PHILOCALIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de philocalie désigne littéralement, dans le vocabulaire de l'hellénisme chrétien, l'« amour de la beauté », celle de Dieu et celle de la créature transfigurée. Au sens large, il s'applique à toute anthologie de textes ascétiques et spirituels où s'inscrit l'expérience mystique de l'Église orthodoxe. Certaines « philocalies » restent d'usage personnel ou circulent dans des groupes restreints. D'autres prennent de l'importance pour l'Église entière : au ive siècle, une philocalie de textes d'Origène, composée par saint Basile et saint Grégoire de Nazianze ; au xiiie siècle, l'anthologie introduite par Nicéphore le Solitaire dans son Traité de la garde du cœur.

Toutefois, la Philocalie par excellence est celle qui paraît à Venise en 1782, in-folio de 1 200 pages sur deux colonnes. C'est l'œuvre commune d'un évêque, Macaire de Corinthe (1731-1805), et d'un athonite, Nicodème l'Hagiorite (1749-1809). Vaste florilège des témoins de la tradition hésychaste, méthode de la « prière intérieure », guide du père spirituel, haute théologie ordonnée à la contemplation, la Philocalie de 1782 s'affirme comme l'encyclopédie de la « lumière incréée » face à l'encyclopédie des « Lumières » de la seule raison. L'ouvrage, traduit en slavon par Paissié Vélitchkovski et publié à Saint-Pétersbourg en 1792, va structurer la renaissance de la pensée chrétienne dans la Russie du xixe siècle, notamment avec les startsi d'Optina, qui furent les inspirateurs des philosophes « slavophiles » (Kiriesvski, Khomiakov) et des plus grands écrivains russes, comme Dostoïevski. La Philocalie accompagne aussi, sur les chemins de son apostolat charismatique, le célèbre « pèlerin russe ».

Si Dobrotoliubié (1887), le nouveau recueil publié en russe par Théophane Zatvornikon (Théophane le Reclus), va dans le sens d'un affadissement piétiste, la Philocalie roumaine (Bucarest, 3 vol. parus de 1946 à 1948) éditée par le père Staniloaë se centre de nouveau sur l'essentiel et fait une place de choix à la synthèse christologique de Maxime le Confesseur.

Les textes les plus « techniques » de la Philocalie ont été traduits en français et présentés par Jean Gouillard : Petite Philocalie de la prière du cœur, Paris, 1953.

—  Olivier CLÉMENT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  PHILOCALIE  » est également traité dans :

ATHOS MONT

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 046 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cœur de l'orthodoxie »  : […] Dans un Orient chrétien qui n'a cessé de se diversifier par essaimage d'Églises sœurs, l'Athos a exprimé, au niveau spirituel, l'unité et l'universalité de l'orthodoxie, qu'il a sauvée deux fois, autour de 1300, puis vers 1800. À la fin du xiii e siècle, après une phase de décadence, saint Grégoire le Sinaïte ranime à l'Athos la tradition hésychaste de la « prière de Jésus », invocation intérior […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mont-athos/#i_35302

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vie mystique et le Saint-Esprit »  : […] On ne saurait opposer l'expérience personnelle au dogme défini par l'Église. Car le dogme n'est pas un système autoritaire, mais la protection et la célébration du mystère, le chemin antinomique où l'intelligence, crucifiée et transfigurée, s'ouvre à la contemplation des choses divines. « Le dogme [...] doit être vécu par nous dans un processus au cours duquel, au lieu d'assimiler le mystère à not […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_35302

VELITCHKOVSKI PAÏSSI (1722-1794)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 340 mots

Starets par qui le mouvement philocalique, à la fin du xviii e  siècle, est passé du monde grec dans le monde russe. Païssi Velitchkovski, né à Poltava (Ukraine), abandonne à quatorze ans les écoles de Kiev, où une scolastique décadente, d'origine latine, dénature la tradition orthodoxe, pour recommencer l'aventure originelle du monachisme, la quête du père spirituel et du « lieu du cœur ». De 174 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paissi-velitchkovski/#i_35302

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « PHILOCALIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philocalie/