MOUCHARRAF PERVEZ (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille de Pervez Moucharraf, président de la République du Pakistan de 2001 à 2008, quitte New Delhi, où celui-ci est né le 11 août 1943, pour Karachi en 1947, lors de la partition de l'Inde et de la création du Pakistan. Fils de diplomate, Moucharraf vit en Turquie de 1949 à 1956. Il entre dans l'armée pakistanaise en 1964, à sa sortie de l'École supérieure de guerre de Quetta (Béloutchistan), et poursuit sa formation au Royal College of Defense Studies de Londres. Il occupe divers postes dans l'artillerie, l'infanterie et les commandos ; il enseigne également à l'École supérieure de guerre de Quetta ainsi qu'à l'École nationale de défense. Il participe activement aux guerres indo-pakistanaises au Cachemire, en 1965 et en 1971. Le 7 octobre 1998, le Premier ministre Nawaz Sharif le nomme chef d'état-major des forces armées. Le général Moucharraf joue ainsi un rôle clé dans l'invasion de la province indienne de Jammu-et-Cachemire durant l'été de 1999. Cependant, Sharif doit ordonner, sous la pression internationale, le retrait des troupes pakistanaises, au grand mécontentement des militaires.

Le 12 octobre 1999, alors que Moucharraf se trouve à l'étranger, Sharif le démet de ses fonctions et tente d'empêcher son avion d'atterrir à Karachi. Les forces armées prennent alors le contrôle de l'aéroport ainsi que d'autres bâtiments publics et déposent Sharif, laissant la voie libre à Moucharraf, qui instaure un pouvoir militaire. Le nouveau dirigeant suspend la Constitution et dissout le Parlement, tout en conservant un discours modéré et en évoquant un éventuel retour des civils au pouvoir (il maintient en place le président Rafiq Tarar). Pour assurer l'intérim, il nomme un Conseil de sécurité nationale composé de militaires et de civils, dont il prend la tête. Il annonce un retour à la stabilité et à la prospérité et promet de mettre fin à la corruption généralisée, en forçant notamment les hommes politiques et les hommes d'affaires à payer leurs impôts et à rembourser leurs emprunts.

Investi président en juin 2001, Moucharraf engage des négociations avec l'Inde, au sujet de la province du Cachemire que les deux pays se disputent. Il se rend en Inde la même année et y retournera en 2005. Après l'intervention américaine en Afghanistan en 2001, et le durcissement de la politique de Moucharraf à l'égard des islamistes extrémistes, Washington resserre ses relations avec Islamabad. Au cours des années suivantes, Moucharraf échappe à plusieurs attentats. À l'issue d'un référendum tenu en avril 2002, il restaure la Constitution après l'avoir largement amendée, démarche qui lui permet de prolonger de cinq ans son mandat à la tête de l'État. Après la tenue d'élections législatives en octobre 2002, le Parlement ratifie, à la fin de 2003, la plupart des amendements soumis à référendum.

En 2007, la candidature de Moucharraf pour sa réélection à la présidence de la République se heurte à l'opposition de la Cour suprême. Celle-ci, de même que plusieurs partis politiques, dénonce en particulier le cumul de cette fonction avec celle de chef des armées. Elle l'empêche par ailleurs de limoger son président et, en octobre, retarde l'annonce des résultats – qui lui sont favorables – par le Parlement. Le 3 novembre, Moucharraf réplique en déclarant l'état d'urgence. Invoquant la menace terroriste grandissante, il suspend la Constitution une nouvelle fois, destitue le président de la Cour suprême et assigne certains de ses juges à résidence, arrête les chefs de l'opposition et restreint les libertés de la presse et des médias indépendants. Avant la fin du mois, la Cour suprême recomposée, dont les membres ont dû s'engager sous serment à respecter l'ordre provisoire, lève les derniers obstacles juridiques à sa réélection. Moucharraf démissionne de ses fonctions de chef des armées et devient un président civil. Il met fin à l'état d'urgence à la mi-décembre, mais veille, avant de restaurer la Constitution, à faire adopter plusieurs amendements garantissant les mesures prises pendant cette période.

Toutefois, Moucharraf se retrouve privé de presque tous ses pouvoirs avec la victoire de l'opposition lors des élections législatives de février 2008. Il est contraint à une cohabitation houleuse avec le Parti du peuple pakistanais (PPP) de feue [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  MOUCHARRAF PERVEZ (1943- )  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le terrorisme, ses réseaux, et les pôles d'instabilité »  : […] Les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis ont bouleversé profondément la donne régionale. Le ralliement du chef de l'État pakistanais, le général Moucharraf, à la « guerre contre le terrorisme » fut manifeste, mais ambigu. Il lâcha les talibans dès septembre 2001, dénonça le djihād au Cachemire en janvier 2002, et interdit, sans les éradiquer, les groupes qui s'y livraient. Opposés à un […] Lire la suite

BHUTTO BENAZIR (1953-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 837 mots

Deux fois Premier ministre du Pakistan (de 1988 à 1990, puis de 1993 à 1996), Benazir Bhutto restera comme la première femme de l'époque moderne à avoir dirigé un pays musulman. Socialement et politiquement, son parcours est celui d'une héritière. Elle naît à Karachi, le 21 juin 1953, dans une famille de grands propriétaires fonciers du Sind, la province du Sud. Son père, le brillant Zulfikar Al […] Lire la suite

PAKISTAN

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 19 653 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère Moucharraf : la fin du complexe militaro-islamiste ? »  : […] Le coup d'État de Pervez Moucharraf intervient le 12 octobre 1999, en réponse à la décision de Sharif de le démettre de ses fonctions. Ce putsch ne suscite aucune manifestation, l'opinion pakistanaise ayant visiblement perdu confiance dans le pouvoir civil. Moucharraf se proclame Chief Executive of Pakistan, Nawaz Sharif est exilé en Arabie Saoudite tandis que Benazir Bhutto, sous le coup d'une a […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MOUCHARRAF PERVEZ (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pervez-moucharraf/