SURFACE PHÉNOMÈNES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Réarrangements des atomes à la surface d'un cristal

Réarrangements des atomes à la surface d'un cristal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Microscope à effet tunnel à balayage

Microscope à effet tunnel à balayage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Interactions inélastiques

Interactions inélastiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Interaction des surfaces avec le milieu extérieur

Interaction avec les atomes

Lorsqu'un atome de gaz rare (ou une molécule neutre) s'approche de la surface d'un solide, il subit une attraction qui résulte des forces de dispersion, ou forces de Van der Waals.

Pour un solide semi-infini comportant une surface plane, l'interaction atome-surface à la distance z de la surface s'écrit (pour une distance z supérieure au diamètre de l'atome) :

L'atome peut être adsorbé sur la surface, ou être réémis avec ou sans perte d'énergie. Le premier phénomène est étudié dans l'article adsorption. Le phénomène de diffusion par la surface conduit à une technique d'analyse très sensible à l'état d'ordre, ou de désordre, et de contamination de la surface.

Lorsqu'on bombarde une surface avec des atomes neutres de masse m, monocinétiques, de vitesse v, on peut obtenir un phénomène de diffraction, lorsque la longueur d'onde associée λ = h/mv est de l'ordre de grandeur des distances interatomiques. Cela est obtenu avec des atomes tels que l'hélium, l'hydrogène ou le deutérium atomiques ou moléculaires, pour des énergies thermiques de l'ordre de 10 à 100 meV ; c'est aussi le domaine d'énergie des phonons qui peuvent ainsi être étudiés par l'analyse du spectre diffracté. On peut également avoir accès aux états liés du potentiel d'interaction atome-surface par le phénomène de résonance.

Interactions avec les électrons

Un électron interagit avec une surface de manière élastique ou inélastique.

Le premier type d'interaction donne lieu à la diffraction. Si l'énergie des électrons est inférieure à 500 eV, c'est la diffraction d'électrons lents. Les électrons ne pénètrent que de quelques couches atomiques et l'on obtient une information sur la structure de la surface. Si les électrons ont une énergie supérieure à 10 keV, c'est la diffraction classique d'électrons rapides qui renseigne sur la structure en volume. Cependant, si l'incidence est rasante, on obtient encore des informations sur la surface. Cette dernière technique est utilisée lorsqu'on veut savoir si un dépôt sur une surface se fait de manière [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SURFACE PHÉNOMÈNES DE  » est également traité dans :

ADSORPTION

  • Écrit par 
  • Xavier DUVAL
  •  • 4 807 mots
  •  • 2 médias

L'adsorption est le phénomène qui consiste en l'accumulation d'une substance à l'interface entre deux phases (gaz-solide, gaz-liquide, liquide-solide, liquide-liquide, solide-solide). Il a son origine dans les forces d'attraction intermoléculaires, de nature et d'intensité variées, qui sont responsables de la cohésion des phases condensées, liquides ou solides. Une molécule attirée inégalement pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adsorption/#i_27394

AUGER PIERRE VICTOR (1899-1993)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 687 mots

Fils d'un universitaire — son père, Victor Auger, était professeur de chimie à la Sorbonne —, le physicien Pierre Auger sut faire succéder à une brillante carrière de chercheur une intense activité de direction scientifique et administrative dont les fruits sont aujourd'hui internationalement reconnus. Après de brillantes études à l'École normale supérieure, il rejoint le laboratoire de Jean Perri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-victor-auger/#i_27394

CATALYSE - Généralités

  • Écrit par 
  • Henri Jean-Marie DOU, 
  • Jean-Eugène GERMAIN
  •  • 8 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Catalyse hétérogène »  : […] L' action d'un solide qui reste en apparence inaltéré sur la vitesse des réactions chimiques dans un gaz ou un liquide à son contact est restée longtemps inexplicable et hétérogène. C'est pourquoi la catalyse hétérogène, ou catalyse de contact, a été pendant longtemps traitée indépendamment de la catalyse homogène. L'ignorance de la nature physicochimique exacte d'un solide et de sa structure ajou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalyse-generalites/#i_27394

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Science des surfaces »  : […] La chimie du solide, antichambre de la physique du solide, préparait des matériaux prometteurs pour leurs propriétés électriques (conduction, semiconduction), magnétiques, d'élasticité, de plasticité, etc. Ce rôle ancillaire lui vaut de perdurer davantage comme technologie que comme science. Est venue la remplacer une nouvelle science, celle des surfaces. Lesquelles ? Celles, les mieux définies, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_27394

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 456 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le traitement de surface »  : […] Les progrès dans la fiabilité des collages sont dus à la mise en œuvre de traitements de surface adaptés à chaque substrat. Le traitement de surface doit faciliter l'ancrage de l'adhésif et protéger la surface de la corrosion. Comme les conditions d'ancrage ne sont pas connues, le traitement de surface relève du savoir-faire. Les métaux ont des énergies de surface élevée, ce qui est déduit par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage-physique/#i_27394

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 140 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Processus de l'oxydation »  : […] Lorsqu' un métal est placé dans une atmosphère gazeuse, il y a adsorption du gaz à la surface selon un mode qui varie avec les conditions : aux basses températures, il y a adsorption physique, caractérisée par la fixation d'oxygène moléculaire grâce aux forces de Van der Waals ; l'adsorption chimique, qui se produit aux températures intermédiaires et élevées, est caractérisée par la fixation d'at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrosion/#i_27394

DÉTERGENTS

  • Écrit par 
  • Louis HO TAN TAÏ, 
  • Véronique NARDELLO-RATAJ
  •  • 3 505 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aspects physico-chimiques »  : […] Les tensioactifs sont des molécules amphiphiles, constituées d'une queue hydrophobe et d'une tête polaire hydrophile. Cette structure chimique leur confère une grande activité aux interfaces où ils ont tendance à s'adsorber. À la surface, les molécules sont soumises à un champ de forces asymétrique dont la résultante tend à les déplacer vers l'intérieur. À l'échelle macroscopique, cette force a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/detergents/#i_27394

ERTL GERHARD (1936- )

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 373 mots

Chimiste allemand. Gerhard Ertl a reçu le prix Nobel de chimie en 2007 « pour ses études des processus chimiques sur des surfaces solides ». Né le 10 octobre 1936 à Bad Cannstadt (aujourd'hui dans Stuttgart), il commença des études de physique à Stuttgart en 1955. Sous la supervision de Hans Gerischer, il y accomplit un travail de diplôme (1961), puis une thèse de doctorat (1965) sur la cinétiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhard-ertl/#i_27394

FROTTEMENT

  • Écrit par 
  • Jacques-Jean CAUBET, 
  • Jean POLTI
  •  • 3 374 mots
  •  • 4 médias

Le frottement désigne les phénomènes qui naissent dans les zones superficielles de deux corps appuyant l'un sur l'autre en se déplaçant l'un par rapport à l'autre . On dit de deux surfaces matérielles qu'elles « frottent correctement », dans une liaison mécanique, lorsque leur déplacement relatif n'entraîne ni usure exagérée ni modification des structures ou élévation de température dommageables. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frottement/#i_27394

INTERFACES

  • Écrit par 
  • Simone BOUQUET, 
  • Jean-Paul LANGERON
  •  • 8 284 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Définition thermodynamique »  : […] La définition thermodynamique de l'interface a été souvent sujette à controverses. J. W. Gibbs l'a considérée comme une surface de division sans épaisseur, une surface mathématique, alors que J. D. Van der Walls et H. Bakker lui ont attribué une épaisseur faible mais finie. E. A. Guggenheim a introduit le concept de « phase superficielle », traitant l'interface comme une phase plane séparant deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interfaces/#i_27394

LOTUS EFFET, physique

  • Écrit par 
  • David QUÉRÉ
  •  • 872 mots

Le lotus est une plante orientale dont les larges feuilles ont la propriété spectaculaire d'être très peu mouillées par l' eau. Que l'on jette une poignée de gouttes sur ces feuilles, et on verra autant de billes qui roulent sans la moindre friction apparente, et disparaissent très vite de la surface de la feuille. Et si c'est du miel que l'on dépose, son comportement est tout aussi remarquable : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-lotus-physique/#i_27394

MATIÈRE (physique) - État liquide

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIVAIL
  •  • 3 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La tension superficielle des liquides et la capillarité »  : […] De nombreux phénomènes de la vie courante montrent qu'il faut dépenser de l'énergie pour augmenter la surface libre d'un liquide. On nomme tension superficielle le facteur de proportionnalité γ (tabl. 2) qui relie le travail dépensé à l'accroissement de la surface. Ainsi, c'est la tension superficielle qui fait que la goutte qui se forme à l'extrémité d'un compte-gouttes ne tombe que lorsqu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-liquide/#i_27394

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Biofilms »  : […] Dans la nature, les biofilms sont des populations de micro-organismes intimement associées à des surfaces vivantes ou minérales par l'intermédiaire d'une substance muqueuse composée d'eau et de polymères biologiques (sucres, protéines, ADN, acides humiques). Ils sont présents partout : sur le tronc des arbres ou les galets du fond d'une rivière, mais aussi sur la coque des bateaux, à l'intérieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_27394

MOUILLAGE

  • Écrit par 
  • David QUÉRÉ
  •  • 3 008 mots
  •  • 5 médias

Une situation de mouillage se produit lorsque trois milieux distincts se rencontrent : de l'eau sur un solide entouré d'air, une bulle sur un matériau immergé, ou de l'huile contre de l'eau dans les pores d'une roche pétrolifère. Le comportement des gouttes peut être très varié, allant de situations où le liquide épouse la surface de son support à celles où il paraît au contraire repoussé par ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouillage/#i_27394

QUASI-CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 3 079 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques des quasi-cristaux »  : […] Les études des propriétés physico-chimiques des quasi-cristaux ont pris un réel essor avec la fabrication de mono-quasi-cristaux de grande taille par des techniques de croissance cristallines standard (croissance de types Bridgman et Czochralsky). Des mono-quasi-cristaux icosaédriques de plusieurs centimètres ont été obtenus dans le système aluminium-palladium-manganèse. De même que leur structur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quasi-cristaux/#i_27394

VIDE TECHNIQUE DU

  • Écrit par 
  • Pierre AILLOUD
  •  • 6 487 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Lois générales de l'état raréfié »  : […] Lorsque N molécules de gaz parfait sont enfermées dans un réservoir de volume V , la pression p est donnée par l'équation d'état pV  =  NkT , avec p exprimé en pascals (Pa), V en mètres cubes (m 3 ) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique-du-vide/#i_27394

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François JOANNY, Jean SUZANNE, « SURFACE PHÉNOMÈNES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenes-de-surface/