SITĀR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sitār est un instrument à cordes de la famille des luths très répandu en Inde du Nord. Il mesure 1,2 m de longueur environ et comporte une caisse de résonance piriforme profonde en bois et en calebasse, un manche en bois, long, large et évidé, des chevilles frontales et latérales, et vingt frettes arquées mobiles. Le sitār est généralement muni de cinq cordes mélodiques métalliques, d'une ou deux cordes métalliques servant aux variations rythmiques en bourdon et de neuf à treize cordes métalliques sympathiques placées sous les frettes dans le manche qui sont accordées sur les notes du rāga qui est joué. Les frettes, convexes, sont fixées par des liens tendus le long du manche, ce qui permet de les déplacer en fonction des besoins. Comme la vīnā classique, le sitār est souvent doté d'une calebasse de résonance sous l'extrémité du chevillier du manche. Le musicien, assis et qui tient le sitār sur les genoux en l'inclinant à 45 degrés, pince les cordes avec un plectre métallique qu'il porte sur l'index de la main droite, pendant que la main gauche manipule les cordes en exerçant une pression subtile sur ou entre les frettes, tirant les cordes sur le côté du manche pour jouer les ornements.

Le mot sitār provient du persan sihtār, qui signifie « à trois cordes ». Les origines de l'instrument sont controversées : selon certains chercheurs, le sitār serait un descendant des luths à long manche importés en Inde en provenance d'Asie centrale ; d'autres pensent que le sitār est une variante de la vīnā à trois cordes. Le sitār a connu une période florissante aux xvie et xviie siècles et a acquis sa forme actuelle au xviiie siècle. De nos jours, il est l'instrument dominant dans la musique de l'Inde du Nord ; il est utilisé comme instrument soliste avec le tambūrā (luth à bourdon) et les tambours tablā, dans des ensembles, ainsi que pour les kathak (drames dansés) de l'Inde du Nord.

Il existe en Inde deux écoles modernes de jeu du sitār : celle de Ravi Shankar et celle de Vilayat Khan, qui ont chacune leur propre style de jeu, leur propre type de sitār (différant par leur taille, leur forme, leur nombre de cordes...) et leur propre système d'accord.

Ravi Shankar

Ravi Shankar

photographie

Ravi Shankar vers le milieu des années 1970. Les magistrales improvisations du maître de Bénarès au sitar pouvaient être tour à tour langoureuses et véhémentes, méditatives et joyeuses, commencer dans la lenteur puis inviter à la transe. 

Crédits : AFP/ Hulton Archive/ Getty

Afficher

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SITAR  » est également traité dans :

KHAN VILAYAT (1928-2004)

  • Écrit par 
  • Éliane AZOULAY
  •  • 868 mots

Celui dont les compositions illuminent le film de Satyajit Ray Le Salon de musique (1958) fut en quelque sorte l'anti-Ravi Shankar. Ustad (« maître ») Vilayat Khan jouait lui aussi du sitar. Mort le 13 mars 2004 à Bombay, il était né à Gowripur, dans l'est du Bengale devenu aujourd'hui le Bangladesh. Mais, alors que Ravi Shankar se fit un devoir de populariser les rāgas in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilayat-khan/#i_37908

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique de l'Inde

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER
  •  • 3 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les instruments de musique »  : […] Depuis l'Antiquité, les Indiens ont classé les instruments en quatre familles distinctes : les idiophones ( ghana ), les membranophones ( avanaddha ), les aérophones ( suṣira ), et les cordophones ( tata ). –  Idiophones. Les instruments appartenant à cette famille, essentiellement des cym […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musique-de-l-inde/#i_37908

SHANKAR RAVI (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Éliane AZOULAY, 
  • Universalis
  •  • 1 082 mots
  •  • 1 média

Principal représentant de la musique classique indienne en Occident, Ravi Shankar a bousculé les stéréotypes en associant la sérénité méditative des rāga indiens aux stridences du rock jusque sur la scène du festival de Woodstock, en 1969. C’est à cette époque qu’il est devenu l'ami de George Harrison, alors guitariste des Beatles, qui apprit avec lui l'art du sitār, luth à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ravi-shankar/#i_37908

Pour citer l’article

« SITĀR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sitar/