PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thèses et hypothèses

Le Satiricon a été certainement écrit au temps de Néron ; il présente le tableau de cette époque (mœurs, richesse des affranchis, modes littéraires, mention de quelques personnages secondaires : un acteur, un musicien, un gladiateur), mais ce n'est pas un roman « à clef ». Quel est son auteur ? Tacite (Annales, XVI, xviii-xx) raconte la mort d'un certain Titus Petronius, ami de Néron, mais condamné à mort par celui-ci, et qui se serait vengé en rédigeant de sa main le récit « des débauches du Prince, sous le nom d'invertis et de prostituées », et l'on a pensé que cet écrit serait le Satiricon, ce qui est peu probable. Trimalchion n'est ni Narcisse, ni Pallas, ni, encore moins, Néron. Cela n'empêche pas le Petronius de Tacite d'être, très probablement, l'auteur du roman. Ce personnage, membre du cercle des intimes de Néron, comme Lucain, suivit une carrière sénatoriale ; il fut gouverneur de Bithynie, puis consul (probablement en 62) ; Tacite lui reproche d'avoir fait du luxe l'un des beaux-arts et couvert ses débauches d'une simplicité élégante, qui lui aurait valu le surnom d'Arbitre des élégances (arbiter elegantiarum). Après la conjuration de Pison, avec l'influence grandissante de Tigellin, Petronius fut disgrâcié et dut se tuer. Son nom complet était Titus Petronius Niger, le surnom d'Arbiter mentionné par les manuscrits serait le sobriquet qu'il avait à la cour. De toutes les hypothèses relatives à l'auteur du Satiricon, celle-ci est la moins improbable.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)  » est également traité dans :

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « L'art captif »  : […] en huitième merveille du monde, ou des luxueuses villas des particuliers. Au moment où Pétrone, dans le Satiricon, met en scène une véritable leçon de critique d'art, on peut dire, avec l'un de ses dérisoires héros, que l'art est bien mort. C'est-à-dire l'art tel que le définissait et le théorisait Xénocrate, après deux siècles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_16378

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Où l'art devient culture »  : […] Lettres à Lucilius (62-64 apr. J.-C.). Ce roman picaresque, dû sans doute à Pétrone, d'abord ami de Néron, puis brouillé avec lui, nous fait mieux connaître la vie quotidienne de riches affranchis, assurément ridicules, mais qui, à leur manière, aspirent aussi à la « culture ». Celle-ci, sous sa forme littéraire, et quelque peu philosophique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_16378

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 200 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] , dans sa Pharsale, a choisi de raconter en vers la phase de la guerre civile qui a opposé César à Pompée. Pétrone, « l'arbitre des élégances », vécut également au temps de Néron, mais, lui, n'était pas espagnol. Dans un roman court et passionnant, le Satiricon, il a dépeint les milieux interlopes de l'Italie de son temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_16378

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrone-lat-titus-petronius-niger/