ÉTOLIENNE LIGUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Étolie, région montagneuse de la Grèce centrale, n'a connu qu'un développement relativement tardif dans l'histoire du monde grec, du fait de son isolement d'une part, de l'absence de bons ports d'autre part. Au ~ ve siècle encore, elle n'avait que peu de cités et apparaissait aux contemporains (Thucydide) comme une région encore primitive. Mais à partir du ~ ive siècle, avec l'organisation de la ligue Étolienne, commence pour l'Étolie une évolution qui la placera bientôt au rang des principales puissances politiques du monde grec déclinant. Sur l'organisation de la ligue Étolienne, nous sommes relativement bien informés. À la tête de la ligue était placé un stratège élu annuellement. L'assemblée fédérale, à la différence de ce que l'on trouve dans la plupart des confédérations de cités, était une assemblée primaire, où chaque cité était représentée proportionnellement à sa population, ce qui implique un vote par tête. Elle se réunissait deux fois par an à Thermos, centre religieux et politique de la ligue, où se trouvait un sanctuaire d'Apollon. Il existait un trésor fédéral, alimenté par les contributions des cités membres de la ligue et les tributs versés par les populations sujettes. Un conseil de trente apoklétoi (élus) assurait la permanence de l'État dans les intervalles des réunions de l'assemblée fédérale, principalement en temps de guerre. La ligue Étolienne allait se développer surtout au ~ iiie siècle, étendant sa domination sur une partie de l'Acarnanie, et s'assurant le contrôle de l'Amphictyonie de Delphes. Alliés de Rome contre les rois de Macédoine, les Étoliens allaient en tirer de multiples avantages qui, joints aux profits que leur assurait la pratique de la piraterie, devaient en faire une puissance redoutable. Mais leur alliance avec Antiochos III devait leur être fatale : en ~ 189, ils furent contraints d'accepter la domination de Rome.

—  Claude MOSSÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉTOLIENNE LIGUE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Alexandre et l'époque hellénistique »  : […] La Grèce ne fut que très partiellement associée à l'épopée du conquérant macédonien, bien que le pacte de Corinthe ait été renouvelé à l'avènement du jeune prince. Celui-ci avait dû mater durement avant son départ un soulèvement dont Thèbes avait pris l'initiative. Il prit soin de laisser en Grèce des troupes prêtes à intervenir en cas de nouveaux troubles, ce qui explique la relative passivité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-histoire-la-grece-antique-jusqu-a-constantin/#i_3513

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouveau danger : Rome »  : […] Philippe V est le dernier des grands souverains macédoniens. À son avènement, il a dix-sept ans et Doson a pris soin d'organiser autour de lui un conseil de régence. Mais Philippe ne tarde pas à se débarrasser de ce conseil qui lui pèse : il renforce l'absolutisme monarchique, tournant délibérément le dos à la voie suivie par son prédécesseur. En revanche, plus encore que Doson, il a compris que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macedoine-antique/#i_3513

NAUPACTE

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 285 mots

Port locrien sur la rive nord du golfe de Corinthe, à quelques kilomètres du cap Rhion. Cette situation lui a valu une importance stratégique qui explique son rôle historique mieux que sa puissance propre. Dans la légende du retour des Héraclides, Naupacte leur sert de base navale pour reconquérir le Péloponnèse. À l'époque archaïque, elle est dans la dépendance de Corinthe dont l'influence cultur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naupacte/#i_3513

PHILIPPE V (238-179 av. J.-C.) roi de Macédoine (221-179 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 544 mots

Roi de Macédoine (221-179), né en 238 av. J.-C., mort en 179 av. J.-C. à Amphipolis (Macédoine). Fils de Démétrios II (v. 275-229 av. J.-C.) et de Phthia, le jeune prince Philippe V de Macédoine est adopté, à la mort de son père, par son cousin Antigonos Doson, qui s'empare du trône. Lorsque ce dernier meurt à son tour en été de 221, Philippe V lui succède et se fait bientôt connaître pour le so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-v/#i_3513

Pour citer l’article

Claude MOSSÉ, « ÉTOLIENNE LIGUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligue-etolienne/