Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VELITCHKOVSKI PAÏSSI (1722-1794)

Starets par qui le mouvement philocalique, à la fin du xviiie siècle, est passé du monde grec dans le monde russe. Païssi Velitchkovski, né à Poltava (Ukraine), abandonne à quatorze ans les écoles de Kiev, où une scolastique décadente, d'origine latine, dénature la tradition orthodoxe, pour recommencer l'aventure originelle du monachisme, la quête du père spirituel et du « lieu du cœur ». De 1740 à 1746, il séjourne dans les monastères de Moldavie, où le starets Vasile, à la Poïana Marului, l'initie à la méthode hésychaste. Cela le conduit à passer plusieurs années à l'Athos (1746-1763), où, dans la solitude puis dans une communauté qui se forme spontanément autour de lui, il parvient aux sources de la prière.

À partir de 1763, sa vocation est de transmettre. Il s'établit dans les terres roumaines, carrefour majeur du monde orthodoxe, à Dragomirna, puis à Néamtzu, dans une immense communauté, qui est polyglotte jusque dans ses expressions liturgiques et qui joint le service social à la contemplation. Païssi forme une équipe de traducteurs et de critiques, fonde une grande imprimerie, entreprend de faire paraître en roumain et en slavon les textes majeurs de la patristique. Après la publication de la Philocalie (Venise, 1782), il la traduit en slavon et la fait éditer à Saint-Pétersbourg par son ami et correspondant, le métropolite Gabriel, réformateur du monachisme russe. Lui-même, dans des écrits de circonstance, rappelle les lignes de force de la méthode hésychaste, notamment le lien et la distinction du cœur physique et du cœur spirituel. Des moines russes, formés par lui, rentrent dans leur pays et y deviennent des startsy ou des supérieurs de monastère. Ainsi, le mouvement philocalique gagne la Russie, où il provoque, au xixe siècle, jusque dans l'œuvre de Dostoïevski, un puissant renouveau de la vie et de la pensée chrétiennes.

— Olivier CLÉMENT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • STARETS

    • Écrit par Jacques DUBOIS
    • 545 mots

    Dans l'Église russe, le mot starets (au pluriel startsy) désigne un moine qui, rempli des lumières du Saint-Esprit, est un guide dans la voie de la perfection. Le starets peut être prêtre, mais il ne l'est pas toujours ; il peut recevoir la charge de gouverner un monastère, mais ce n'est ni...

Voir aussi