpendiculaire à son axe de révolution (plan qui représente le film), c'est-à-dire un cercle. Ainsi, on appelle cercle de c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Optique photographique : angle de champ

Optique photographique : angle de champ
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Optique photographique : profondeur de champ

Optique photographique : profondeur de champ
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie : diaphragme et profondeur de champ

Photographie : diaphragme et profondeur de champ
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie : chambre grand format

Photographie : chambre grand format
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences, responsable du laboratoire d'optique appliquée à l'École nationale supérieure Louis-Lumière

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAPHIE  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

La chronologie du processus d'invention de la photographie est antérieure de plusieurs siècles à sa période de divulgation. C'est grâce aux avancées significatives de l'optique et de la photochimie, en particulier aux xviie et xviiie siècles, que l'élaboration d […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Les procédés argentiques reposent sur l'exploitation de la photosensibilité de trois halogénures d'argent : le bromure, le chlorure et l'iodure d'argent. Ces trois composés ont accompagné l'évolution de la photographie depuis son invention. Impliqués dans la plupart des techniques développées au cours du xixe siè […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 6 034 mots
  •  • 19 médias

Les appareils photographiques numériques ne sont que des clones électroniques des appareils argentiques (tabl. l). Le film et la plupart des éléments mécaniques de ces derniers sont remplacés par des éléments électroniques de plus en plus sophistiqués. L'image, obtenue sous forme d'un signal analogique, est « développée » et « traitée » immédiatement par un ordinateur embarqué dans l'appareil. Cet […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 8 498 mots
  •  • 4 médias

Une fois passé l'émerveillement d'avoir enfin obtenu les premières photographies, les pionniers entreprirent immédiatement des recherches et des investigations afin d'améliorer les procédés. Une problématique s'imposa d'abord à tous : l'assurance d'obtenir des images correctement exposées. La chose ne devint réaliste qu'avec l'apparition des plaques « sèches » et des films industriels. Les premier […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques argentiques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 7 709 mots
  •  • 12 médias

L'appareil photographique est bien plus qu'un simple outil, comme peut l'être le pinceau du peintre. Dans une certaine mesure, il conditionne la réalisation de l'œuvre photographique. Les progrès technologiques ont ouvert la voie à la réalisation de certaines images que l'on aurait jugées naguère impossibles. L'histoire de la photographie est étroitement liée à l' […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques numériques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 2 136 mots
  •  • 3 médias

Apparus massivement au début des années 1990, les appareils photographiques numériques ne sont pas de prime abord très différents de leurs homologues qui utilisent du film (cf. Appareils photographiques argentiques 1. Principe). Ce qui change est le support de récupération de l'information, et avec lui tout ce qui concerne le traitement du signal et le stockage de l'information sous forme de fichi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 504 mots
  •  • 10 médias

Pour obtenir une image, quel que soit son mode d'enregistrement (fixe ou animée) ou sa nature (argentique, analogique, numérique), un dispositif opto-mécanique est indispensable : c'est l'objectif. Constitué d'une lentille (appareils prêt-à-photographier) ou – dans la plupart des cas – de plusieurs, celui-ci permet de transposer un objet en trois dime […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement argentique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 3 724 mots
  •  • 8 médias

Il existe deux marchés bien séparés de la photographie : le marché des photographes amateurs et le marché des photographes professionnels. Les laboratoires, couvrant en partie ou en totalité ces deux marchés, sont utilisateurs depuis de nombreuses années d'équipements, le plus souvent hybrides analogiques-numériques, qui leur permettent de développer les films et d'effectuer des tirages, en corrig […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 4 458 mots
  •  • 11 médias

Les matériels de traitement pré-numérique des images sont apparus avec le premier appareil photographique vidéo-analogique, le Mavica, présenté par Sony en 1981. Cet appareil, considéré à tort comme le premier appareil photographique numérique, était muni d'un capteur CCD (charge coupled device) et enregistrait des images analogiques (et non pas encore numériques) sur un nouvea […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 434 mots
  •  • 2 médias

La révolution du regard et de l'imaginaire engendrée au xix e  siècle par l'invention de la photographie, trouve une illustration éclatante dans l'aventure de la dynastie Alinari. Fondé entre 1852 et 1954, à Florence, l'atelier Alinari constitue un trésor que les historiens de l'art connaissent bien et auquel d'aucuns, parmi les plus grands, apportèrent leur collaboration : John Ruskin, Bernard Be […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal MARTIN, « PHOTOGRAPHIE - Optique photographique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-optique-photographique/