PHONÉTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unités fonctionnelles de l'expression

La hiérarchie dans le rôle des éléments phoniques, déjà considérée dans le passage de l'aspect acoustique à l'aspect auditif, n'est pleinement mise en évidence qu'à partir d'hypothèses sur leur fonctionnement dans une langue donnée. En effet, le phonéticien n'exerce pas ses diverses activités sur des unités qui lui seraient fournies par une observation directe de la substance sonore, mais sur des formes linguistiques qui découpent préalablement cette substance. Les unités phoniques sont isolées, dans le continuum de la chaîne parlée, par leur fonction linguistique, qui est de se grouper d'une certaine façon pour constituer ensuite des unités d'un rang supérieur ayant une signification et permettre ainsi l'expression ou la communication d'un contenu notionnel.

Cet aspect fonctionnel ne fait pas que s'ajouter aux autres aspects déjà envisagés (production, transmission, intégration auditive), il fonde vraiment la phonétique en tant que discipline linguistique. Un va-et-vient se produit alors entre, d'une part, les différentes théories linguistiques qui fournissent des hypothèses sur la nature des unités et, d'autre part, l'étude de la manifestation physique puis du comportement de ces unités qui valident ou infirment ces hypothèses.

À l'appui de cette façon d'envisager les rapports entre la linguistique et la phonétique, les faits prosodiques fournissent un argument exemplaire. Si les recherches sur l'intonation ont progressé si lentement, c'est que certains phonéticiens ont voulu partir directement d'une connaissance aussi étroite que possible de la substance intonative, alors que les théories linguistiques existantes, défaillantes sur ce point, ne pouvaient rendre compte ni de la nature ni du fonctionnement des phénomènes intonatifs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Organes de la parole

Organes de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Voyelles cardinales

Voyelles cardinales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anatomie et nomenclature correspondante

Anatomie et nomenclature correspondante
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Analyse acoustique de la phrase : Il est venu (finalité)

Analyse acoustique de la phrase : Il est venu (finalité)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHONÉTIQUE  » est également traité dans :

ACCENT, linguistique

  • Écrit par 
  • C.-H. VEKEN
  •  • 850 mots

On rencontre sous la rubrique « accent » des phénomènes très divers, ce qui est souvent source de confusion. En général, il s'agit de phénomènes d'ordre phonique qui consistent à donner un certain relief à telle ou telle partie de la chaîne parlée (syllabe, mot, syntagme, etc.) en faisant contraster un segment particulier avec le reste de l'énoncé. Cette mise en relief peut être réalisée par des m […] Lire la suite

AMUÏSSEMENT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 76 mots

Disparition de la prononciation d'un phonème dans l'évolution phonétique d'une langue (en français, le e muet ). Ce phénomène a un caractère diversement contraignant, mais lorsqu'il s'impose à la totalité des usagers d'une langue (comme par exemple en uruguayen, par rapport au castillan, l'amuïssement du s du pluriel), c'est que l'ensemble du système des oppositions phonologiques est complètement […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 098 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phonétique »  : […] Les langues caucasiques sont connues pour leur richesse exceptionnelle en phonèmes (c'est-à-dire en sons qui diffèrent les uns des autres de manière fondamentale, et non par des nuances de prononciation) : l'oubykh en a 82, l'abkhaze 67, les langues du Daghestan de 40 à 50 ; même les moins pourvues, celles du Sud, comme le géorgien ou le laze, en ont plus de 30. Remarquable est également la dissym […] Lire la suite

CHUINTANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 110 mots

On appelle consonnes chuintantes des fricatives dont le point d'articulation est compris entre les alvéoles et le début du palais (de postalvéolaire à prépalatal) : la sourde, [∫], apparaît en français à l'initiale de chat , et la sonore, [ž], à l'initiale de jeu . Phonologiquement, en allemand, dans la paire minimale bresche-breche , il y a opposition chuintante/palatale, et, en français, dans la […] Lire la suite

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « « Nouvelle lexicographie » et « Nouveaux dictionnaires » »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, le dictionnaire connaît d'importants développements. Les nouveaux rôles qu'il est appelé à jouer dans la société de l'information et de la communication renforcent l'intérêt qu'on lui portait jusque-là. Reconsidéré, son usage dans l'enseignement amène à produire des dictionnaires d'apprentissage d'un type nouveau, conçus comme compléments des grammaires scol […] Lire la suite

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 415 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La nébuleuse alphabétique »  : […] En instaurant une correspondance terme à terme entre chacun des signes visuels écrits et l'un des deux sons, voyelle ou consonne, dont se compose une syllabe, les Grecs ont introduit dans l'histoire de l'écriture une rupture radicale. La rationalisation de l'écrit est parvenue, grâce à eux, à son degré extrême d'abstraction, l'analyse de l'espace graphique en signes trouvant son répondant rigour […] Lire la suite

FÓNAGY IVÁN (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Ferenc KIEFER
  •  • 550 mots

Linguiste de renommée internationale, Iván Fónagy est né à Budapest en 1920. Il acquiert une formation de niveau européen à l'université Pázmány Péter – notamment avec Gyula Laziczius, représentant notable du cercle de Prague –, à Kolozsvár et à Paris. Il termine en 1949 ses études en littérature et langue françaises, en langue allemande et en phonétique, et devient chercheur à l'Institut linguist […] Lire la suite

FORMANT, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 216 mots

Terme utilisé par les linguistes de l'école chomskienne. On distingue en grammaire générative les formants des morphèmes : les morphèmes sont les éléments qui composent les suites syntagmatiques terminales engendrées par la base de la grammaire (soit l'ensemble des règles syntagmatiques et le lexique) avant l'application des transformations. Les formants sont les éléments minimaux composant les su […] Lire la suite

FRICATIVE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 233 mots

On appelle fricatives (ou constrictives, ou continues avec friction) les consonnes dont l'articulation comprend le passage de l'air dans un canal resserré, ce qui produit à l'écoute une impression de frottement ou de friction. Ce resserrement se produit aux différents points d'articulation possibles, des lèvres au voile du palais. On distingue ainsi selon leur point d'articulation les bilabiales s […] Lire la suite

GLOTTE COUP DE, phonétique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 86 mots

Son produit par une fermeture momentanée du larynx ou du pharynx par rapprochement des cordes vocales, suivie d'un relâchement et d'une vibration. Le coup de glotte, noté en phonétique [ ?], peut être un phonème. C'est par exemple le cas en allemand (à l'initiale du mot Ende ), en arabe (où le coup de glotte porte, dans l'alphabet, le nom de hamza ) et en danois (où le coup de glotte, moins appuyé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis AUTESSERRE, « PHONÉTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phonetique/